"Vous savez, dans le temps, les salariés étaient sérieux pendant leurs mois d'essai, mais dès qu'ils étaient embauchés, ils ne foutaient plus rien". Ainsi parle un certain Monsieur Guerra, patron certes un peu caricatural, qui se félicite du "contrat nouvelle embauche". "Oui, quoi de mieux que le CNE pour tenir les salariés à carreau ?", proteste "L'Humanité", qui publie le témoignage de Monsieur Guerra, qui se présente lui-même comme un petit patron, parti de rien, dur au mal et bon avec les salariés.... Un employeur qui n'a pas attendu l'entrée en vigueur du CNE, en juillet dernier, mais qui a sauté sur l'occasion pour embaucher un peintre avec un CDI pittoresque... Nulle part, il est mentionné qu'il s'agit d'un CNE... En revanche, il est écrit noir sur blanc que les deux premières années ont valeur de période d'essai... D'ailleurs, le peintre a été licencié... Le 30 décembre... pour avoir réclamé des salaires en retard... Il aura été essayé 5 mois. Notons que Monsieur Guerra reconnaît qu'il n'a pas remis à son employé son solde de tout compte... A cause d'un problème sur un chantier... Un problème avec le Trésor public. CNE-CPE : les étudiants préparent la mobilisation pour demain... Et c'est Dominique de Villepin qui paie la note... "Villepin, une semaine à quitte ou double", titre "France Soir", même si Matignon ne craint pas un mouvement social de grande ampleur, croit savoir ce journal... "Le CPE précarise Villepin", estime de son coté "Libération", qui publie un sondage LH2, dans lequel le Premier ministre perd 4 points, passant de 49% de bonnes opinions à 44%. Quant au CPE, dans le même sondage, il est rejeté par 52% des Français. Le journal "Le Parisien", lui, a trouvé des jeunes qui sont pour le CPE... Il y en a...Plus pragmatiques que leurs aînés, écrit ce journal dans son supplément "Eco" du lundi, ces jeunes-là entendent juger sur pièce ce contrat, qui peut finalement être plus protecteur que leur situation actuelle... "C'est mieux que rien", dit par exemple Delphine, 26 ans... "Le CPE va inciter à embaucher", ajoute Georges, 28 ans... "Tout ce qui peut mettre le pied à l'étrier est bon à prendre, conclut Françoise Cocuelle, présidente du Centre des jeunes dirigeants d'entreprise. Enfin, pour la défense du CPE, Yvon Gattaz, ancien président du CNPF, l'ancêtre du MEDEF... Yvon Gattaz, ancien jeune, a imaginé la lettre d'un lycéen favorable au "contrat première embauche"... Lettre publiée dans "Le Figaro", dans laquelle il écrit : "Oui, nous, les jeunes, nous sommes avides de stages et de contrats de formation, car nous savons que notre avenir professionnel est en jeu... Alors nous ne défilerons pas, nous applaudirons". Le travail et les jeunes... Les tout jeunes... C'est "L'Humanité" qui s'indigne, sous le titre : "Le CPE ne leur suffisait pas, voici le travail de nuit à quinze ans, légalisé par l'UMP !"... Dans la nuit de jeudi à vendredi, explique "L'Huma", la droite a voté en catimini un article de loi sur l'apprentissage qui réintroduit le travail de nuit des adolescents. "Immense recul de la civilisation", protestent le député communiste André Chassaigne et François Liberti... "Il n'y a plus de limite ni de pudeur dans l'action du pouvoir... L'autorisation du travail nocturne pour les mineurs s'appliquera à partir de quinze ans". Petit détour par ce monde sans pitié qu'est celui du travail quelquefois... Regard décalé de "France Soir" sur le pouvoir et la mauvaise foi, sous le titre "La vengeance fait du bien". Témoignage d'une salariée, employée dans une agence de publicité, victime de harcèlement moral... Sa directrice la détestait, et voulait la remplacer par une de ses copines. Alors, elle ne l'a pas ratée : elle n'a pas renouvelé son CDD... Et pour se justifier, elle lui a dit : "Je ne te sens pas". "Mais ce n'est pas une réponse professionnelle, ça !"... Alors la directrice a explosé : "J'ai le droit de te répondre comme ça, parce que je suis directrice de l'agence". "Alors, j'ai quitté mes fonctions, raconte l'ex-employée, mais devant une telle mauvaise foi, je me suis vengée : le soir de mon départ, j'ai taggé sur tous les murs ses mensurations, ainsi que son numéro de portable... Il paraît qu'elle en suffoquait de colère". Moralité de cette histoire, selon Maryse Vaillant, psychologue et écrivain : au travail, hiérarchie oblige, les rapports ne sont pas égalitaires... Subir sans pouvoir rétorquer, c'est le lot des subalternes... Ici, la vengeance renverse le rapport de forces... Même si l'élégance fait un peu défaut à cette histoire. C'est une photo que vous retrouverez dans