Un mot, en Une des journaux, ce matin... Croissance... Un mot synonyme d'inquiétude... Parce que ce matin, vos journaux ne cachent pas leur pessimisme... "Alerte sur la croissance", pour Le Figaro... "Perspectives en forte baisse pour la croissance française", explique Le Monde... "Une croissance recalée", constate Libération... "La France en panne de croissance", insiste La Montagne... Et Les Echos résume : "La croissance mondiale fléchit, la France accuse le choc"... Bon... Je stoppe là... Mais vous le voyez : le stress est général... L'oiseau de mauvaise augure, eh bien c'est l'OCDE... "L'organisation internationale a revu ses prévisions à la baisse pour les USA et l'Union européenne", explique, en Italie, La Repubblica... Outre-Manche, le Financial Times s'inquiète pour les Etats-Unis et la France... Alors la France justement... La Tribune le dit : "C'est un coup de froid sur la conjoncture française"... La révision des prévision de l'OCDE est forte, elle ramène la croissance tricolore de 2,2% à seulement 1,8... Et pour la plupart des éditorialistes ce matin, la vraie catastrophe, c'est l'entêtement du gouvernement... Parce que, pour l'instant, le ministère de l'Economie maintient la prévision officielle de 2,25% de croissance pour 2007... "Mais en refusant de revoir ses estimations, Bercy complique la mise en oeuvre du budget 2008", explique Libération... Il faut dire, commente Françoise Crouïgneau dans Les Echos, que "l'OCDE vient de lancer un solide pavé dans la mare... Et du coup, le chemin du Président Sarkozy s'annonce pour le moins délicat et miné dans les mois qui viennent... Entre choc de confiance et choc de défiance"... "Le gouvernement va devoir trouver un mouton à cinq pattes s'il veut tenir ses prévisions de croissance", ironise Pierre Taribo dans L'Est Républicain... Parce que, comment faire ?, s'interroge Daniel Ruiz dans La Montagne... "surtout après nous avoir tellement dit combien la croissance était indispensable pour financer le paquet fiscal"... Dans le même temps, sur la croissance... vous lirez la détermination de Nicolas Sarkozy dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... une interview accordée hier au journal avant le déplacement du chef de l'Etat dans la région... Alors que dit-il sur le chapitre de la croissance, sur les prévisions de l'OCDE ?... "La croissance, je ne l'attendrai pas... J'irai la chercher... Si elle elle n'est pas assez forte, j'irai encore plus loin dans l'allègement du coût du travail... dans la création des emplois de service... et dans la réforme des 35 heures... Je ne crois pas à la fatalité"... Paroles, paroles... C'est un peu ce que semble dire L'Humanité, en Une, ce matin... "Pouvoir d'achat : déjà 4 mois de mensonges"... Et Pierre Laurent dénonce : "Le divorce entre les mots et les actes est déjà flagrant"... Puisque l'invité, ce matin, est Xavier Darcos, le ministre de l'Education... parlons école... Avec ce sondage d'abord... qui a de quoi satisfaire ministre et enseignants... "88% des Français plébiscitent l'école", titre Le Dauphiné Libéré... Alors, en fait, c'est un sondage TNS-SOFRES pour la presse quotidienne régionale... Un sondage détaillé en Une de La Voix du Nord... 88% sont satisfaits de leur établissement ou de celui de leurs enfants... 88% estiment les enseignants bien formés... même si 40% des sondés souhaitent une réduction du nombre d'élèves par classe... Mais tout bien considéré... comme le résume Le Midi Libre... ce sont plutôt "de bonnes notes pour l'école et l'université"... Alors tout le monde est content... et en même temps... Le Nouvel Observateur met les pieds dans le plat... "Ecole : le scandale de l'illettrisme"... L'hebdomadaire revient sur les 40% d'élèves en difficultés en sixième... sur les fautes d'orthographe chez les étudiants... et les stages de mise à niveau pour les cadres... Alors si de plus en plus d'élèves ont du mal à lire et à écrire correctement, à qui la faute ?... Eh bien d'abord, pas de chance : notre orthographe est l'une des plus difficiles du monde... En même temps, on a aussi des méthodes bizarres pour l'apprendre, visée (vous vous en doutez) : la méthode globale, qui a encore de beaux restes... Et