Des attentats commis par des enfants se prépareraient en Europe…

Des enfants transformés en monstres par Daesh, qui les éduquait au Califat, en Irak et en Syrie, à tuer des prisonniers, les abattre à la kalachnikov dès l'âge de dix ans ou les décapiter, et  parfois, ils jouaient aussi avec leurs têtes... Ces enfants viseraient désormais l'Europe, et c'est Mediapart qui le raconte dans une longue enquête... 

Un djihadiste revenue de Syrie et de Turquie  a dit aux services de renseignement que Daesh avait formé des enfants au terrorisme, des "adolescents assassins plus difficiles à détecter que leurs djihadistes de pères"... 

Mediapart dissèque la menace et décrit la bestialité à laquelle des enfants ont été soumis... On n'en guérit pas simplement. Le Figaro racontait vendredi un centre de rééducation pour les adolescents de Daesh au Kurdistan irakien, on peut lire l'article sur le site du journal: des jeunes gens en maillot de foot qui regrettent ce temps facile où ils avaient des armes et les femmes leurs étaient offertes au nom de la guerre sainte....

On ne guérit pas facilement, la bestialité va-t-elle fondre sur nous? Une soixantaine de jeunes français auraient été formés à la guerre par Daesh, dit Mediapart... Ils reviennent? Pour l'instant, on a juste vu un petit garçon de 11 ans, qui avait appris à démonter la kalachnikov de son père, et qui regardait, en Syrie, les vidéos d’exécution de l’État islamique...  Mais ensuite ? 

On lit aussi, sur Mediapart, que le danger peut aussi venir de France. Le 16 janvier dernier, un jeune homme âgé de 17 ans a été interpellé en France. Il faisait du prosélytisme sur les réseaux sociaux, et voulait commettre un attentat...  A Londres, vous lirez dans le Guardian... Un dénommé Umar Haque, 25 ans, vantait le martyre et Daesh a des dizaines d'enfants âgés de 11 a 14 ans... Les parents croyaient qu'il donnait des cours de religion...  Avec des complices, il voulait lever une armée d'enfants pour frapper Londres...

Ayant lu cela... On conserve  un léger sentiment d'irréalité... La plupart des journaux analysent le cataclysme politique italien. On voit dans Midi libre ce dessin d'une botte d'où sort un bras faisant le salut fasciste... On sourit par habitude, mais on vient de lire dans Mediapart ce qu'est le fascisme de toujours, qui transforme les enfants en monstres assassins...

Paris-Saint Germain-Real Madrid, c'est ce soir et dans la presse...

Et le football est bienvenu, qui nous rend nos habitudes et ces rivalités qui nous font français, et ce matin la Provence titre avec "Marseille avec Zizou"...   Zizou, Zidane, marseillais, entraineur du Real Madrid, et la Provence donc s'affiche aux côtés de Zizou contre Paris. C'est Marseille évidemment, où la dissidence s'impose contre le pouvoir central... Tiens le grand dossier du journal s'appelle "la traque" et charge des radars routiers "monstrueux" qu'on expérimente entre Marseille et Aubagne, capables de piéger 32 voitures à la fois... Est-ce pour faire de l'argent pour l'Etat ? Etre zidaniste est une autre déclinaison de la résistance marseillaise...

Mais ce n'est pas seulement à Marseille que l'on vénère Zidane et que l'on doute du PSG (autopsié dans Libération) et le Parisien est bien seul à rameuter l'enthousiasme ce matin autour du Parc « forteresse imprenable ». Il mobilise le rappeur Black M, « la magie va opérer » et Mme la maire Hidalgo, « les parisiens sont des guerriers » !

Oui mais ailleurs, on soupèse... Tenez, l'Equipe... "Paris ne sera pas l'équipe de tout le monde", constate l'éditorial mais il faut pourtant faire rêver... Mais ce qui fait rêver dans l'Equipe... C'est le portrait de Sergio Ramos, défenseur tatoué et capitaine du Real, un monstre qui serait bien devenu chanteur de flamenco... Ce qui fait rêver, c'est Zidane encore et son adjoint, Hamidou Msaidie, kiné humaniste qui retape les galactiques en leur massant le crane et le site de l'Equipe achève la démonstration dans un benchmark des deux entraineurs. Emery le parisien envoie du stress à ses joueurs, quand Zidane donne de la confiance...  

Pendant ce temps, on lit que les dirigeants de Paris vont amener les dirigeants du real chez Guy Savoy...

Courtoisie ou malaise...  

Vous lirez dans l'Humanité l'histoire oubliée de Antonio Ortega Guttierez, il était militant communiste, et colonel républicain pendant la guerre civile espagnole, il fut alors nommé président du Real ... qu'on appelait, République oblige, Madrid football club... Et Ortega imaginait un club du peuple où les joueurs ne seraient plus échangés comme des jetons... La défaite des républicains abolirait ce rêve, Ortega serait fusillé en 1951, et le Real deviendrait le club favori de Franco et raierait de sa mémoire ce communiste...  Zizou tu lis l'Huma...?

Et Brigitte Macron était hier à Dijon...

Et l'épouse du chef de l'Etat incarne ce matin un besoin de monarchie souriante... Elle est à la une du Bien Public et du Journal de Saône-et-Loire avec ce même titre, "Brigitte Macron s'engage à Dijon" contre le harcèlement scolaire... Car il s'agissait de cela hier au lycée Carnot. Sujet grave, le Courrier picard racontait hier ce lycée de Ham, où la mort d’un enfant, Clément, n’a rien changé aux comportements des caïds et aux aveuglements des adultes. Mais on lit que « Brigitte Rock Star » a été jugée « fraiche » par les jeunes gens : cool pour elle mais tout de même !

On lit dans le Figaro ceci, que Brigitte Macron, ancienne prof, a reçu des lettres déchirantes d'élèves harcelés... On lit aussi cette interpellation d'une jeune homme invité hier aux débats qui parlait aux lycéens...

"Vous vivez dans une jungle où les adultes n'interviennent pas parce qu'ils ne savent pas..."

Il s'appelle Nino Arial, il est youtubeur et humoriste, et s'est engagé lui aussi contre le harcèlement dans une vidéo, écoutez.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.