Vous vous souvenez peut-être de ce début de sketch de Pierre Desproges...

C'était l'histoire de Rachid Cherkaoui, épicier arabe qui se fait agresser dans le 18ème arrondissement de Paris.

Dans Le Monde en kiosque ce n'est pas un arabe mais un noir qui s'exprime. Harry Roselmack, l'homme qui a fait passer le 20 heures en couleur sur TF1. "La France raciste est de retour, je me sens ramené à ma condition de nègre."

Les rues de Paris ne sont plus sûres… Celles d'Angers non plus apparemment. C'est là que Christiane Taubira a été insultée par une gamine de 12 ans : « La guenon, mange ta banane ! »

Ce matin dans Libération , la ministre de la Justice parle longuement de cet incident et de ce qu'il révèle. « Le sujet ce n'est pas ma personne dit-elle. Au delà de mon cas, ces attaques racistes sont une attaque contre la République. Des choses sont en train de se délabrer. C'est la cohésion sociale qui est mise à bas, l'histoire d'une nation qui est mise en cause. »

Christiane Taubira dénonce, entre autres, la banalité avec laquelle le Front national est aujourd’hui présenté.

« La France devient-elle raciste ? », c'est le titre de Une du Parisien-Aujourd'hui en France ce matin. La candidate FN aux municipales, virée depuis, qui compare la ministre, (encore elle !) à un singe, les Unes de magazines sur l'invasion de l'Islam, les propos d'élus contre les Roms... La parole raciste gagne du terrain, constate le journal.

Reportage à Amiens. Témoignage d'une jeune femme pour qui les repas du dimanche en famille deviennent pénibles : « Mes parents, ma sœur, tous... Ils ne supportent plus les étrangers. Ce n'était pas dans leurs idées avant »

On pourra conseiller à la famille de cette jeune femme le Hors-Série de Courrier international sur les Français dont on parle le plus à l'étranger. 60 personnalités qui intéressent la presse au delà de nos frontières. Courrier relève que les artistes ont du succès mais aussi les politiques qui ont des origines étrangères.

L'automne est encore pesant en France à bien des égards. Cette montée du racisme, la colère en Bretagne, les plans sociaux qui se multiplient : « La France frappée par plus de 1.000 plans sociaux en un an » titre Le Monde . Et la Commission européenne qui maintient la pression : « Dettes, déficit, chômage, Bruxelles ne croit pas aux promesses de Hollande » - manchette du Figaro .

Heureusement, il y a Baloo

Prenez les deux premières lettres de Bayrou, les 3 dernières de Borloo : ça fait « Baloo », mot clé qui s'est imposé hier sur Twitter pour parler des « Secondes noces », comme titre la presse de la Manche, entre les deux hommes, entre le Modem et l'U.D.I.

Vous avez remarqué comme tout le monde se marre dès qu'on parle du centre ? Dans ce registre, le Huffington Post faisait fort au petit matin. A la Une, les têtes des deux B fusionnées. Cela donne le visage un peu fatigué de François Bayrou sous la chevelure en pétard de Jean-Louis Borloo. Halloween le retour...

Plus sérieusement, le site relève les blancs dans ce contrat d'union. Il y en a cinq. Qui sera le chef ? Qui, les alliés ? Quelle est cette droite républicaine désignée comme partenaire politique ? Quel programme ? Quel candidat à la présidentielle ?

On verra quel est le destin de ce Pacs. En tout cas, au lendemain de sa naissance, la presse n'y croit pas beaucoup. « Attelage impossible », selon Mediapart . « Votes en 2012, positionnement pendant le quinquennat Sarkozy, conception du centre, affaire Tapie : de nombreux éléments séparent les deux leaders centristes.»

« Pourquoi adhérer à ce jeu d'équilibre demande Jean-Louis Hervois dans La Charente Libre , alors que la vie nationale réclame sans cesse toujours plus de clarté ? »

« Initiales BB », dans Le Républicain Lorrain , Philippe Waucampt pèse les écueils et les chances qui se dressent devant l'Alternative, le nom de cette union. Une vie politique qui se joue de plus en plus à trois : UMP-PS-FN. Dans ce cas, pas d'espace pour le centre. A moins que la gauche ou l'UMP explosent sous la pression de leurs contradictions.

Quoi d'autre dans la presse ?

Etienne Daho a failli mourir. Interview à Télérama sur ses gros soucis de santé depuis cet été. Une appendicite qui a dégénéré en très méchante péritonite. « Je vomissais des litres d'un liquide noir. »

Les PV automatiques en voie de généralisation pour les automobilistes fautifs. Selon l'hebdomadaire Auto plus , l'année prochaine, plus de 85% des verbalisations seront réalisés de cette manière.

Pas de loi pour encadrer la pratique religieuse en entreprise. Après la commission consultative des droits de l'homme et l'observatoire de la laïcité, le conseil économique, social et environnemental recommande de ne rien changer. Le droit est suffisant en l'Etat. C'est à lire dans La Croix .

Kering, l'ex Pinault-Printemps-Redoute veut trouver un repreneur pour La Redoute avant Noël. Son directeur général parle dans la presse du Nord ce matin. « La reprise aura des conséquences sur l'emploi supérieures au plan de 2008 ». Il y avait alors eu 672 départs. «Ce ne seront pas forcément des départs dit encore Jean-François Palus, il y aura aussi des transferts de postes.»

Et une virée en mer, bien secouée...

Le départ de la transat Jacques-Vabre doit être donné demain, si le temps le permet. Traversée de l'Atlantique entre le Havre et le Brésil. Deux Mod 70 participeront à la course. Ces bateaux sont des monstres des mers. Ils sont plus longs que des bus à soufflet, le mat est plus haut que l'Obélisque de la Concorde et la surface de voile peut atteindre l'équivalent de deux courts de tennis. Le tout sur des trimarans, bateaux à trois flotteurs, pas ce qu'il y a de plus stable.

Toutes ces précisions sont dans L'Equipe , qui a embarqué une journaliste à bord de chaque Mod lors de leur convoyage entre la Bretagne et le Havre.

Première ligne de Sophie Tutkovics, qui a été secouée comme un romain par Obélix pendant 21 heures : « Est-ce que ça va s’arrêter ? Quand est-ce que ça va s'arrêter ? » En pointe le bateau sur lequel elle est montée, baptisé Oman Air, atteint 66 kilomètres heures – 36 nœuds pour les puristes. Les hommes sur le pont prennent des litres et des litres de flotte. Et à cette vitesse ca n'est pas une douce caresse. Un des marins a revêtu un casque de sauveteur en mer avec visière en plexiglas.

Ca vibre, ca craque, ca claque, ca cogne, ca hurle. En vitesse de croisière, écrit la journaliste, « impression d'être dans un TGV qui, en plus du mouvement pendulaire serait balloté de haut en bas ». Il faut une attention de tous les instants, pour éviter par exemple ce chalutier qui n'était pas sur les révélés GPS. Le chavirage ou le passage par dessus bord sont l'affaire d'une demi seconde. On peut aussi se faire salement fouetter par un câble qui trainerait.

Ces géants sont conçus pour être manœuvrés par 6 à 8 marins. Ils seront 2 pendant la transat Jacques Vabres.

La barre du trimaran est en carbone. Mais au bout du manche, le skipper d’Oman air, Sidney Gavignet, a fait ajouter un morceau de bois. Mieux vaut toucher un peu de bois quand on embarque à bord de ces bestioles.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.