Le Monde et Libération racontent les Européens qui découvrent l'arbitraire d'une frontière et la rétention au Royaume-Uni. Le Dauphiné nous dit pourquoi la neige survivante est de couleur rouge sang. Ouest-France se souvient d'Antoine Blondin enfermé dans son hôtel à Mayenne pour écrire "Un Singe en hiver".

On parle de pièges...

Que laissent derrière eux des guerriers criminels, des talibans qui dans le chaos de l'Afghanistan, quand ils évacuent un village, en piègent les maisons, et quand Abdoul Nafi a ouvert la porte de la maison de son oncle, des centaines d'éclat de métal ont explosé sur son visage et son corps devenu une chair à vif, l’adolescent rieur qui rêvait de devenir médecin n'est plus qu'une douleur sur un lit de l'hôpital Maiwan de Kandahar, que le Figaro raconte dans un reportage remarquable sur un pays où la guerre n'en finit pas, dont les victimes en lambeaux sont recueillis par des médecins qui témoignent de l'enfer ... Des milliers de mines ont été cachés par les talibans dans les écoles, les cliniques sous des panneaux solaires, parfois dans des murs reconstruits pour dissimuler la mort... Mais ce n'est pas le seul désespoir du pays, car des policiers et des militaires prennent prétexte des mines pour empêcher le retour des villageois dont ils pillent les maisons... C'est un sergent afghan qui raconte cela à Margaux Benn, l'envoyée spéciale du figaro, elle l'a croisé à l'hôpital où il avait emmené un camarade de combat blessé, il part après sa confession vérifier si son ami est encore en vie...  

La France, nous dit aussi le Figaro, va accueillir des centaines d'employés afghans d'organismes français et qui sont en danger, la douce Narges Moheb est déjà arrivée, ses élèves au lycée français de Kaboul menaçaient de la défigurer à l'acide ou de la tuer, après la réaction française à l'assassinat par un islamiste du professeur Samuel Paty...

Après l'Afghanistan, il n'existe ce matin que de malheurs secondaires mais cela n'empêche pas la surprise douloureuse. Le Monde et Libération racontent des européens découvrant l'arbitraire d'une frontière, des douaniers et des centres de rétention, ils ont été placés avant expulsion, parfois plusieurs jours d'affilée,  dans des locaux cerclés de barreaux et de barbelés, pour être arrivés au Royaume-Uni avec l'intention de travailler mais sans visa de travail pour le pays du Brexit, qui prend une forme concrète et hostile, même des jeunes gens embauchés au pair se retrouvent embastillés, et les européens qui vivent aux Royaume-Uni se sentent à leur tour fragilisés.

En France, un salarié d'Amazon, s'est découvert fragile, nous raconte l'Humanité après Lyon Capitale, il avait été désigné employé de l'année 2021 de la plateforme de saint priest, mais en 2021 ce recordman des colis, il a critiqué sur une messagerie  la prime Covid du groupe qui ne remplissait pas son frigo, le voilà licencié...

A Nice, Yves Jacomet, un médecin à la retraite a connu un autre traumatisme, en allant à la poste avec son vieux livret d’épargne : ses économies avaient disparu ; son compte avait été clôturé, on ne savait pas pourquoi ni où étaient les sous, on lui a dit que son compte ne devait pas etre en conformité, et demandé  de ne pas faire de scandale et d'envoyer une réclamation par web... Yves Jacomet a pris la bonne décision, il a appelé Nice-Matin qui raconte l’histoire et  qui a appelé la banque postale, laquelle en deux jours a retrouvé l’argent, il avait été mis en consignation, la Poste n’avait pas les coordonnées postales de Monsieur Jacomet elle n'avait pas pu le prévenir…

On parle aussi d'un fou...

C'est dans le Monde, un fou meurtrier -mais était-il simplement fou, cet homme de 35 ans, qui il y a juste 6 mois à Cholet avait tué deux retraités croisé dans la rue à coups de poing et de pied, c'est Dieu, avait-il dit aux enquêteurs, qui lui avait donné l'ordre de tuer « les juifs non croyants »... Ses proches l'avaient vu sombrer mais son traitement psychiatrique avait été interrompu, et au-delà de l'horreur des faits, l’article, intelligemment, rapproche cette affaire du meurtre de Sarah Halimi, cette retraitée juive tuée à Paris par un homme en bouffée délirante jugé finalement irresponsable... Et se repose la question des fous face à la justice, on attend une expertise pour savoir si la bouffée délirante du tueur de Cholet avait fait disparaitre ou simplement altéré son discernement, ce fait-divers parle de nos doutes...

Le titre de Une du Dauphiné Libéré semble lui sorti d'un roman policier, "Pourquoi la neige la neige a la couleur du sang" , car oui elle est rouge sang la neige restante en ce printemps, sur les névés, les fronts glaciaires, après avoir été jaune cet hiver par la faute de vents chargés du sable du Sahara... Une enquête ADN de scientifiques de Grenoble donne la clé de l’énigme. Les coupables sont des algues microscopiques qui habitent la neige et se pigmentent  sous l'effet de la luminosité... Mais reste à savoir pourquoi on trouve des micro-algues dans les Alpes à plus de 2 000 mètres d'altitude, elle se nourrissent de CO2 qui grimpe dans l'atmosphère avec le réchauffement, lequel réchauffement est donc notre usual suspect,  et les journaux nous rendent souvent intelligents.

On parle enfin de Pole Dance.

Cette discipline consistant à se lover artistiquement autour d'une barre... Et là nous revient la bêtise du monde dont nous rend compte l’Est-Eclair... Le cours Pole dance Troyes interdit désormais ses cours aux élèves vaccinés contre la Covid, parce que sa directrice a lu des choses sur les milliers d'effets secondaires non communiqués des vaccins... Plus joyeusement l’Est-Eclair nous raconte aussi l'inauguration hier par le Variétés club de France de Michel Platini et notre Jacques Vendroux et moult gloires, du premier stade Charles de Gaulle du pays, à Colombey-les-deux-églises forcément...

Libération encore dans un article très fin décrit comment Jean-Michel Blanquer, méthodiquement, transforme l'Education nationale sans rien laisser au hasard. En témoigne le changement de statut de quelques dizaines d'enseignants innovants férus d'avancées pédagogiques que l'Education a fait monter au ministère pour se nourrir de leur terrain. Ils étaient « affectés » à l'administration, une position solide, ils seront désormais « détachés », autre statut que l'on peut abroger instantanément, si jamais le pédagogue dérangeait..

Je lis dans le Télégramme que des élèves d'un lycée privé de Vannes, Notre-Dame le Ménimur,  pour se préparer au grand oral du bac, sont initiés à la sophrologie.

Dans Ouest-France papier et internet, on se souvient avec grace et tendresse du merveilleux Antoine Blondin, mort il y a trente ans aujourd'hui, écrivain de tel talent mais qui préférait l'alcool à la méthode, et que son éditeur auquel il devait sous et manuscrit enferma au Grand Hôtel de Mayenne en 1955, Blondin y écrivit en trois semaine Un singe en Hiver... . O. s’en souvient ce jour du Livre Inter.

Contact
Thèmes associés