8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan

Un visage et un parti à la Une de la presse ce matin

Presse internationale : Marine le Pen tout sourire glissant un bulletin dans l’urne à la Une du Wall Street journal, « La le Pen et ses électeurs à la fête » pour la Republicca en Italie…« La marée noire » pour le Soir de Bruxelles qui parle de « coup de semonce terrible pour un pays que le monde entier regarde depuis les attentats de Paris »

Presse nationale et régionale à l'unisson : « Le Choc » titrent communément ce matin, le Figaro et l’Humanité pour une fois raccord… « le choc », c’était déjà le titre de Libération en 1984, nous rappelle le site Slate : 1984, première percée électorale du FN aux élections européennes, à l’époque, c’est jean marie le pen qui était sur la photo

Remplacé ce matin donc, par sa fille, « Marine est là » titre Nord Littoral avec photo de la candidate sur fond noir comme si c’était fait. Aujourd’hui en France/le Parisien nous raconte la soirée de celle qui est arrivée en tête dans la région Nord pas de calais Picardie : « Comme si elle voulait faire boire le calice jusqu’à la lie aux socialistes, Marine le Pen avait réuni hier soir ses troupes à l’espace François Mitterrand d’Hénin Beaumont…Espace François Mitterrand, on ne l’a pas débaptisé » s’amuse le maire Steve Briois… »Marine le Pen qui a refait hier un geste désormais familier, nous raconte Béatrice Houchard dans l’Opinion : « du bras droit, elle mime le geste du joueur de casino qui gagne le jackpot aux machines à sous…Depuis qu’elle a pris le tête du front national en 2011, elle peut refaire le même geste, au moins au soir du 1er tour. »

Des photos triomphales, et un vocabulaire pour qualifier la première place du FN : C’est « l’ombre brune » pour l’Humanité, « un raz de marine » se réjouit à l’inverse, un supporter de Florian Philippot, lui aussi arrivé en tête dans la région Alsace Lorraine Champagne Ardennes

Alarme donc quasi unanime à la Une de la presse, mais ambiguité pour Nice-Matin et Var Matin…qui mettent en première page la candidate Fn de leur région, Marion Maréchal le Pen, bras droit levé en signe de victoire annoncée devant son pupitre « nous sommes prêts »…Et ce titre : « Tous contre elle ». Ambiguité car on ne sait trop si ce titre décrit un état de fait, le retrait de la liste socialiste pour favoriser la victoire des républicains, un appel au front uni contre elle, ou suggère à l’inverse une victimisation de la plus jeune tête de liste FN…la victimisation, l’un des principaux ressorts du discours frontiste

Récit ce matin dans la presse, de la soirée des principales personnalités politiques dans les états-majors

Quelques minutes avant de s’exprimer publiquement » visage pâle, traits tirés, sa voix toute de colère contenue » pour répéter « ni retrait, ni fusion », c’est un Nicolas Sarkozy sombre « tendu, très tendu, personne n’a osé lui couper la parole» qui est apparu devant son état-major raconte un participant au Parisien. Le patron du parti les Républicains a perdu son pari d’une vague bleue, la droite ne fait guère mieux qu’aux régionales de 2010, les sondages auxquels il ne croyait pas ont douché ses espoirs de voir la droite arriver en tête, « c’est une déception et un défi pour lui relève le Figaro »et pourtant Nicolas Sarkozy n’en démord pas : « Qu’on ne me dise plus que la France n’est pas à droite assène t il devant les siens, elle l’est plus que jamais. L’effondrement de la gauche prouve que la seule ligne qui compte, c’est la nôtre, celle d’une droite qui s’assume et sans tabou » a-t-il dit, taclant au passage Alain Juppé et « son identité heureuse » ..Alain Juppé qui a déjà rétorqué, « face à la forte progression du FN, il faut réagir avec lucidité et sang froid »…ce matin, nous dévoile le Parisien, le maire de Bordeaux n’avait pas prévu de se rendre au bureau politique réuni par Nicolas Sarkozy. Il a changé ses plans pour être à Paris…le bureau politique pourrait virer à la foire d’empoigne prédit le journal

