(Nicolas Demorand : "Toujours les mêmes sujets à la Une des journaux : la Grèce, Nicolas Sarkozy et le football. Très classique donc. Essayons de relever les points saillants, avec d'abord la photo du jour")... Un homme, masque à gaz sur la tête, drapeau rouge dans la main droite, jette un pavé de sa main gauche... C'est à la Une de La Tribune et de Libération. Un pavé et, dans la main d'autres manifestants grecs, un cocktail Molotov qui a mis le feu à une banque et fait trois victimes. "Crise en Grèce : cette fois, il y a mort d'hommes", écrit Patrick Fluckiger dans L'Alsace. Et "ces morts viennent brutalement rappeler aux institutions européennes qu'elles traitent avec des êtres de chair et de sang, pas seulement avec des déficits et des taux de change", peut-on lire dans Le Figaro. "Grèce et Europe en état d'alerte", titre Sud-Ouest. C'est "la spirale du pire" pour Fabrice Rousselot, dans Libération. "Combien d'actes nous réserve encore cette tragédie grecque ?". Dans La Croix, une spécialiste des sondages relativise la révolte sociale... "L'immense majorité des manifestants, hier à Athènes, était pacifique. Et, globalement, les Grecs comprennent que les mesures d'austérité pour sortir du méga-déficit sont indispensables". N'empêche... Fabrice Rousselot s'inquiète, dans son édito de Libé, de ce ressentiment qui monte en Grèce et en Europe... "Les Grecs en veulent d'abord à leurs gouvernements, de tous bords, minés par la corruption. Ils en veulent au marché, qui spécule sur leurs malheurs. Et ils en veulent à l'Allemagne, perçue comme le moteur réticent de l'Europe". (ND : "Les marchés et l'Allemagne : ce sont les méchants du jour")... Vilaine Angela Merkel, naguère reine de la presse... Depuis qu'elle s'est montrée réticente à aider les Grecs, le carrosse s'est transformé en citrouille. "Pourquoi Merkel s'écarte de l'esprit européen" : c'est à lire sur le site Internet de Marianne. Selon l'universitaire Gilbert Casasus, "un arrière-plan historique manque à Mme Merkel. Elle ne fait pas partie de ces rares hommes et femmes politiques qui savent dépasser leurs propres intérêts nationaux. Mais rien ne sert de l'accabler : elle ne reproduit que l'image d'une Allemagne qui, vingt ans après son unification, croit avoir un moindre besoin d'Europe". Vilaine Angela... Vilains, les marchés financiers, d'autant plus détestés qu'on ne les connaît pas vraiment. Les marchés financiers pour les nuls... Explication dans La Croix, ce matin... Au fait, qu'y a-t-il derrière ces deux mots ? Eh bien, de l'argent et des hommes. Et l'argent, c'est d'abord l'épargne de chacun : épargne-retraite, assurance-vie, santé. Les hommes : ils sont nombreux, et c'est là que ça se complique. Car, sur les marchés, beaucoup d'intermédiaires gèrent et placent cet argent des épargnants. Et au final, le pauvre épargnant n'a aucune idée d'où son argent a été placé. Il pensait investir dans une Sicav pépère, il découvre qu'elle contient des subprimes. La nouveauté de l'année, c'est que les marchés ont découvert que, comme les entreprises, les Etats pouvaient ne pas être capables d'honorer les échéances de remboursement. Dans ce contexte, la moindre rumeur les fait réagir. Il y a évidemment une part de spéculation, tout le monde la devine, écrit La Croix, mais personne n'arrive à la quantifier exactement. (ND : "Et des méchants vrais ou faux, en tout cas des personnages, il y en a plein la presse, ce matin, au-delà de l'affaire grecque")... D'abord, en effet, tout autre sujet : Johnny... Il revient et il n'est pas content. Retour en France programmé le 16 mai. En pétard, le Johnny : un livre très polémique sur sa période d'hospitalisation sort en librairie. Il a déjà mis ses avocats sur l'affaire. C'est France-Soir qui est à fond sur ce sujet. Galerie de personnages dans Le Monde... Ils sont trois à se disputer les votes des Britanniques aujourd'hui : Gordon Brown, David Cameron et Nick Clegg. Lequel des trois entrera au 10 Downing Street ? C'est l'incertitude, le fog. "Le Royaume-Uni est dans le brouillard", titre Libération. (ND : "Et c'est justement au Royaume-Uni que vous avez trouvé le reportage du jour")... Dans L'Humanité, qui titre sur "la faillite du modèle anglais" : treize ans de gouvernement travailliste, et les inégalités se sont creusées (on y revient dans un instant)... D'abord, l'analyse de cette faillite, on la trouve aussi sur Mediapart.fr... "Il y a quelque chose de pourri au Royaume-Uni". "Treize ans de B&B : Blair