puis, explique Le Nouvel Obs, on ne fait pas assez de grammaire... L'école demande aux enfants d'apprendre tout, de plus en plus vite... S'ajoute à ça l'inégalité sociale... Dans la cour, l'élève peut dire "bagnole" ou "caisse"... Dans la classe, il est censé ne parler que d'"automobile" ou de "voiture"... Or, dans les milieux sociaux défavorisés, le langage de l'école n'est pas repris dans les familles... L'Education Nationale continue d'ignorer le problème, alors qu'il faudrait enseigner le français comme une langue étrangère... Alors la conséquence... elle se fait sentir évidemment plus tard... dans le monde du travail notamment... Dans Le Nouvel Observateur toujours, vous lirez les lamentations de cet artisan-menuisier... "Comment je fais quand l'apprenti ne sait pas lire les plans ni remplir un bon de commande ?"... Et puis il y a aussi ce qui reste tabou... les stages d'orthographe... Un formateur raconte que pour donner des cours particuliers à un grand patron, il a dû signer une clause de confidentialité... L'école... Il n'y a pas que les Français qui se posent des questions à son sujet... Dans The Times, ce matin, cette question, en Une : "Mettons-nous nos enfants trop jeunes à l'école ?"... La journaliste explique que les études montrent l'importance du jeu dans le développement futur de l'enfant... et que plus ce dernier aura commencé tard l'école, plus il aura envie d'y aller et de poursuivre des études... En Allemagne, c'est le Sueddeutsche Zeitung qui a enquêté sur la matière préférée des élèves allemands... Et l'on sent le journal quelque peu dépité devant le résultat : le sport... A présent, direction le Maroc... Parce que demain, les Marocains prendront le chemin des urnes... élections législatives oblige... Et cela intéresse bigrement vos journaux... "Au Maroc, un test pour la démocratie", titre Ouest-France... "Un test, parce que cette élection doit faire face à la montée continue des islamistes", explique le journal... Du coup, pour Le Figaro, c'est "le pari des élections pour Mohamed VI"... Portrait d'un pays qui se transforme... 20 pages spéciales, présentées par Libération... où l'on découvre un Maroc entre islamisme et développement économique... censure et effervescence culturelle... Bref, un pays qui se transforme... Pour Libération... qui s'est associé pour l'occasion au magazine marocain TelQuel... c'est l'avenir périlleux du monde arabe qui se joue à Rabat... "Si ça marche au Maroc, écrit François Sergent, malgré toutes les limitations et les imperfections d'un système, alors cela peut servir d'exemple à toute la région... Parce qu'au Maroc, c'est sans masquarade et sans hypocrisie que les femmes votent et sont élues, et qu'une vingtaine de partis politiques jouent le jeu du débat démocratique"... Ailleurs dans la presse, ce matin... Vous pourrez vous pencher sur la guerre des bandes... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, le procureur général de Paris annonce des contrôles accrus et des sanctions plus lourdes, après les affrontements entre bandes rivales dans la capitale... Dans la presse people... Paris Match affiche en Une Ségolène Royal... avec ce titre : "J'ai cicatrisé ma blessure"... De la défaite électorale à sa rupture sentimentale, on aurait pu penser que l'ex-candidate à la Présidentielle avait plus d'une blessure à cicatriser, mais bon... Alors vous la verrez tantôt à La Rochelle, lors de l'université d'été du Parti Socialiste le week-end dernier... tantôt à Boulogne, dans son jardin... Alors évidemment, ce sont là des photos officielles... Mais en même temps, faudra pas venir râler s'il y en a un jour des volées... Et puis pour finir... La loi, c'est la loi... La Provence raconte l'histoire de ce bar-tabac du village de La Motte, près de Draguignan... Le Bar des Cascades doit fermer... La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence a appliqué rigoureusement la loi qui interdit l'installation d'un débit de boissons à moins de 40 mètres d'une église dans les petites communes... Le Bar des Cascades, ouvert en 97, se trouve beaucoup trop près de l'église... Il est à 38 mètres...

Clotilde DUMETZ

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.