C'est dans le "New York Times" : un éditorial sans appel, sous le titre : "L'Amérique est dans l'attente d'un chef"... Notre confrère américain écrit : "Bush a prononcé l'un des pires discours de sa vie, sans rapport avec la détresse nationale et le besoin de paroles consolatrices et apaisantes... Un discours presque j'menfoutiste"... Cette Amérique, c'est celle que Jules Clauwaert, dans "Nord-Eclair", appelle "L'autre Amérique" : celle qui se montre incapable de gérer chez elle l'assistance à une population livrée à elle-même, face aux éléments déchaînés. Et c'est ainsi que l'hyper-puissance américaine offre à l'opinion mondiale des images que l'on croyait réservées au tiers-monde des pauvres frappés par le malheur. Ce qui inspire à "La Dépêche du Midi" ce titre : "L'incroyable chaos, le cauchemar américain"... En opposition au fameux "rêve américain" évidemment. "L'Amérique souffre, et les Américains ont honte, car ils sont indignés de la distance, sinon de l'indifférence, de leurs dirigeants", reprend Dominique Moïsi dans "Ouest France". Et puis faut-il rappeler que les victimes sont essentiellement des Noirs, pauvres... Ce qui, aux Etats-Unis, a encore valeur de synonyme... D'où ce titre de "L'Humanité" : "Sur fond de Katrina, le racisme..." A La Nouvelle-Orléans, explique Bruce Gordon, le président de l'Association nationale pour la promotion des gens de couleur... Ca s'appelle comme ça... Très politiquement correct, à l'américaine... Bref... A La Nouvelle-Orléans, les Noirs ont été décrits comme des voleurs, des pillards et des voyous... Et ce n'est pas tout... Au Texas, Etat voisin, à population très majoritairement blanche, on fait la grimace devant le déferlement des réfugiés noirs de Louisiane... Ce que le chef de la police de Dallas résume ainsi : "Nous nous préparons au pire"... Oui... Mots entendus et rapportés par Jean Châtelain, de "L'Humanité". Et voilà que George Bush découvre la compassion, comme le titre le même journal, "L'Humanité"... Bush, Président d'un pays colosse aux pieds d'argile... L'expression est employée par Patrick Fluckigé, dans "L'Alsace"... "4 ans après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, écrit-il, les Etats-Unis sont confrontés à une catastrophe encore plus meurtrière". D'ailleurs, "France Soir" pose la question à Catherine Durandin, de l'Institut des relations internationales et stratégiques... "Y aura-t-il, selon vous, un traumatisme comparable à celui du 11 septembre ?"... "Oui, répond la chercheuse, spécialiste des Etats-Unis... Je pense même que cette catastrophe marque la fin de la page d'histoire affective des Etats-Unis ouverte après les attentats de New York : un sentiment nouveau est en train de naître : l'Amérique n'est plus menacée par les terroristes, mais par un ennemi intérieur : la fracture sociale"... "Et ce n'est pas tout, poursuit Catherine Durandin : lors du 11 septembre, la population victime s'était soudée... Cette fois, il y a un sentiment de honte, d'autant plus que l'ampleur de la catastrophe était annoncée". Sur ce point, vous lirez un témoignage troublant dans "Le Monde" : celui de Chris Mooney, chroniqueur scientifique au magazine "American Prospect"... Il y a un peu plus de 3 mois, il avait publié un article annonçant qu'un cyclone de grande ampleur risquait de détruire La Nouvelle-Orléans et de provoquer la mort de 25.000 personnes. C'est vrai qu'il n'est pas le seul à l'avoir prévu, et il le dit lui-même d'ailleurs... "Je n'ai fait que publier ce que les scientifiques disent depuis des années... Mais dans mon estimation des victimes, j'avais imaginé un cyclone de catégorie 5... Or, Katrina a été de catégorie 4... Le nombre de morts devrait donc être beaucoup moins élevé"... "Alors, à qui la faute ?" demande "Le Monde" au chroniqueur américain... "A nos dirigeants". On ne saurait être plus clair. Il est des jours où le chiffre remplace le texte : il est à lui seul une info...Alors, affiché en gros sur la Une, il peut faire mal : effet garanti… C’est dans "Le Parisien" 1-53... Oui, 1 euro 53 le litre de sans-plomb 98. Que tous ceux qui, depuis 5 ans, font l’effort louable non seulement de convertir mais de penser en euro me pardonnent… Mais 1-53, c’est plus de 10 francs… Vous vous rendez compte : 10 francs le litre… 1 euro 50 : nous y sommes… Et ça fait mal parce que c’est quelque chose qui touche à ce qu’il ne faut surtout pas toucher : le porte-monnaie et la bagnole… Plus gênant, cela touche aussi le chauffage… D’où la prime fioul, de 75 euros, pour toutes les personnes non