et Brown, et le système est à bout de souffle. Le New Labour, avec la Maison Blanche de Bush, est sans doute l'institution qui a le plus donné la priorité à la présentation des faits plutôt qu'à leur mise en oeuvre. le contenant avant le contenu... Les médias britanniques se sont allègrement prêtés à ce jeu". Libération est un peu moins sévère, pour qui le Labour a tout de même réussi à rendre la société britannique un peu moins injuste, après la période Thatcher. On en vient au reportage de L'Humanité et aux lacunes de ces années travaillistes. Illustration à Liverpool, une ville qui s'est profondément transformée. On est loin du tableau noir des misères d'un port qui se mourait : la ville a retrouvé des couleurs, et des façades clinquantes sur les bords de la rivière Mercey. Mais quand on gratte la façade et qu'on va dans les quartiers populaires, l'illusion de la prospérité se dissipe... Des quartiers entiers sont des poches de misère. Les gens vivent avec des revenus moitié moins importants que la moyenne nationale. C'est une immense déception qui s'est emparée de Liverpool. Aux dernières législatives, à peine 40% des électeurs avaient participé au vote. (ND : "Et en France, l'élection présidentielle, c'était il y a trois ans")... Trois ans de Sarkozy donc. Bilan sous le crayon de Plantu, à la Une du Monde... La doyenne de l'humanité, Française de 114 ans, regarde le Président : "114 ans, et moi j'ai toutes mes dents !". Et c'est vrai que le sondage que publie Le Monde ressemble à un coup de poing : 69% des personnes interrogées par TNS-SOFRES jugent plutôt négatif le bilan de ces trois ans. "Il y a une déception qu'on n'a jamais connue avec un autre Président", constate Brice Teinturier, de TNS-SOFRES. Pour regagner des points, selon Le Monde, le chef de l'Etat veut présider autrement : profil bas. Deux priorités : la réforme des retraites et de la dépendance. Ensuite, eh bien ensuite c'est la petite phrase du jour, que l'on trouve dans Le Figaro notamment : on sera fin 2011, et à ce moment-là, "on ne fera que de la politique". C'est ce qu'a déclaré hier le chef de l'Etat aux députés UMP qu'il recevait hier. Beaucoup y ont vu la confirmation qu'il sera candidat en 2012. Pour Le Parisien-Aujourd'hui, on se dirige "vers un duel Sarkozy-DSK"... Le journal s'appuie sur un livre qui sort sur ce thème et intitulé "Le Duel". Dans Le Parisien, on trouve une autre petite phrase, lâchée par Nicolas Sarkozy devant les donateurs de l'UMP qu'il rencontrait lundi soir, une méchanceté à l'égard de Martine Aubry : "Elle, elle joue en deuxième division, et moi en première". (ND : "Allez... On en vient au dessin du jour")... Il est signé Chenez, le dessinateur de L'Equipe. Ca se passe à Marseille. La Bonne Mère tient un bébé dans ses bras. Au-dessus de la tête de la statue, un grand O et un M, sigles de l'Olympique de Marseille. Le gamin est émerveillé : "Maman, on a retrouvé notre auréole". "L'OM est au paradis", titre L'Equipe. Champion de France de foot, après une victoire "3-1" au Vélodrome, face à Rennes. Une paye que la Canebière n'avait pas vécu un tel plaisir. Fabrice Jouhaud le rappelle à la Une de L'Equipe : "La dernière fois que l'OM a fêté ça, François Mitterrand présidait la République et Internet n'existait pas : c'était en 1992". (ND : "Et pour finir, la moustache du jour")... Elle est dans Paris-Match... Match qui a des allures de Journal Officiel avec six pages à la gloire de Carla Sarkozy, et un autre reportage où l'on voit Eric Besson faire de la boxe. Mais il y a aussi cette merveilleuse interview de Jean Rochefort... 80 ans aux cerises, et un mélange de fantaisie et de spleen. Unique. Il pose pour Match en pantalon jaune à bretelles, chaussettes roses et baskets blanches. Rochefort dit son chagrin d'avoir perdu Philippe Noiret et de ne plus pouvoir monter à cheval. Hommage à sa femme Françoise : "Je l'ai rencontrée dans une phase noire de ma vie. Son rire m'a bouleversé. Je suis d'abord tombé amoureux de ses fesses, puis de son visage de femme de général. Elle m'a ramené à la surface de la vie". Lors d'un dîner récent avec Johnny Depp, Rochefort lui a proposé de tourner un remake de "Tarzan". Depp ferait Tarzan et Rochefort Chita : "Parce que j'imite très bien les chimpanzés, vous savez". Il faut caresser avec affection la moustache de Jean Rochefort : ce vieux singe de 80 ans à pantalon jaune nous donne la banane... Bonne journée...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.