Des histoires et des hommes ce matin. Des hommes suppliciés.

Par Laetitia Gayet.

Prison de Saidnaya à 30 kilomètres au nord de Damas. C'est un lieu de massacre organisé, l'abattoir humain de Bachar El-Assad selon un rapport d'Amnesty International que publie LIBERATION ce matin, mais aussi l'ensemble de la presse étrangère, Guardian, le Washington Post ou encore Die Suddeutsche Zeitung. Entre 5 et 13.000 prisonniers y ont été pendus entre 2011 et 2015. Et il n'y a pas de raison de penser que cela se soit arrêté depuis.

Les victimes sont pour la plupart des civils opposés au régime. Leur jugement est expédié en une minute. Pas d'avocat.

Le jour de l'exécution, âmes sensibles s'abstenir. On leur fait croire qu'ils vont être transférés. En réalité, les yeux bandés, on les change de cellule. On les bat. On leur hurle dessus. Et puis, on les pend. Mais certains ne meurent pas.

Parce qu'ils sont trop légers, explique un ancien juge à Amnesty International. Alors, on leur casse le cou. Deux fois par semaine, entre 20 et 50 personnes sont ainsi tuées.

Hommes suppliciés, en Chine à lire en page 6 du FIGARO. Ceux qui osent critiquer Mao sont arrêtés et torturés. Xie Yang fait partie des plus de 200 avocats arrêtés en juillet 2015. "Je vais te torturer jusqu'à ce que tu deviennes fou" lui a dit un tortionnaire. Xie Yang a été privé d'eau, de sommeil, contraint de rester assis 20 heures par jour en haut d'une pile instable de tabouret.

Des histoires et des hommes. L'homme conspué.

Sorin Grindeanu, le premier ministre roumain. LIBERATION page 6. Malgré l'annonce du retrait du texte qui assouplit la loi anti-corruption, les manifestations se poursuivent dans tout le pays. Du jamais vu depuis la chute de Ceausescu en 1989.

Une actrice dans la foule explique : "Les politiques doivent comprendre que nous les surveillons et qu'ils ne peuvent plus gouverner en douce, la nuit comme des voleurs." Maria, professeur à la retraite : "Si je suis dans la rue, c'est parce que j'ai le sentiment que dans ce pays, si tu ne voles pas, tu es un idiot." Aly, juriste : "Ce gouvernement n'a plus de légitimité morale. Ce serait bien qu'il démissionne."

Réponse de Sorin Grindeanu, le premier ministre : "Je ne démissionnerai pas."

Des histoires et des hommes. En France, l'homme outragé.

Outragé mais plus que jamais candidat François Fillon, pour LE TELEGRAMME. Il ne lâche rien pour 20 MINUTES. Je suis debout reprend LE FIGARO à sa Une. Car le plan B, c'est moi résume LE PARISIEN-AUJOURD'HUI-EN FRANCE. Fermez le ban. Voilà en quelques-unes ce matin, le résumé de la conférence de presse que le candidat de la droite et du centre a donné hier. Tous notent qu'il a présenté ses excuses. Mais ensuite, les avis divergent. Nicolas Beytout de L'OPINION, trouve que François Fillon a trouvé le ton juste. Il était temps. Laurent Joffrin dans LIBé l'a trouvé plutôt habile. Mais le message est dit-il, ailleurs. A son camp, il dit ceci : "Vous pouvez faire ce que vous voulez. Je reste."

LE FIGARO raconte l'avant conférence de presse. 250 journalistes. L'attachée de presse de François Fillon est débordée. "Je ne compte même plus." Les éditorialistes du tout Paris sont là. C'est historique dit l'un ! Tu viens renifler l'odeur du sang interroge un autre. Où sont les parlementaires ? Une député esquive. "Il n'y a pas assez de place. On nous a demandé de ne pas venir." Et puis dans un silence pesant, François Fillon arrive, s'explique, s'excuse auprès des Français, répond ensuite aux questions.

"Présenter ses excuses ce n'est pas son style"... explique le filloniste Bruno Retailleau à L'OPINION.

Ça a été un moment de souffrance pour lui et sa famille.

Mais l'homme outragé a contre-attaqué.

Il a décoché ses flèches. A l'encontre du parquet national financier qui ne devrait pas avoir en charge cette procédure selon le candidat. Réponse du PNF dans LA VOIX DU NORD : "L'enquête se déroule dans le strict respect du code de procédure pénale."

Et c'est Eliane Houlette la procureur qui en est le patron. Un procureur sans pitié pour les cols blancs selon LE PARISIEN-AUJOURD'HUI-EN FRANCE. Une femme forte. Avec elle, vous ne négociez pas dit un avocat. C'est une bosseuse qui se croit porteuse d'une mission observe un juge d'instruction. En attendant, d'en avoir les conclusions, François Fillon avance. D'après le site du POINT, il pourrait écrire demain, une lettre aux Français.

Et pendant ce temps, que pensent les marchés eux, de l'affaire Fillon. Et bien à lire L'OPINION et LES ECHOS ce matin, ils regardent tout cela d'un oeil inquiet. Cet exercice de contrition n'a rien arrangé.

Les chances de voir Marine Le Pen au second tour s'accentuent selon eux. Et ça, ce ne serait pas bon pour l'économie française selon les analystes de JP Morgan.

Mais l'homme outragé reste debout.

De l'homme outragé à l'homme conquis.

Tim Cook, le patron d'Apple dans les pages saumon du FIGARO. Il est en France. Et il aime la France. Elle a toujours eu une place à part pour Apple. C'est le meilleur endroit pour découvrir et discuter avec tous les musiciens, les graphistes, les designers ou les photographes qui utilisent nos produits.

Avez-vous une application française sur votre smartphone ? VizEat, répond Tim Cook, qui permet de faire des réservations pour déjeuner chez des familles qui cuisinent pour vous. Y'a t-il une visite prévue chez un candidat ? Non pas de tête à tête politique. Qu'on se le dise, Tim Cook vient en France célébrer la créativité française !

Après le supplicié, l'outragé et le conquis, quel sera dernier homme de votre revue de presse ?

Un homme qui pourrait être outragé de lire sur L'OBS.fr, que des sites de propagande russe affirment avoir des informations compromettantes sur lui.

Un homme qui pourrait ne pas rire des rumeurs sur double vie homosexuelle.

C'est à lire sur le Huffington Post, L'Express mais aussi la presse étrangère.

Hier soir, Emmanuel Macron parce que c'est de lui qu'on parle, s'est invité dans un meeting de ses partisans à Paris. Et non sans humour et ironie, il a déclaré ceci : "Je vis du soir au matin, avec Brigitte. Donc dire ça, c'est désagréable pour Brigitte. D'ailleurs, elle se demande simplement comment physiquement je pourrais. Ce doit être mon hologramme !"

Emmanuel Macron qui décidément change de ton. L'OPINION rapporte ce matin, qu'il ne s'époumone plus dans les meetings. Car il travaille sa voix avec... un chanteur d'opéra. Jean-Philippe Lafont, baryton-basse de son état, donne régulièrement des cours au candidat. D'ici à ce qu'Emmanuel Macron chante comme lui...

Extrait Jean-Philippe Lafont

...Il y a de la marge.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.