On commence par la photo qui a fait le tour du monde hier…

Il est à peine 13h, quandSophie Pedder , correspondante à Paris deThe Economist tweete la

, torse nu escaladant un grillage « ce n’est pas une image prise à Calais, écrit-elle,mais le directeur des Ressources Humaines d’Air France échappant à ses poursuivants ». Quelques minutes plus tard, l’ex-candidat à la présidentielle, Olivier Besancenot, fera dans l’ironie accusatrice « sans culotte : 1 ; sans chemise : 0 »

Inutile de vous dire que la presse internationale penche clairement pour le « shocking » !

Du Guardian à la Tribune de Genève , du Wall Street Journal , au Financial Times àEl Pais en passant par le Corriere della Serra ouDie Welt , les clichés des deux dirigeants d’Air France , chemise en charpie et cravate pendante, font la Une des journaux papier ou des sites. Tous insistent sur «l’attaque choquante » contre les deux dirigeants, mais aussi sur l’incapacité de l’entreprise française à se réformer.

Mais c’est dans la presse française que les commentaires sont les plus vindicatifs

«Injustifiable » titre Aujourd’hui en France/le Parisien , «La compagnie aura du mal à se relever d’un tel spectacle », «Inqualifiable, que ce lynchage en règle » pour leFigaro ; dans l’Opinion , Nicolas Beytout fustige « Ces quelques abrutis incapables de réfléchir un court instant aux conséquences de leurs actes ». La Croix parle de honte à sa Une, en élargissant sa vindicte : « on éprouve aussi , dit Guillaume Goubert dans son édito, un sentiment de honte à constater que le dialogue social peut aussi mal tourner dans une entreprise qui porte le nom et les couleurs du pays ». « Quelques centaines d’excités ont fait sauter un verrou symbolique , renchérit François Vidal dans lesEchos ,celui qui sépare une société moderne dans laquelle les conflits se règlent par le dialogue d’avec une civilisation où prévaudrait la loi du plus fort »

La presse est donc quasi unanime pour condamner le coup de force de ces salariés, mais l’Humanité fait exception. Long article consacrée à la nouvelle solidarité syndicale, celle qui unit les rampants et les volants d’air France, comme on dit, mais court encadré sur les incidents d’hier. « Du Japon, Manuel Valls s’est dit scandalisé par les violences inacceptables. Mais il n’a pas été choqué écrit le quotidien, par l’annonce des 2 900 postes à disparaître »

Vous retrouverez sur le blog de l’AFP consacré aux coulisses de l’info, , le récit deKenzo Tribouillard , le photographe auteur des clichés qui ont circulé : il décrit une scène hallucinante, «Un phénomène de foule, spontané, incontrôlable, qui dégénère petit à petit, jusqu’à aboutir à des actes qui sans doute, dépassent ceux-là mêmes qui les ont commis »

A l’étranger, la menace d’une troisième Intifada

« Dans les allées ombragées de la vieille ville de Jérusalem, règne le silence , nous raconte Piotr Smolar dansLe Monde . Ce n’est pas un silence paisible, rien à voir avec le recueillement. Il est lourd, irrespirable »

Ces derniers jours, les affrontements se sont donc multipliés entre israéliens et palestiniens, faisant craindre une troisième Guerre des Pierres. Mais à en croireLe Monde , elle serait d’un genre nouveau. S’appuyant sur le parcours du jeune palestinien qui a poignardé à mort deux hommes samedi soir à Jérusalem, Piotr Smolar écrit : « en 2015, un jeune palestinien n’a pas besoin de suivre un parcours militant ou de rejoindre un groupe armé pour basculer dans la violence. Il y a Youtube.Internet est un accélérateur de rage. Les questions nationalistes s’effacent, faute de résultat, devant les questions identitaires et religieuses ». Même analyse du correspondant de Libération , «À Jérusalem comme en Cisjordanie, les suspects ne revendiquent aucune affiliation politique, ils planifient leurs attaques en échangeant avec leurs amis sur Facebook et Whatsapp, juste pour réagir aux événements du jour. » Aujourd’hui ni le Fatah , le parti deMahmmoud Abbas , ni le Hamas, ni personne, ne les contrôlent plus, ils sont dépassés par une rue qui se méfie d’eux ».