Colère aussi de Manuel Valls raconte le Figaro, cette fois face à l’allocution de Nicolas Sarkozy fermant la porte à toutes négociations. « C’est une grosse faute morale qui laissera des traces » aurait réagi le premier ministre », « le message de la droite fait preuve d’une grande irresponsabilité » surenchérit son entourage. Valls à la manœuvre en tout cas pour réclamer dès hier soir que la « gauche se fasse hara-kiri » comme le dit le Parisien, en se retirant sans condition dans les régions où le Fn est en mesure de l’emporter.

Nous ne sommes qu’au lendemain du premier tour des régionales, mais beaucoup de journaux sautent le pas ce matin, ce qui est en jeu, c’est la présidentielle de 2017…

« Le résultat de ce vote fait peur, analyse Anne Sinclair à la Une du Huffington Post, peur d’un scrutin présidentiel dans 16 mois, où sur nos écrans de télé se dessinerait un visage qui marquerait vraiment le début d’une autre France »

Un visage qu’on voit se dessiner, encore flou à la Une de Libération dès ce matin…Comme un augure, avec ce titre « ça se rapproche »…

« Ca se rapproche, parce que le Fn est le seul parti à pouvoir légitimement revendiquer la victoire explique Grégoire Biseau, mais surtout, et c’est le plus important, une dynamique électorale ». Résultat d’un pays démocratiquement malade car aucune alternative républicaine au FN n’apparait aujourd’hui comme une valeur refuge…« c’est une non victoire de la droite dont la gauche aurait tort de tirer satisfaction, Hollande est aujourd’hui ce futur candidat d’un camp désuni, souffrant de plus en plus de son incapacité à se rassembler » écrit le journal. Alors que faire ? « La conclusion est limpide pour lui » dit le Parisien..il est urgent de reconstruire son camp s’il veut espérer être présent au second tour de la présidentielle. Mais pourra t il y arriver avec l’équipage actuel ? un visiteur de l’Elysée lâche : « Valls et MAcron hystérisent la gauche. Quand on ne gouverne pas à gauche, on perd » lâche t il…

La question des stratégies est donc débattue dans les états-majors, reste la responsabilité des uns et des autres dans cette première place acquise par le FN.

A la Une de la Voix du Nord, Jean Michel Bretonnier accuse « comment contrer efficacement le front national quand on ne sait pas précisément qui on est et exactement ce qu’on veut ? et qu’on ne fait que rarement ce qu’on dit »…s’interroge t il…

Irresponsabilité donc qui a pour effet la Résignation dit Cécile Cornudet dans les Echos…si 2002 était un « accident », 2015 est la chronique d’un succès annoncé rappelle t elle …tous les sondages prédisaient une percée du FN…et pourtant relève l’éditorialiste, « RIEN, les électeurs ne bougent pas, se mobilisent à peine plus qu’en 2010. Comme si le rejet dont a longtemps été objet le front national laissait la place au fatalisme. Comment expliquer ce refus des électeurs de gauche et de droite de se mobiliser, si ce n’est dit elle par une désespérance sans précédent en la politique et ses représentants. Le ps et le parti les républicains continuent de tonner avant ce second tour, mobilisez-vous, mobilisez-vous. Comme avant le premier tour, sans que cela produise aucun effet. Comme si la moitié des français n’écoutaient plus, n’entendaient plus » conclut elle

En écho, pour finir dans le Parisien, ce témoignage d’une électrice du Front national en Moselle « je vote Fn, c’est le seul pouvoir qu’on a » explique t elle

Quelqu’un va-t-il l’écouter, l’entendre, voire lui répondre ?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.