Tsunami en marche le 18 juin ? y en a qui essaient d'en profiter ! Loi travail, pire ou pas que prévu ? Lsd, une drogue qui fait du bien ? La revue de presse d'Hélène Jouan

On commence par la campagne des législatives…

Avec des candidats Canada dry qui pullulent… On dirait des vrais, ils n’en sont pas. Illustration dans le quotidien La Provence ce matin. « Ces candidats qui veulent prendre le train en marche ».

« Ah bon, c’est vous la candidate d’En Marche ? Parce qu’un autre est venu nous voir hier et nous a dit que c’était lui ! » Nous sommes dans la 5ème circonscription des Bouches du Rhône, et les électeurs ne savent plus à quel candidat de la majorité présidentielle vouer leur bulletin macronien » écrit Sophie Manelli. Sur les 23 candidats en lice sur le secteur, 5 au moins se revendiquent plus ou moins de cette étiquette. Au point que la candidate réellement investie par le République en Marche fulmine et tente de clarifier ce paysage politique pour le moins brouillé.

Il faut dire que sur leurs affiches, les candidats Ps, Modem, écologistes ou UDI utilisent les codes couleur de la campagne de Macron, usent du slogan « majorité présidentielle », « ben oui, j’ai voté Macron au 2ème tour » avance l’un d’eux, photoshopent parfois un peu grossièrement la photo du président de la république, et multiplient les « En marche » à toutes les sauces… Une poule n’y retrouverait pas ses poussins, et les électeurs donc leur candidat. Ce qui a poussé Jean Paul Delevoye, le monsieur Investiture de la République en marche à menacer de référé ceux qui s’arrogeraient une étiquette qui n’est pas la leur.

En attendant la Provence donne quelques conseils pour distinguer « les vrais des faux » : par exemple, s’il y a un deuxième logo sur l’affiche « majorité présidentielle », avec le Parti Socialiste ou Les Républicains, c’est un faux car la république en marche n’a pas accepté de double appartenance. Bon, en cas de doute, allez carrément voir sur le site du ministère de l’Intérieur.

De nombreux candidats entretiennent le doute

Sans doute parce qu’ils espèrent que ça peut leur rapporter gros… Couverture du magazine l’Express en kiosque demain, très second degré de façon assez inhabituelle, sur cette « Macron mania » : couverture rose, hyper « girly » comme on dit de façon très misogyne, avec des petits cœurs, des smacks au rouge à lèvre sur la veste du président, et des légendes super drôles « Poutine, même pas peur, il (MAcron) va sauver la planète face à trump, il marche sur l’eau ». Alors Emmanuel Macron ne guérit pas encore les écrouelles, mais, au-delà des sondages, les premiers résultats de ces législatives, le premier tour dans les circonscriptions des Français de l’étranger sont de fait très favorables aux candidats du parti du président, en tête dans 10 circonscriptions sur 11. « En marche, au pas de charge » titre Libération, « si le tsunami se confirme écrivent Alain Auffray et Laure Bretton, c’est à une véritable purge de la représentation nationale que l’on devrait assister le 18 juin. Et il faut remonter à 1919, pour trouver quelque chose de comparable. 1919, 369 députés sont élus sous l’étiquette Bloc Nationale, c’est la fameuse chambre bleu horizon ». « L’hypothèse d’une macro victoire pour Macron est posée » explique Laurent Joffrin. Dans la logique de la Vème république, le président n’aura donc aucune difficulté à faire avaliser ses décisions. Mais attention, prévient il, cet atout pourrait devenir un inconvénient, car si l’opposition ne se cristallise plus à l’assemblée, elle pourrait le faire dans la rue », laurent Joffrin qui du coup enjoint à ne plus voter utile, mais à voter pour le candidat de ses idées. » Pas bête.