L’évasion fiscale également dans la presse ce matin, et si c’était le début de la fin…

«L’évasion fiscale à grande échelle, c’est fini ! » C’est la promesse faite hier par l’homme qui, à l’OCDE, est chargé depuis deux ans de mener à bien les négos visant à empêcher les multinationales d’échapper à l’impôt. A la clef nous expliquent les Echos , entre 100 et 240 milliards de dollars par an à récupérer, de quoi aider à résorber quelques déficits publics…Le Parisien nous dévoile quelques fiches d’impôts de ces sociétés qui, jusqu’ici jouaient des distorsions de fiscalité entre les pays, pour alléger leur contribution : le site d’enchères Ebay par exemple qui ne verse au Trésor français que 74 000 euros, parce que la maison-mère est à Berne en Suisse, quand Le Bon Coin a dû s’acquitter lui, de 30 millions d’euros en jouant le jeu ! Avec 15 nouvelles règles à mettre en place d’ici 2017, et qui concernent 90% de l’économie mondiale, les états du G20 et de l’OCDE espèrent donc enfin tourner la page des paradis fiscaux.

En France, c’est aujourd’hui la sixième journée nationale consacrée aux « aidants »

Ces quelque dix millions de personnes , ces «invisibles » comme les appelle l’Humanité , qui prennent soin quotidiennement d’un proche, malade, handicapé ou simplement âgé. Guy, 58 ans s’est occupé de sa femme insuffisante respiratoire jusqu’à son décès. « On devient aidant sans le savoir, on le reste sans le vouloir » lâche t-il dans le Parisien …Il raconte la dépendance croissante de son épouse, qui l’empêchera de dormir plus de deux heures d’affilée pendant trois ans, les 14 médicaments à administrer midi et soir, les filtres du respirateur à changer…et l’incompréhension des proches, des enfants même, qui s’éloignent. «Jamais un médecin ne s’est tourné vers moi pour prendre de mes nouvelles » dit Guy, qui aujourd’hui a rejoint une association d’aide à ces infirmiers de l’ombre.

A lire également dansLibération ce qui pourrait bien relancer la guerre du Larzac pourtant éteinte depuis 34 ans ! Depuis que le gouvernement a annoncé l’installation prochaine de 1200 légionnaires dans l’ancien camp militaire, les tenants du « gardarem lo Larzac » se réveillent, comme Joseph, 66 ans qui s’exclame « On est des born again » prêt à reprendre le combat, dit-il, pour avoir enfin droit à un Larzac civil et pacifié , quand les élus locaux eux se réjouissent de voir du sang neuf débarquer dans un bassin en crise et en déclin démographique.

Enfin, vous en avez soupé de Morano à l’oral, et bien préparez-vous à subir Morano à l’écrit ! Le Figaro nous apprend que la future ex-tête de liste aux régionales a reçu une lettre de Brigitte Bardot qui l’a trouvée « Très bonne chez Ruquier », et qu’elle prépare un livre à quatre mains avec Solange, son amie qui, je cite «est plus noire qu’une arabe ». Son titre «L’Amitié en Noir et Blanc », « Ça va en défriser plus d’un » affirme Nadine Morano.

Mais vous pouvez aussi préférer vous replonger dans le regretté Henning Mankel , auteur tutélaire du roman noir scandinave, disparu hier, à qui Phillipe Lançon dansLibération rend un joli hommage : « Son œuvre est celle d’un Alceste humaniste ou d’un révolté pascalien ; écrire lui a permis de faire partager les valeurs auxquelles il croyait »

Frottez-vous donc à son héros, Kurt Wallander, « commissaire bourru et solitaire qui se désespère d’un monde d’indifférence et de misère sociale et mentale ». Vous verrez, comme dirait l’autre, «ça défrise »

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.