Ne souriez pas, vous êtes fichés. Bon, ce n'est pas nouveau, on le sait depuis longtemps... Depuis toujours et sous toutes les latitudes, les pouvoirs ont ressenti le besoin de ficher leurs administrés pour de bonnes ou de mauvaises raisons... C'est ainsi que nous tous, vous et moi, avons un casier judiciaire qui nous est greffé comme une deuxième peau... Mais connaissez-vous le Stick, encore plus collant ? Le Stick, c'est ce fichier du Ministère de l'Intérieur... Appelé aussi Judex pour celui de la Gendarmerie... Un autre double de nous tous... Or, le simple fait d'y être mentionné peut barrer la route à certains emplois ou certaines fonctions, dans une totale opacité. C'est LIBERATION qui tire la sonnette d'alarme... Mise en cause diverses ou victimes... Les erreurs sont légion, affirme le quotidien, selon lequel il existe bel et bien un casier judiciaire parallèle, pour 24 millions et demi de personnes en France. Un univers orwellien, d'autant plus préoccupant, explique LIBE, qu'un décret attendu dans les prochaines semaines va étendre les motifs d'enregistrement au Stick... La vente forcée par correspondance, par exemple, ou l'abandon d'épaves, de déchets ou autres objets transportés dans un véhicule... Une sorte de bombe à retardement pour citoyens pas complètement clean, mais pas criminels pour autant, comme en attestent ces quelques exemples livrés par LIBERATION. C'est le cas notamment de Madame Ka, qui n'a pas pu être embauchée dans une société de sécurité en 2004, parce que son nom figurait dans le Stick pour une seule infraction... Elle avait promené son chien sans laisse ni muselière. Ou alors Madame X : pour non-présentation d'enfant en 1993, on lui a refusé un emploi à l'aéroport d'Orly. Il en faut peu. Le fichier devenu fou : il est à la Une de LIBERATION... Ce qui constitue aussi un évènement, parce que c'est la première fois depuis une quinzaine de jours, que le CPE n'envahit pas les pages de nos journaux... Ou s'il est présent, c'est moins pour le CPE lui-même que pour les dégâts collatéraux qu'il a pu provoquer... Lors des manifs notamment... Qui ont donné lieu à des violences dont les photos de PARIS-MATCH par exemple, ont rendu compte de la façon la plus crue et la plus efficace qui soit... Ces images de voyous tabassant des étudiants ou tous ceux qui ont eu la mauvaise idée de passer par là. Oui mais... Si l'on en croit L'HUMANITE, la violence était aussi en uniforme... Arrestations arbitraires, gardes à vues musclées, condamnations à la va-vite... L'HUMA publie des témoignages qui accusent... Je reprends le titre du quotidien, qui résume ainsi la situation : "A la gouaille des jeunes, une seule réponse : la matraque." Et la prison ! Oui, la prison, y compris pour des jets de canettes vides... Et pour cause, affirme L'HUMANITE, le Ministre de l'Intérieur et le Garde des Sceaux veulent faire du chiffre. D'où cette conclusion acerbe de notre confrère Thomas Lemayeux : "A ce rythme frénétique, le Gouvernement Villepin devrait pouvoir fêter aujourd'hui ou demain, sa 4.000ème interpellation de manifestants anti-CPE... Soit 2 à 3 fois plus par exemple, que lors du mouvement contre le CIP en 94. Alors les témoignages de L'HUMA : Sophie, 21 ans, étudiante à Paris, interpellée le 31 mars Gare de Lyon... Elle raconte les humiliations vécues en garde à vue... A quatre dans une mini-cellule qui empestait l'urine et la sueur... Ou encore Julien, étudiant, condamné à Rennes à des travaux d'intérêt général et à deux ans de suspension des droits civiques... Le Procureur me reprochait d'avoir les cheveux longs, dit-il. Bref, des jeunes au mauvais endroit, au mauvais moment, explique l'avocate Irène Terrel... C'est clair, ajoute la sénatrice communiste Nicole Borveau : le Gouvernement cherche à faire peur. Et pendant ce temps, écrit Michel Guilloux, toujours dans L'HUMANITE, Matignon nous la joue "Tout va très bien, Madame la Marquise", avec une seule stratégie : la montre et le bâton... Parce que le CPE n'est toujours pas retiré... Ca c'est la montre... Quant au bâton... On vient d'en parler. La montre : question de temps, question de sens : en tous cas pour Dominique de Villepin, les choses sont claires... Et FRANCE-SOIR et LE PARISIEN les résument avec la même formule, évidente, presque convenue : "J'y suis, j'y reste"... A Matignon, bien sûr. Oui, mais les examens eux, sont en péril... Ca craint, titre FRANCE-SOIR... Les présidents d'Universités vont réaménager le calendrier... Ce à quoi les syndicats d'enseignants, d'étudiants et de lycéens répondent : "La solution ? Le