Vendredi, c’est le début de l’Euro de football, et il y a comme de l’impatience dans l’air …

« Va-t-on enfin pouvoir s’amuser ? » s’interroge en Une Aujourd’hui en France/ le Parisien…Et c’est vrai qu’on décèle un peu partout dans la presse, l’envie d’avoir envie pour reprendre une de vos expressions préférées Jean-Pierre Raffarin…L’envie surtout de passer à autre chose. « les attentats, les grèves, les manifs, les casseurs, les blocages, manquait plus que les inondations pour miner un peu plus le moral des français, souligne Bruno Dive dans Sud ouest, l’Euro pourrait arriver à point nommé pour redonner un peu de ferveur à un pays qui semble trop souvent perdre confiance en lui et se désunir ».

Nonobstant les problèmes de sécurité dans les Fan Zones, encore loin d’être tous réglés, le président d’une des principales sociétés privées de sécurité confesse même dans le Parisien, « pas question d’emmener mes propres enfants dans ces fan zones », inquiétant, et bien, l’euro serait d’abord une bonne claque aux petites railleries de la presse étrangère que nous subissons depuis plusieurs jours : ce week-end Le journal de Montréal énumérait carrément les 14 bonnes raisons de ne pas venir en France, il y glissait même le ratage de la série télé Marseille, quel rapport ? , l’hebdomadaire italien Expresso en retard d’un épisode météo lançait à sa Une, « Paris brûle » avec photo de manifestant à l’appui, et les dessinateurs suisses se gaussaient de notre Joconde munie d’un tuba…

Pourquoi mettre tant d’espoir dans une compétition de foot ?

D’abord parce que ça s’est déjà vu, que tout commence mal et que tout finisse bien. Le Parisien republie sa Une du 9 juin 1998, à quelques jours du début de la coupe du Monde de foot : « Air France rate son mondial » titrait le journal, les pilotes étaient en grève, et puis il y a eu un accord, et à la fin, on a gagné !

Ensuite parce que quoi qu’il arrive à notre équipe, de toute façon l’anthropologue Christian Bromberger nous l’assure, « L’euro va nous permettre de lâcher prise. Ca va réveiller nos passions, on va pouvoir dire des gros mots affirme t il qu’on ne dit pas généralement et on va souffler un bon coup », allons y donc pour les bons vieux gros mots qui nous font du bien paraît-il…

Au-delà des gros mots, la compétition de football pourrait surtout faire du bien à l’économie française

Ouest France se demande si cet Euro sera une bonne affaire, faisant le bilan comptable de ce que ça coûte, et de ce que ça pourrait rapporter…Et le quotidien l’Opinion l’affirme, « la France ne doit pas se louper ». Car à l’origine, la coupe d’Europe aurait dû être un formidable catalyseur pour l’économie, on a parlé d’1, 26 milliard d’euros d’impact, sauf que ça c’était avant les attentats, les manifs, les grèves et les inondations. Aujourd’hui estime Cyrille Lachèvre, il s’agit surtout de sauver la saison dans le tourisme et le secteur de l’hôtellerie et la restauration. Mais objectif à long terme aussi, il s’agit également de prouver que la France garde intacte sa capacité à organiser de grands événements internationaux. Nécessaire affirme t il pour l’attractivité de la France auprès des investisseurs étrangers. Indispensable enfin pour le dossier de candidature de Paris aux JO de 2024 ou à l’Expo universelle de 2025.