plusieurs quotidiens aujourd'hui : une rue de Beyrouth... Un bâtiment en flammes... Celui de la mission danoise au Liban, prise pour cible par des musulmans qui manifestent contre la publication des caricatures de Mahomet... De véritables émeutes anti-occidentales et anti-chrétiennes, comme le souligne "Le Figaro"... Oui, et c'est la raison pour laquelle un certain nombre d'Etats arabes soufflent sur les braises et espèrent en tirer profit, explique "Libération"... Comme en Syrie ou au Liban, où le reporter Christophe Boltanski, dépêché à Damas, explique que dans cette ville, muselée par les multiples services de sécurité, les défilés dans la rue sont rares, et presque toujours solidement encadrés... Mais comme par hasard, samedi, des milliers de manifestants ont pu bousculer de très maigres cordons de police et incendier tour à tour les ambassades du Danemark et de Norvège. Mais, au fil des jours, c'est une polémique mondiale qui s'instaure, écrit Antoine de Gaudemar dans "Libération"... L'issue de cette crise est plus qu'incertaine... D'ailleurs, la question est posée par "Le Parisien" : "Y a-t-il un risque d'embrasement généralisé ?"... "Oui", répond ce journal... "On est quand même passé de simples protestations et appels au boycott de produits danois à des manifestations de masse et des actes de violence, doublés parfois d'appels au meurtre... Qui plus est, cet embrasement pourrait s'étendre à tout le monde islamique... De l'Indonésie à l'Afrique noire, en passant par le Pakistan ou le Maghreb, où il y a déjà eu des incidents". Autre question : "La France peut-elle être touchée ?"... Réponse du "Parisien"... "Si le Danemark est directement visé, la France ne sera peut-être plus longtemps épargnée, malgré les appels au calme lancés par les différents responsables politiques et dignitaires religieux". Et puis vous pourrez lire ce matin les termes d'un débat très intéressant, capital, parce que cette affaire est non seulement une affaire politique, mais aussi un fait de société et de presse, puisque c'est la question de la liberté d'expression et du respect des croyances qui est posée... Comment les concilier ? Sur ce thème, c'est le journal "La Croix" qui est en pointe, ce matin... Il y consacre 5 pages entières, en ouverture... Avec un éditorial qui détonne au sein de la presse française... Ainsi, Dominique Quinio écrit-elle : "En multipliant les publications provocantes, certains journaux, sous le prétexte de ne pas se laisser intimider, prennent le risque de rendre intenable la position des modérés, en les obligeant à hausser le ton pour ne pas paraître trop tièdes". Mais "La Croix" laisse également la parole à ses confrères... Serge Faubert d'abord, directeur de la rédaction de "France Soir", qui a tiré le premier en publiant les caricatures... "L'islam est dans une sorte de phase d'apprentissage de la laïcité... Il doit accepter l'existence d'un regard désacralisé". Henri Tincq, du "Monde" : "La crise est bien plus politique que religieuse... Elle exprime ce profond malaise des pays musulmans face à un Occident qu'ils estiment ne pas les aimer, ne pas les comprendre". Enfin, Patrick Sabatier, de "Libération" : "Pour nous, la réponse est claire : la République, laïque, ne doit pas être influencée". Et puis cet hommage de "Marianne" : "France Soir' s'est honoré en étant le premier journal français à publier les caricatures", écrit Guy Konopnicki... Alors que Christian Laborde, lui, dans le même hebdomadaire, aborde le sujet avec une distance rafraîchissante : "Mahomet, je ne le connais pas, je ne l'ai jamais rencontré... Il ne doit pas faire ses courses à Auchan quand il y a du monde... Je ne le connais pas, mais je me dis qu'il doit en avoir plus que marre de tous ces mecs excités comme des puces, de toutes ces meufs, braillant comme des sirènes de pompiers, qui voudraient que le sang coule à flots, et coulât en son nom... Pourtant, il aime bien le dessin, Mahomet, les lignes, les traits, les arabesques... C'est un artiste de la parole. Il est plus connu que les Beatles, qui l'étaient plus que Jésus Christ... C'est John Lennon qui l'a dit... Mahomet, c'est une star qui aurait bien aimé, lui aussi, que les peintres de la Renaissance ou du studio Harcourt lui tirassent le portrait... Alors, Mahomet, je l'imagine sortant de son silence et criant aux hommes : 'Assez !'... Mais les hommes, quand ils sont armés jusqu'aux dents, n'entendent rien... Même pas la parole de Mahomet". Voyez, finalement... Dieu est humour... Bonne journée !... A demain...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.