Des collégiennes fabriquent la prothèse d'une petite fille et nous rendent heureux dans le Journal du Centre, Street Press raconte les harkis et la ville de Roubaix, de travail et de courage, Paris-Match flatte Brigitte Macron mais rend sublime les requins, le Figaro raconte un journaliste confident de Donald Trump.

Des collégiennes fabriquent une main pour une petite fille handicapée...

Et c'est un bonheur ce matin dans le Journal du Centre, de voir Camille qui a huit ans et demi, se concentrer sur sa  prothèse bleu blanc rouge, elle aime la France, qui poursuit son bras gauche atrophié; elle sourit au milieu de collégiennes Manon, Tiphaine, Jennifer, Emma, Iman, Apolline, Chloé, Lola, Caroline, élèves au collège des Courlis à Nevers, ce sont elles qui ont fabriqué la prothèse grâce à une imprimante 3D dans le fab lab du collège...  Et hier donc, Camille a attrapé une trousse, sous les applaudissements... Et savez-vous, elle n'est pas le premier enfant handicapé que des collégiens technophiles viennent aider. J’ai lu sur le site de Ouest-France qu’un jeune Erwan avait été équipé il y a un an par des élèves de 5e de Concarneau: une association américaine, E-nable, littéralement rendre capable soutient ces projets et diffuse des modèles sur internet. 

Et ainsi la presse nous donne des nouvelles d'une société généreuse, je prends, pour conjurer ce qui, ailleurs, nous assomme, tant des adultes sont fatigués si les enfants sont vivants.

Et à Lille, une entreprise n'arrive pas à recruter...

Et ce titre barre la une de la Voix du Nord. "600 offres, 10 candidats, pourquoi ? » Le journal parle de O2, une entreprise de services à domiciles, garde d'enfant, ménage; aide aux personnes âgée, O2 qui organisait avant hier une grande campagne de recrutement dans toute la France, 7000 CDI à pourvoir pour la rentrée de septembre et parmi eux, 500 dans l'agglomération lilloise... Résultat: "À Lille, cinq personnes se sont présentées et deux seulement auront un entretien.", les autres n'avaient pas les capacités. O2 n'arrive pas à recruter ni même à former, les rares candidats manquent de savoir-être, de ponctualité et de bonnes présentation, ou de motivation, on préfère un temps partiel, et on est rebuté  par les horaires hachés. Pôle emploi recense 4721 emplois de services à domicile non pourvus. Le taux de chomage dans le Nord Pas de Calais était en décembre de 11%...

Je n'ai pas vu ce les résultats dans d'autres régions, d'autres journaux, de la campagne de O2 et je reste simplement avec ce doute et cette dignité de la Voix du nord, qui tend à sa région, un miroir cruel... 

Le Nord est pourtant une région qui a accueilli tant de courages. Vous lirez, dans Street Press, un très bel article qui  en témoigne.

Sous le titre « Je suis une petite fille de rapatriés d'Algérie », la journaliste Ines Belgacem raconte sa famille, des algériens ayant choisi la France pendant la guerre, on les appelle les harkis mais le mot rend malheureuse la grand-mère de Ines, qui est arrivée à Roubaix en 1963 avec deux bébés...  Et Ines Belgacem raconte aussi Roubaix qui prospérait jadis grâce au textile : « Quand tu en avais marre, tu pouvais claquer la porte le matin et travailler dans l’usine d’en face l’après-midi ». Puis les usines ont fermé et on sait la suite. Et l'histoire des harkis est une histoire de travail, il y a chez les anciens des cadres émouvants, où une médaille de l’armée française accompagnée de dessins du drapeau tricolore et d’une main de fatma, voisinent avec une médaille du travail...  "La main droite de mon grand-père y est passée, en 1973. Une machine lui a arraché les phalanges. De ce passé ouvrier, il ne reste que sa médaille d’honneur du travail encadrée en haut d’un des murs tapissés du salon."

L'histoire du Nord.

Brigitte Macron fait la une de Paris-Match

Avec sourire et parapluie et match fait magnifiquement son métier en magnifiant l'épouse du Président, citations : elle imprime sa marque, elle entretient un lien direct avec les français, elle a fait enlever les vieux tapis sur lesquels trottinaient des souris et, sondage Match, elle séduit même les électeurs de Mélenchon !

Et lisant tout ceci, pas forcément faux mais si bien raconté, il est impossible de ne pas un peu sourire, et on se dit qu'elle sourit elle aussi... Brigitte Macron qui, citation encore, "avec autant de recul que d'humour", dit ceci : «  J'ai beaucoup lu La Fontaine, ses moralistes singes et rats m'ont appris à me méfier de l'entourage et des éloges... » A se demander si elle lira ces pages qui lui sont consacrées...

L'effet de contraste est curieux quand dans l'Obs, une documentariste plus inquiète, elle s'appelle Virginie Linhart, raconte ses difficultés à réaliser un documentaire sur la première dame. Interrogatoire à l'Elysée, contrôle des images, black-out sur sa vie d'avant Emanuel Macron.  Mais Linhart reste curieuse de cette femme venue d'un milieu traditionnel et qui a changé sa vie, après le tremblement des années 60 et 70...  Elle n’a pas pu en parler avec Brigitte Macron elle-même : « Brigitte Macron, dit elle semble privée de parole, elle a des opinions, du caractère mais elle semble derrière une glace... » Le prix du pouvoir...

Sinon, Match est un drôle de journal, quand il s'intéresse vraiment aux puissants, touche au sublime. Regardez à perte de journée ces photos de requins qui dansent et chassent en meute le mérou, au fond de la mer dans l'attol de Fakarava, dans le Pacifique,  chaque pleine lune de juin ! Un biologiste et photographe français, Laurent Ballesta, les a accompagnés...  Et pour ces images, Paris-Match que je taquinais est irremplaçable...

Sinon, le Figaro raconte Sean Hannity, tout puissant présentateur de Fox news, et ami et propagandiste de Donald Trump, qu'il console et appelle chaque jour... Nous sommes en courtisanerie, des enfants... 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.