A Blasimon en Gironde, la mairie a ouvert des cahiers de doléances. "Que ça fait du bien d'écrire" écrit Christian, sera-t-il lu, Sud-Ouest. La Voix du Nord défend un retraité. Le Monde renifle une révolte chez les conseils de prud'hommes. Un homme a perdu la foi par le silence du cardinal Barbarin, le Parisien.

On parle de lettres ce matin...

Des lettres que l'on envoie au Président et que le Président ne lira pas, c'est sur le site internet AOC, Analyse opinion critique, le plus triste des articles ce matin, sur les messages qu'envoyaient les Français à François Hollande et qui ne lui sont jamais parvenus, filtrés par les services de la présidence; deux chercheurs ont eu accès à ces lettres, " respectueuses, détaillées, argumentées et appliquées". Mais on peut pas lire un million de lettres quand on est Président, et pourtant, quel dommage, car dans ces messages écrits au Président Hollande on pouvait deviner la crise des gilets jaunes du Président Macron...   

Celle-ci d'un retraité: "En cette dernière année de votre mandat, je constate que mes pensions de retraite (1 272 euros et 12 centimes mensuels) n'ont connu aucune revalorisation depuis votre arrivée au pouvoir. Soyons précis : la CNAV m'a accordé une généreuse augmentation de 80 centimes. Je dois ajouter que la CAF m'a supprimé toute aide au logement en 2015. Je doute de votre capacité à réparer un tant soit peu cette injustice et ce mépris à mon égard et donc à l"'égard de beaucoup d'autres de nos concitoyens."  Celle-là d'un chauffeur routier. « Je vous explique pourquoi je suis mécontent. Avec la défiscalisation des heures supplémentaires, nous avons perdu 250 euros nets par mois. En plus de cela s'est ajouté une augmentation des impôts et de l'essence; Mettez-vous un peu à la place de nous, des gens d’en bas. Je suis conscient que ce mail ne vous parviendra jamais, mais j'avais besoin d'exprimer ce que je ressent en sachant pertinemment que cela ne servira à rien. Cordialement Mr le Président Hollande et avec tout le respect que je vous dois. » Il savait, cet homme, que c'était en vain.  

Et pourtant, on continue d'écrire au Président... 

Et on lit du coup le cœur serré cet article de Sud-Ouest, sur ces villageois de Blasimon en Gironde où la mairie a ouvert un cahier de doléances. "Que ça fait du bien d'écrire" écrit Christian, sera-t-il lu? Et il raconte un peu sa vie, il a perdu une poule en décembre, et il aura moins d'œufs désormais, il redoute les prochains jours. Un autre villageois interpelle: "Monsieur Macron,  j'avais beaucoup misé sur vous car je pensais que vous alliez remonter la France mais pas sur le dos des personnes pauvres. Tapez sur les gros. Bien à vous.»  

Ira -t - il taper sur les gros, ce président qui pour l'instant est tenté par un durcissement sécuritaire dit le Figaro, ce Président qui veut toujours réformer, "aller plus loin" malgré les contestations, nous disent les Echos, ce Président qui lancera le Grand débat national dit paris Normandie, dans 8 jours dans l'Eure; mais une parole qui se libère n'est pas forcément celle que l'on veut entendre, ironique parole de Cécile Cornudet dans les Echos...   

Le peuple a besoin de parole, face au pouvoir, ou face à l'Etat? La Voix du Nord porte celle de René Tellier, de Villers Guillain, à la retraite depuis 18 mois après avoir beaucoup travaillé et aussi connu le chômage, il ne touche rien par la faute d'une erreur administrative et l'administration automatisée lui renvoie des lettres-types, et face à un service public devenu inhumain, un journal fait figure d'ultime recours... 

A la une du Populaire du centre, un jeune homme en casquette à velours côtelé, les lecteurs du Populaire et de la Montagne ont élu Gauvain Sers, 29 ans, "Limousin de l'année", il est de la Creuse, Sagnat, près de Dun-le-Palestel où il revient sans cesse, et où il a grandit en écoutant Ferrat, Brel, Brassens, Leprest dans la voiture de papa. Gauvain est donc devenu chanteur  et il y a quelques mois, un maître d'école dont l'école fermait l'a contacté, c'est devenu une chanson, les Oubliés sortie en décembre déjà visionnée 300.000 fois sur You tube.. Le son est juste

SON GAUVAIN  "On est les oubliés  La campagne, les paumés  Les trop loin de Paris   Le cadet d'leurs soucis"

Ecoutera-t-il Gauvain Sers, le Président, s'il n'a pas le temps de lire, dans le silence des pouvoirs et de ses convictions. Dans le Monde, je lis ceci; après le conseil des prud'hommes de Troyes, le conseil des prud'hommes d'Amiens a refusé d'appliquer le plafonnement des indemnités de licenciement, entré par ordonnance dans le Code du travail en 2017, et qui serait contraire au droit international, et le Monde se demande si ne couve pas, dans la justice, une autre rébellion contre le pouvoir...     

On parle d'un autre silence dans les journaux..   

Le procès du silence dit le Parisien... Celui de Monseigneur Barbarin, qui comparait aujourd'hui et pendant trois jours devant le tribunal correctionnel de Lyon, cité pour "non dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs", ce sont d'anciennes victimes du père Preynat qui traînent Monseigneur Barbarin au tribunal; le progrès résume bien l'affaire sur son site internet, elle fait la une de la Croix qui veut croire que l'Église a changé et serait désormais "l'une des institutions les plus engagées contre la pédophilie"... Mais l'Humanité et Libération en restent au silence du cardinal quand on est venu l'alerter sur le père Preynat... « Il m'a baladé, il a cru que j'étais un bon petit catholique docile", dit dans le Parisien, Alexandre Dussot-Hezez, 44 ans, abusé par le père Preynat dans les années 80, mais qui porte plus de colère contre le cardinal que contre son agresseur... "Il  m'a fait plus de mal que Preynat dans ma foi » dit-il et il raconte comment il a perdu la foi par le silence du cardinal, lui qui  allait au moins une fois par semaine à la messe, et qui tous les soirs  lisait une prière à ses enfants"...  Dussot-Hezez se réalise maintenant dans on association de victimes,: "La Parole libérée est la plus grande fierté de ma vie, la plus belle chose que j'ai réalisée. Changer la société, c’est formidable ! »  On croirait entendre d'autres enthousiasmes qui bousculent d'autres puissants...

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.