Et il y a du bonheur ce matin dans l'Humanité, et c'est l'adversaire qui rend le journal communiste heureux...

"Une grande banque donne raison à Marx" titre le journal, qui tisse donc sa joie d'une note de la banque d'investissement Natixis, écrite par son économiste  en chef Patrick Artus, l'homme chargé d'éclairer les clients de la banque sur les soubresauts du monde...  

Et Artus voit dans nos péripéties capitalistiques la preuve du marxisme, qui avait théorisé la baisse tendancielle du taux de profit...

En résumé, cela donne ceci.

Les entreprises sont moins performantes et le capital rapporte moins

Les entreprises réagissent en  mettant la pression sur les salaires

Mais cette pression a une limite, le salaire de subsistance...

Alors le capitalisme va chercher sa nourriture dans la spéculation... d'où les crises...

Et l'Humanité pavoise et cite Marx... "Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant..." 

Cela laisse rêveur quand je regarde ce matin la une des échos sur l'effondrement des bourses...  Et je lis en page intérieure que le marché des cryptomonnaies tangue... 

Ceci étant.

Dans Slate, l'économiste Pierre rondeau moque "le joli (et très trompeur) coup de com' de Natixis" et rappelle qu'en réalité, les salaires augmentent... Dans le monde, Denis Cosnard, complète: "Les multinationales n'ont quasiment jamais gagné autant d'argent!"

Donc le capitalisme est encore là et il parle d'avenir (dans les journaux)... A la Une des Echos, à côté de la crise boursière, on voit la "plus puissante fusée du monde", le Falcon Heavy du magnat  Elon Musk  qui doit s'envoler aujourd'hui de Floride et mettre une voiture électrique en orbite. Un pari à haut risque, dit le Figaro... Musk serait déjà content si la fusée monte assez haut pour ne pas détruire le pas de tir en explosant... Imaginez Musk détruire le souvenir des fusées Apollo... 

Un parfum de jeux olympiques d'hiver dans les journaux 

Et après Marx, il y a quelque chose de vintage, à côté des Unes sur la Corse -Libération, la Croix, l'Opinion- ou des avertissements contre l'emprise des portables et du net sur nos enfants -La Montagne, le Télégramme... La modernité angoisse mais le passé nous sourit, et on nous raconte 1968 et les jeux olympiques de Grenoble au temps de De Gaulle... 

L'équipe exhume une simplicité de l'époque, l'italien Eugenio Monti qui était un seigneur et la vainqueur du Bobsleigh, ou Gilbert Poirot, porte-drapeau de la France à la cérémonie d'ouverture... 

D'autres journaux nous rendent la gloire d'il y a cinquante ans et  donc Jean-Claude Killy, triple médaille d'or en ski alpin à Grenoble... 

Kiilly que son papa robert surnommait Toutoune, nous raconte le Dauphiné, qui lui offre sa dernière page... Quand le figaro lui offre une interview en majesté et sa une avec un message pour nous. "La France est un très grand pays, il faut simplement qu'on en soit persuadé"... 

On réalise dans le figaro ce que fut cet homme, devenu après son triomphe une marque mondiale, "quand je suis arrivé à New York, j'avais besoin de gardes du corps pour descendre la Ve avenue", et nous sommes dans le monde d'avant, quand les choses se passaient non pas dans la Silicon Valley mais sur la Ve avenue... et quand on était happé par le monde sans le vouloir... "J'étais un montagnard discret, très attaché à mon coin, à ma vie et je détestais les voyages, voyez ce qui m'est arrivé" dit Killy qui a déjeuné avec Vladimir Poutine, faisant l'aller-retour dans la journée... Parlant avec le Dauphiné, Killy cherche ses mots en français... Il aime aussi, Killy le Paris Saint-Germain pour son organisation et son efficacité...

Les salaires du PSG et des autres clubs de Ligue 1 sont dans l'Equipe justement

C'est une enquête minutieuse qu'a mené l'Equipe au nom de la transparence, et il est bon de se rappeler que Neymar gagne plus de 3 millions d'euros par mois, Neymar dont l’anniversaire somptueux est raconté comme un bal de conte de fée dans le Parisien...  Vous avez dans l'Equipe une litanie de chiffres qui finiraient par ne plus surprendre dans leur démesure... 

Citons les 500000 euros mensuels de Ben Arfa qui ne joue pas mais dialogue dans So foot avec le député insoumis François Ruffin, qu'en aurait dit Marx... 

Il est à Amiens, en ligue un, mais combien de temps encore, des jours payés 2800 euros par mois, il s'appellent Lesch, Traoré et Gakpé, ils améliorent l'ordinaire avec les primes de match... ils sont sur le même terrain que les vedettes. 

Et dans le même monde que nous... le même monde que ces paysans de  l’Aude, du  Tarn-et-Garonne, et du Gers,  qui bloquent les routes par peur et par colère... De nouveaux critères européens risquent de les priver des aides destinées aux zones défavorisées... Près de 500 communes d’Occitanie pourraient se retrouver exclues, et des familles privées de ce qui les amène au niveau du smic... Cela dure depuis deux semaines... C'est dans Midi libre et dans la Dépêche... 

Et une vache dissidente pour finir !

Une vache hollandaise, elle s'appelle Hermien mais sa robe est rougeâtre, et en décembre dernier elle s'est enfuie pour échapper à l'abattoir, et est réfugiée dans un bois à l'est du Pays, elle se cache le jour et la nuit s'introduit dans des étables pour trouver de la nourriture... 

C'est sur internet, prime à Ouest France et VSD qui ont été les premiers à la raconter, Hermien, une cause au Pays Bas, le parti des animaux, a lancé une souscription pour aider Hermine a connaitre une vieillesse heureuse dans un refuge pour bovin retraités... 50000 euros ont été récoltés et sur twitter fleurit le hashtag  #Mekoe (« Moi vache »). Elle est devenue célèbre plus rapidement que des paysans du Midi...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.