Bref, à partir de vendredi vous l’aurez compris, la France joue gros, François Hollande aussi qui depuis hier, après son passage à l’œil du Tigre sur France Inter puis chez les Bleus à Clairefontaine est soupçonné par Hervé Chabaud dans L’Union, d’être un adepte de la FOOTO THERAPIE, « cette médecine douce destinée à regagner des points dans les sondages », ce qui laisse à peu près tout le monde sceptique

Les Echos Business nous racontent en revanche comme les entreprises françaises ont-elles aussi leur feuille de match pour booster leurs commandes et fédérer leurs salariés. Il y a celles qui ont vraiment de l’argent, 10 millions d’euros le ticket d’entrée pour avoir son logo dans les stades, ce n’est pas à la portée de n’importe quelle trésorerie, celles qui en ont assez pour pouvoir offrir à leurs clients un match avec repas de joel Robuchon en loge, jusqu’à 6 900 euros la place en finale… Il parait que chinois et américains adorent. Et puis enfin, plus économes mais pas forcément moins festives, il y a celles qui installent des écrans géants dans la salle de repos pour leurs salariés. Il parait que ça accroit leur motivation…sinon leur concentration !

On tourne la page du foot…avec de nouvelles questions ce matin autour de Romain D, ce jeune homme blessé le 26 mai à Paris lors d’une manifestation contre la loi Travail, qui se trouve toujours dans le coma

Révélations ce matin dans Libération, avec de nouvelles vidéos et de nouveaux témoignages. Vidéos, qui seront d’ailleurs diffusées dans le Petit journal ce soir sur Canal Plus, qui semble établir un lien de causalité direct, entre la grenade de désencerclement lancée par un CRS, et la blessure du jeune homme. On l’y voit s’écrouler au sol dans la foulée de l’explosion de la grenade. Plus troublant, Renaud Lecadre dans Libération raconte que « lorsqu’un camion de pompiers débarque enfin sur les lieux, Romain y est embarqué sur un fauteuil roulant, visage bandé mais visiblement éveillé voire souriant pour rassurer ses proches. Deux CRS harnachés et casqués montent alors à bord » Ce sont des témoins oculaires qui poursuivent : « ils ont suivi l’estafette, ont vu par une fenêtre latérale les deux CRS se pencher sur lui, leurs gestes étaient violents, au point de faire bouger le fourgon « affirment ils. Acte d’intimidation s’interroge Libé ? Qui réclame, au-delà de l’enquête administrative diligentée par la police des polices, une enquête impartiale, avec nomination d’un juge d’instruction.

On termine par les hommages rendus ce matin au « Greatest »

Magnifiques photos dans le cahier spécial que Libération consacre « au roi Ali ». Magnifique portrait dans l’Humanité qui commence par un récit de combat : « je m’appelle comment, alors comment je m’appelle ? L’œil félin écrit jean Emmanuel Ducoin, le corps tendu et la bouche en avant d’où émerge un protège-dent en suspension au bout d’une langue insolente et insatiable, il lève le poing, frappe, répète les mêmes mots, si beau dans sa rage qu’il ne parle plus le langage de la boxe mais celui de l’homme libre. Je m’appelle comment ? et le miracle opère, dans la violence inouie de ses gestes, à la limite de la cruauté se niche la dignité ». Son adversaire l’avait appelé « Cassius Clay », mais Clay était un nom d’esclave, Mohammed Ali a imposé avec ses poings, le nom qu’il s’était choisi pour vivre en homme libre.

« Mohammed Ali Ko, l’arbitre déclare la victoire de la grande faucheuse sur le ring ». Le dessin est signé Hervé Baudry, regardez le sur franceinter.fr

Depuis septembre, le dessinateur de presse Hervé Baudry avait pris l’habitude d’envoyer à la revue de presse de France Inter via Twitter, quelques uns des dessins que l’actualité lui inspirait. J’en avais relayé certains ici même. Hervé Baudry était chroniqueur « en dessins », dans l’émission On va plus loin sur public sénat, il avait collaboré au Monde.fr et à Rue89, et il avait sorti en début d’année un recueil, très drôle, Histoires drones, l’actu vue du ciel. recueil d’actualité. Formidable. Hervé Baudry avait 54 ans, il est mort ce week-end d’une crise cardiaque, et c’est très triste…l’actu est encore moins drôle sans lui

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.