Résultat en tout cas, deux partis au moins sont au bord du précipice, « LR et le PS façon puzzle » nous dit Stéphane Dupont dans les Echos. Le parti socialiste carrément victime d’un « grand remplacement » selon Guillaume Tabard du Figaro, quand les « républicains rient jaune » également avance le journal. A droite comme à gauche, ce sont en effet des bastions qui pourraient basculer, et des personnalités disparaitre ; Nathalie Koscisuko Morizet candidate LR menacée à Paris pousse même un cri d’alarme: « dans 10 jours ma voix peut s’éteindre » lance t elle un brin paniqué dans les colonnes du Parisien ce matin. Thierry Mariani, LR également largement distancé dimanche dans sa circonscription Asie/Russie, a lui d’ores et déjà réactualisé sa localisation sur son compte twitter, écrivant : « bientôt libre ! », une façon de dire qu’il n’y croit plus vraiment

Mais ni La France insoumise de Jean Luc Mélenchon, ni le Front national ne sont à l’abri de la vague. Dans les Echos, Guillaume de Calignon raconte la difficile campagne de votre parti david Rachline : la campagne présidentielle de Marine le Pen a été ratée de l’avis général, ce qui a nourri les ressentiments à l’intérieur du parti et réveillé les fractures sur la ligne politique et économique. Du coup, le FN a largement revu ses espoirs à la baisse en terme de nombre de députés, on est passé de 60 évoqués dans l’euphorie du mois de février à…un prudent « quelques uns » dit désormais le FN. Même Gilbert Collard dans le Gard est annoncé comme menacé.

A une semaine du premier tour, la réforme de loi Travail a fait irruption dans la campagne

Avec le document choc publié hier par Le parisien, pas franchement Canada Dry pour le coup…ce matin, les éditorialistes s’interrogent sur les visées recherchées par cette fuite : « pourquoi avoir fait fuiter le projet de loi ? s’interroge Yolande Baldeweck dans l’Alsace, « brouillon ou ballon d’essai ? » « ballon d’essai, c’est un genre tactique éculé » renchérit Henry Laurent du Télégramme, « mais qui n’a que des avantages, entretenir la pression autour de l’imminence de la réforme, jauger la réaction des partenaires sociaux ». Dans les Echos, leila de Cormamond entend faire pièce à cette thèse ; elle raconte qu’après le communiqué de Matignon parlant de « document de travail de campagne », hier le directeur de cabinet de la ministre du travail a appelé tous les leaders syndicaux pour les assurer qu’il ne s’agissait en rien d’un texte de l’exécutif. Il n’émane a-t-il assuré ni de la ministre, ni de l’équipe de la campagne présidentielle, certains évoquent une note d’un juriste qui n’a même pas participé aux groupes de travail. Déminage plutôt réussi, hier, pas de cris d’orfraie des syndicats, ils attendent la vraie lettre de cadrage qui devrait leur être remise aujourd’hui. Le quotidien l’Humanité n’entend pas attendre, et met en garde contre « ces ordonnances explosives titre t il, qui se profilent dans l’ombre des législatives ». » Il s’agit bien d’atomiser le droit du travail assure Kareen Janselme, du droit du licenciement aux salaires, rien ne sera épargné ». « La loi Travail s’annonce pire que prévu » prédisent également Politis et Marianne sur leur site ce matin

Un nouveau remède contre la dépression ?

On connaissait déjà les vertus sur notre moral de Lucy in the Sky with Diamonds, écrite par les Beatles il y a tout juste 50 ans, et qui faisait référence au LSD, mais si le LSD directement absorbé, à microdose tout de même, nous faisait encore plus de bien, que la chanson je veux dire ? C’est l’hypothèse qui va être testée très scientifiquement avec une imagerie du cerveau à la clef. Sous l’effet de cette drogue hallucinogène nous raconte ce matin le Figaro, c’est en effet tout notre cerveau qui semble s’éveiller aux autres, à la nature, à l’univers. Le Lsd, utile remède donc pour lutter contre l’anxiété et la dépression. Ne vous précipitez pas chez votre pharmacien, c’est pas encore complètement prouvé !

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.