C’est dans les journaux du Sud, Nice matin et surtout Corse Matin, comme si ces 95 morts n’étaient plus qu’un deuil régional…

Les victimes du vol Ajaccio-Nice, le 11 septembre 1968, l’avion était tombé au large du cap d’antibes… C’est un des plus vieux mystères français… et qui raconte quelque chose sur les rapports entre l’Etat et la société…

Les familles des victimes pensent –ils ont des éléments- que c’est un tir de missile venu d’un bâtiment français, en manœuvre, qui a causé la catastrophe…

Mais le 11 septembre 1968 est couvert par le secret défense…

Ironie de corse matin. « Dans les dossiers sensibles, la justice pose un regard méfiant sur les suspects qui usent de leur droit au silence. Que penser alors du mutisme d’un ministère, le ministère de la défense… »

Mais justement, le secret défense pourrait être levé… un rapport de gendarmerie le recommandant… est entre les mains du doyen des juges d’instructions de Nice… Alain Chemama, qui peut demander la levée du secret….

« On a toujours tenté de nous décourager, qu’on n’y arriverait pas face à la grande muette… dit Michel Paoli le président de l’association des familles des victimes…. dans corse matin…»

Le juge chemama « est le premier juge en cinquante ans qui nous a reçu pour écouter ce que nous avions à dire et pour reprendre sérieusement le dossier. »

Et on imagine le polar qu’en feraient les américains… sur notre pays où être écouté par un juge est déjà une grâce avant même qu’il ait rendu sa décision…

On parle aussi des victimes du levothyrox, ce médicament pour les malades de la thyroide…

Et c’est encore l’individu bousculé … des malades qui ne supportent pas la nouvelle formule d’un médicament indispensable … « Pertes de cheveux, une grande fatigue ou des crampes musculaires mais aussi des vertiges avec chute et des troubles du rythme cardiaque», apprend on dans le figaro…

On a entendu sur notre antenne Anny Duperey, elle parle aussi le Parisien aujourd’hui en France… « des patients sont pris en otage, ils servent de cobaye » … le parisien associe l’affaire au scandale du mediator… dans sa mise en page… On est idéologiquement, politiquement, dans la même narration… ce que l’on fait aux gens…

Et le figaro va au-delà… dans les conséquences de cette crise. A cause du Levothyrox,

« le système d’alerte français implose. Plusieurs centres de pharmacovigilance croulent tellement sous les déclarations que certains d’entre eux ne les enregistrent pas toutes ou les entassent sans vraiment les lire. »

le portail internet… qui permet aux patients de déclarer en ligne les effets secondaires des médicaments… est submergé… «Et si, à ce rythme, à cause des afflux de déclarations du Levothyrox, nous rations des effets secondaires graves d’un autre médicament? Qui serait pénalement responsable? L’agence? nous?» se demande un pharmaco vigilant…

Dénuement des victimes et peur des responsables… Ce sont toujours les mêmes ingrédients….

Nicolas Hulot, qui veut en finir avec la production française d’hydrocarbures, est aussi dans la presse…

Et à hauteur d’homme, il y une photo dans Sud Ouest qui témoigne d’un monde révolu. Nikita Khroutchev, alors maitre de l’union soviétique… visitant l’exploitation gazière de Lacq… en 1960… car l’aquitaine fut une terre d’énergie… dans le même journal, on raconte le pétrole du lac de biscarosse… il est toujours pompé, 2000 barils par jour soit 8000 pleins de twingo… « Dire que le ministère nous a remis le prix de l’écologie industrielle il y a trois ans », soupire t on dans les landes…

Ce n’est plus le moment. Les échos évoquent le pétrole de seine et marne. A Chaumoy, entre Champeaux et Saint Mery… on pourrait encore y travailler 20 ans !

Le terrible Monsieur Hulot est raconté très finement dans l’Opinion. Dans la guerre qu’il mène face à son collègue ministre de l’agriculture Stéphane Travert… Drolatique la colère de Travert fin aout, découvrant que Hulot publiait une tribune dans libération sans le consulter alors qu’il parlait d’agriculture… la tribune n’est jamais passée !

Ce n’est pas un jeu politicien mais des logiques profondes…

« Stéphane Travert rêve d’une france agricole à nouveau conquérante et exportatrice… »

« Nicolas Hulot visitait une ferme bio la semaine dernière »

Et on touche à des choix lourds, un défi au « en même temps »… « Macron ne veut pas d’une agriculture à feu et à sang mais avec hulot il prend de gants » c’est ce qu’on dit à l’Elysée… la vie des palais et la vie des gens !

On en parle beaucoup des palais, ce matin… sérieusement, des réformes, ou tactiquement… On expose aussi une obscurité perturbante, c’est dans le Monde qui publie une enquête internationale sur la politique d’achat d’influence de l’azerbaidjan… cette république caucasienne dont le régime autocratique se protège chez nous par de gentils cadeaux… réfections d’églises, subventions au patrimoine ou invitation à Bakou,

Le journal cite les sénateurs LR Eric Doligé, Alain Vasselle et Alain houpert… et Rachida Dati… et précise que les politiques cités n’ont pas répondu… secret défense, secret professionnel….

Et puis une autre enquête dans le Monde sur le sort des migrants…

Elle est terrible et sordide… et elle commence ainsi.

« Hiba, jeune migrante soudanaise, mère célibataire de deux enfants, ¬venait d’arriver au Caire lorsqu’elle a été approchée par des « courtiers » qui lui ont proposé de leur vendre un rein. A la clinique, le médecin lui a donné 40 000 livres égyptiennes (1 900 euros), beaucoup moins que les 40 000 dollars (33 600 euros) promis. L’argent ne lui a pas beaucoup servi. « J’ai dépensé la plus grande partie de cette somme en restant à l’hôtel. Je ne voulais pas que quiconque apprenne ce qui était arrivé. »

Et la suite de l’enquête raconte le trafic d’organes prélevés, au moyen orient… sur les réfugiés et victimes des guerres… La justice italienne exploite les confessions d’un passeur qui racontait ceci : « Des migrants qui ne pouvaient pas payer pour traverser les frontières en Libye étaient livrés à des gangs égyptiens qui les tuaient pour prélever leurs organes. » C’est la noirceur qui nous assaille… Le monde où nous vivons nous aussi…

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.