La revue de presse de Laetitia Gayet.

Sale semaine pour la publicité écrit LE MONDE sur son site. La marque de soda Pepsi a provoqué la fureur des réseaux sociaux après avoir diffusé un spot reprenant les codes du mouvement Black Lives Matters contre les tensions raciales aux Etats-Unis.
De quoi s'agit-il ?
LE JOURNAL DE MONTREAL décrit le clip.

La mannequin Kendall Jenner est en pleine séance photos. Interpellée par des manifestants qui brandissent des pancartes comme Joignez-vous à la conversation, elle décide de rejoindre le mouvement. Kendall s’approche d’un policier et lui offre une canette de Pepsi. Ce dernier l'accepte. Acclamation de la foule. Les internautes se sont empressés de dénoncer la récupération de Pepsi. Certains ont en effet, vu des ressemblances entre le final de la pub... et l'acte d'Ieshia Evans, cette manifestante qui s'était immobilisée devant les policiers dans un rassemblement l'été dernier à Baton Rouge en Louisiane.

Il n'aura pas fallu 24 heures pour que le tollé fasse son effet poursuit le HUFFINGTON POST.

PepsiCo a décidé hier, de retirer son spot. "Nous voulions montrer un message d'unité et de paix. Nous avons manqué notre but. Nous nous en excusons"

Sale temps pour la publicité reprend le site du MONDE. Cette semaine déjà, Nivea a fait l’objet d’une polémique après avoir diffusé une publicité pour un déodorant sur Facebook. Pub qui clamait que "le blanc est pureté."

La campagne présidentielle, à l'épreuve des réseaux sociaux.

Ils sont au cœur de la bataille titre LE FIGARO à sa Une. Car ils sont devenus des relais indispensables pour les candidats. Pour s'en convaincre, 1 million et demi de tweet ont été échangés lors du débat de mardi soir.

Du bon comme du mauvais. Luc Ferry par exemple, s'est attiré hier, les foudres des internautes raconte le site de L'EXPRESS, en s'en prenant à la tenue je cite débraillée de Philippe Poutou. Les internautes ont dénoncé le mépris de classe envers un candidat qui ne vient pas du sérail.

Au-delà des mots, il y a aussi une stratégie réseaux sociaux dans chaque camp. LE FIGARO prend pour exemple, le hashtag Emmanuel Hollande. La cellule riposte des Républicains embraye immédiatement après votre déclaration François Fillon. Envoi de mail et de sms aux milliers de vos soutiens, et utilisateurs de votre application mobile. En 45 minutes pas plus, le sobriquet Emmanuel Hollande est devenu viral. Alors, les réseaux sociaux ne font pas une victoire. Mais bien utilisés, Twitter, YouTube et autre Facebook peuvent donner un précieux coup de pouce ou ruiner une campagne.

Quels sont les candidats les plus en pointe ?

LE FIGARO aligne les chiffres. Numéro 1 Marine Le Pen qui aligne plus d'un million d'amis sur Facebook et de followers sur Twitter. Vous êtes François Fillon, le plus actif sur Facebook et Twitter. Benoît Hamon, lui, c'est sur Instagram.

Jean-Luc Mélenchon est numéro 1 en terme d'abonnés sur sa chaîne YouTube. Près de 260.000 abonnés.

Celle qui a modernisé la communication du candidat de la France Insoumise... c'est Sophia Chirikou. Stratégie de la jeune femme de 37 ans à découvrir dans LE POINT. L'hologramme, c'est son idée. Les réseaux sociaux sont aussi une force de frappe. Danielle Simonnet la cofondatrice du Parti de gauche abonde. Nous vivons dans une société du spectacle. L'émotion est une porte d'entrée vers la conscience.

La politique est un spectacle. Mais les politiques sont-ils de bons acteurs ?

A lire les scénaristes de la série Baron noir dans le mensuel SO FILM, clairement non. Mais ça s'explique selon Eric Benzekri. Nous, nous sommes totalement libre. On invente un monde. Les communicants politiques sont limités. Ils n'écrivent pas QUE leur storytelling. Ils doivent inclure celui de leur parti, celui de la société française. Quand François Fillon déclare qu'il retire sa candidature s'il est mis en examen. Ce n'est pas un cliffhanger. C'est juste qu'il n'a pas prévu l'épisode d'après. Il est en retard sur l'écriture de sa série. Nos personnages à nous, sont plus balèzes que les vrais politiques.

Jacques Weber qui vous a trouvé charismatique lors du débat de la primaire avec Alain Juppé, explique dans L'OBS crument la comparaison.

Chez l'acteur, tout est faux pour devenir vrai. Les politiques sont faux en disant la vérité.

Mais l'image, la posture, ça compte.

Depuis le début de la semaine, des photos innondent les réseaux sociaux. Celles d'hommes hétéros ou homos, vieux, jeunes, politiciens. Et tous se tiennent par la main. Le site du PARISIEN explique que suite à l'agression d'un couple gay aux Pays-Bas dimanche. Une journaliste a invité les hommes à se promener main dans la main dans l'espace public. Deux élus du parti social-libéral Démocrates 66, ont lancé le mouvement en se laissant prendre en photo. Et depuis, l'image est devenue virale.

Les réseaux sociaux dans la campagne présidentielle en France, gageons qu'ils seront encore sans doute actifs ce soir, lors du passage d'Emmanuel Macron dans l'Emission Politique sur France 2. Votre camp François Fillon, promet au FIGARO qu'Emmanuel Hollande va encore hanter la toile.

D'ici là, il y en a un qui discrètement s'amuse de la campagne. A découvrir sur le site du PARISIEN, le rap d'Olivier Besancenot. L'ancien candidat du NPA fait une incursion dans la chanson du rappeur Ous-D-Ous. Un couplet pour critiquer la classe politique française.

Extrait.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.