retrait du CPE." Dialogue de sourds. D'ailleurs, on en a marre... Nous sommes tous fatigués, titre LE PARISIEN : enfin les vacances ! Ce journal, spécialiste de l'information de proximité, établit ce constat : "Plongés dans la crise interminable du CPE, exténués par la grisaille de l'hiver et parfois touchés par l'épidémie de gastro la plus longue depuis 15 ans, les premiers Français à profiter des congés de Pâques vont souffler. Destination privilégiée : la campagne et la mer... Au dépends de la montagne, alors que l'enneigement est pourtant exceptionnel... Il n'y a vraiment pas de justice. Heure. Bertrand Delanoë, puisque vous êtes là, on va s'arrêter sur trois sujets abordés par la Presse... Deux d'entre eux vous concernent directement... Et disons que le troisième vous intéressera dans une autre mesure. Le premier porte sur les HLM de Paris... Il est traité par LIBERATION... Ce sont les résultats d'un rapport sur le logement social, que vous avez commandé vous-même... Un document qui nous permet de connaître désormais, et très précisément, le nombre d'élus parisiens et de leurs collaborateurs logés dans des appartements gérés par des bailleurs sociaux. Alors sur ce microcosme de 1.018 personnes, 224 occupent l'appartement relevant de la sphère sociale, soit un pourcentage de 22%... Supérieur à la proportion des ménages parisiens habitant dans ce type de logement... Ce qui fait quand même un écart de 4% entre monsieur et madame Tout-le-monde et les gens de votre Maison. Bon, 4% ce n'est pas énorme, mais ce n'est pas non plus négligeable, dans une ville où le logement et les loyers fous du Privé sont devenus une question cruciale pour toutes les familles. D'où la question : faut-il changer cet état de fait ? ............................................................................................................... Plus douloureux, peut-être, ce constat établi par LE PARISIEN, selon lequel la facture d'eau va augmenter de 10% dans la capitale. 10% c'est énorme pour ce produit de première nécessité par excellence... Et même si le directeur de l'Agence de l'Eau nous explique qu'on ne peut pas faire autrement, parce que pour respecter une hausse générée par les travaux réalisés pour respecter les normes européennes... Ca ne consolera personne... D'ailleurs, pour UFC-QUE CHOISIR, cette situation est carrément scandaleuse... Quel est votre regard, vous, en tant que Maire de Paris, sur cette situation ? ................................................................................................................. Dernière chose : vous connaissez bien, je crois, votre homologue romain Walter Veltroni... Maire de Rome donc, un homme qui au moins une fois par jour, sort sur l'étroit balcon de son bureau, pour promener son regard sur le forum en contrebas... Cela ramène à la relativité des choses... C'est vrai que la Ville Eternelle et ses 25 siècles de civilisation, ça pousse à la modestie. Joli portrait en tout cas, que celui de Walter Veltroni dans le journal LE MONDE, qui rapporte que c'est avec une fierté non dissimulée que Monsieur le Maire affiche son bilan avant de demander fin mai aux Romains, un second mandat. Le bilan effectivement est impressionnant : Rome a connu depuis 2001, une croissance de près de 7%, alors que le PIB de l'Italie végète à un point et demi... Rome est par ailleurs après Londres, la capitale européenne qui connaît le taux de chômage le plus bas : l'emploi y a augmenté en cinq ans de 14%. Autre exploit : alors que l'Italie a de plus en plus de mal à attirer les touristes, Rome au contraire les aimante... L'augmentation des visiteurs depuis 2001, frise les 23%. Alors, un modèle à suivre, Veltroni, au moment où l'on débat du déclin italien... Et du supposé déclin français ?........................................................ .............................................................................................................. Le seul sujet qui gêne Veltroni... Et vous allez voir, il y a pire comme embarras... C'est le football... Il est encore réticent à parler du penchant qu'il avait jadis pour la Juventus de Turin... Evidemment, quand on est maire de Rome, ça fait bizarre... C'est comme si vous vantiez les mérites de l'OM... Mais le moins pardonnable, pour le maire de Rome, aurait été de choisir entre l'A.S-Roma et la Lazio... Alors, il botte en touche... Je n'ai plus la même passion pour le football, dit-il... Je préfère le basket. Ca tombe bien, Rome n'a qu'un équipe. Bon week-end... A lundi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.