imposables… C’est d’ailleurs dans "Le Parisien" que le ministre du Budget apportait l’info hier, selon laquelle les formulaires nécessaires à l’obtention de cette prime seraient disponibles dès demain dans les trésoreries et sur Internet. Quant à la sacro-sainte voiture, peut-être faut-il s’aligner sur le bon sens de Jean Marc… De ces Français qui témoignent tous les jours dans "Le Parisien" : "Dès demain, je change de voiture, dit-il : je vends ma grosse, j’achète une petite". Un chiffre donc, dans "Le Parisien"… 3 lettres dans "Le Figaro"… OGM… Et cette information que nous apporte le quotidien : en France, dans 12 départements, on cultive tranquillement 1.000 hectares de maïs transgénique… Dans un secret total. Est-ce légal ? Oui et non. D’abord parce que ces cultures sont autorisées en Europe…Donc il suffit de prendre la loi au pied de la lettre… Quant aux chiffres, on dit ce qu’on veut puisque rien n’oblige les agriculteurs à déclarer leur culture transgénique. Ainsi, nous explique "Le Figaro", même le ministère de la Culture, qui n’a pas voulu ébruiter l’affaire, ne connaît pas l’étendue exacte de ces cultures. Situation évidemment très gênante puisqu’elle empêche tout contrôle des risques de contamination. Voilà : transgénique… transgression… Là encore, oui et non… Selon Nicolas Barré dans « Le Figaro »… Car des réponses existent… La plus brutale d’entre elles revient à interdire pratiquement toute culture transgénique… C’est « adieu progrès »… Et c’est ce que fait l’Allemagne… Non… La plus sensée, poursuit notre confrère, c’est de mettre en place des règles permettant d’éviter la contamination, comme en Espagne. Conclusion du « Figaro » : contrairement à ce que proclament les anti-OGM, les deux agricultures sont possibles en France, qui a donc le choix entre suivre Madrid et maintenir son rang de première puissance agricole d’Europe, ou imiter Berlin et se condamner au déclin. A part ca, c’est toujours la rentrée… Et si vous le voulez bien, on va s’intéresser à la rentrée culturelle avec "Le Figaro", qui nous offre 8 pages entières ce matin… Ce n’est pas un carnet spécial : ce sont 8 pages du journal : Un vrai choix éditorial… Un spectaculaire lever de rideau sur tout ce que la France du spectacle propose : spectacle vivant : théâtre, cirque, musique, danse… Sachez, par exemple, que pas loin de 60 générales sont inscrites au calendrier de septembre pour la seule ville de Paris et sa région… Mais des Célestins à Lyon jusqu'à la Criée à Marseille, en passant par les Treize Vents à Montpellier, où Isabelle Huppert jouera "Psychose" de Sarah Kane, il y a franchement de quoi faire… D’où ces pages du Figaro, sous l’égide de notre consoeur Armel Héliot… En ligne avec nous… Bonjour…. Beau travail, déjà.. C’est une habitude, au "Figaro", ces 8 pages pour la rentrée artistique ?… Pas de critique de spectacle, en tout cas, pour les reprises… Pas de promo non plus… Et plus qu’un simple programme : comment on pourrait définir ces pages-là ? Qu’est-ce qui va faire l’événement à l’automne au théâtre, à votre avis ? * Et puis, en danse, on s’aperçoit que, contrairement à d’habitude, il n’y aura pas essentiellement présentés l’été dans les festivals : il y a vraiment du nouveau… Une collection automne, si j’ose dire... Merci Armel Héliot. Au fait, Jacques Chirac… Ai-je oublié de vous en parler ? Non, mais mais bon, il va bien… C’est peut-être pour ca qu’il est à l’hôpital... C’est parce qu’il va bien… Les communiqués continuent de nous le dire… Le sujet, en tout cas, a disparu de la Une des journaux… Le débat sur la transparence et la rivalité Sarkozy-Villepin aussi… Je voudrais juste vous signaler l’édito de Sébastien Homer dans "L'Humanité"… Un petit texte presque perdu en avant-dernière page, en bas à droite… En fait, c’est un retour sur image… Dimanche… Une voiture sort du Val de Grâce, toutes vitres teintées… D’où surgit une main qui fait coucou aux caméras de France 3… Qui est-ce ? C’est Bernadette Chirac, qui vient de rendre visite à son mari... Et à la sortie, devant les caméras donc, elle se contente d’agiter sa mimine à la caméra, nous rappelle Sébastien Homer, qui ajoute… "Les signes, comme les mots, sont importants. Le Pape bénit de 2 doigts, le révolutionnaire tend le poing… Bernadette, elle, agite sa main… On se croirait dans le Londres royal et surrané d’un carosse sur les pavés. Un simple coucou au bas peuple. Pour dire que tout va bien… Pour ne rien dire, en fait". Rien. Bonne journée... à demain.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.