Donc c'est le feuilleton... Un feuilleton signé le CANARD ENCHAINE... Après l'ex-appartement de Nicolas Sarkozy la semaine dernière... c'est la déclaration d'ISF de Ségolène Royal qui est montrée du doigt... Une déclaration d'ISF où le patrimoine immobilier est minimisé, selon LE CANARD... L'hebdo satyrique a refait les comptes avec ses propres chiffres... Résultat : le couple Hollande-Royal devrait payer sept fois plus que les 862 euros d'impôt de solidarité sur la fortune qu'ils ont réglé en 2006... Bref, commente LE CANARD, "si tous les propriétaires se comportaient comme Ségolène et François, la spéculation immobilière serait jugulée depuis longtemps... ils n'ont pas leur pareil pour faire baisser la valeur de leur bien"... En cause entre autres dans LE CANARD, la maison de Mougins sur la Côte d'Azur, estimée 270.000 euros selon la candidate socialiste. les experts immobiliers sur place affirment qu'elle ne vaudra jamais moins de 850.000 euros... LE CANARD qui attend maintenant les réactions... La semaine dernière, le candidat-ministre Sarkozy n'en a pas été avare... dans l'affaire de son ex-appartement de Neuilly... Et du coup, eh bien LE CANARD ironise... "il est fâché, vraiment fâché Nicolas Sarkozy... Allez, souris Nicolas... comme souriait Hervé Gaymard juste après l'article du CANARD ENCHAINE sur son appartement... un certain Sarkozy l'avait alors aidé à se dérider en lâchant devant la presse, le 24 février 2005 : il est certain que les Français, confrontés à des difficultés quotidiennes, s'interrogent et peuvent juger avec une certaine sévérité ce qui se passe... Il n'y a pas un mot à changer"... Alors eux... ce n'est pas pour leur patrimoine qu'ils ont été cambriolés... Quand la campagne électorale tourne au polar... "Drôle de fric-frac dans la campagne" c'est en Une du PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE... En fait, rapporte le journal, cinq candidats à l'Elysée ont déposé plainte ces derniers mois pour des cambriolages suspects... On avait entendu parler du piratage informatique au QG du Front National avec l'éventualité d'une "taupe"... Hier après-midi, c'est l'avocat de Ségolène Royal qui a demandé une enquête concernant 4 cambriolages dans l'entourage de la candidate socialiste... Et ce n'est pas tout... trois petits candidats ont également été victimes des mêmes désagréments... Nicolas Miguet... le candidat des contribuables... s'est fait volé l'ordinateur qui contenait la liste de ses 470 promesses de parrainages... Rachid Nekkaz... qui se consacre depuis plusieurs mois à sa course à l'Elysée avec son club "Allez la France"... s'est également fait voler son pc dans sont QG de campagne à Paris... Les voleurs ont laissé le carnet de chèques et les autres objets de valeur présents dans la pièce... depuis, il a l'impression que ses parrains subissent des pressions... Même scénario pour Leila Bouachera, la candidate "démocratie sociale tendance villepiniste"... Chez elle, on a vidé le disque dur de son ordinateur... les 202 promesses de parrainages... mais on n'a rien volé dans l'appartement... Je vous le disais, c'est de la Série Noire... La course aux parrainages n'est décidément cette année, pas de tout repos... Les parrainages justement... beaucoup de moqueries ce matin dans vos journaux... En cause, le soutien du candidat de l'UMP à Jean-Marie Le Pen... Comme le dit EL PAIS : "Sarkozy appelle les maires à soutenir Le Pen"... Et ça, eh bien " c'est du jamais vu dans une campagne présidentielle : un candidat qui appelle en direct à la télévision les maires de France à accorder leur parrainage à un autre candidat... jusqu'à présent, les coups de pouce se faisaient plutôt en douce" écrit ce matin, Bruno Dive dans SUD OUEST... Résumé dans LIBERATION, ça donne : "Le Pen s'est trouvé au moins un parrain"... Libé qui constate que "Le FN savoure le coup de pouce... Marine Le Pen assure qu'il manque encore 90 signatures à son père... et Bruno Mégret affirme que Nicolas Sarkozy doit maintenant signer en tant que conseiller général des Hauts-de-Seine, un formulaire de parrainage pour le candidat frontiste"... "Tout faire pour obtenir un report de voix correct des électeurs de l'extrême-droite au second tour"... c'est la tactique de Nicolas Sarkozy analysée par Jean-Michel Thénard, l'éditorialiste de LIBERATION... Sans compter, poursuit Thénard... "que plus l'extrême-droite attire les suffrages de l'électorat populaire, moins la Gauche a de chance de figurer en bonne place... ainsi Sarkozy qui ambitionnait de réduire le vote FN, justifie son attitude au nom du principe démocratique"... Et c'est vrai que personne n'est dupe ce matin... "La ficelle est un peu grosse et elle fleure bon l'hypocrisie" pour Michel Noblecourt dans LE MIDI LIBRE... "Aucune formation politique ne peut s'arroger le droit de proclamer urbi et orbi que tel ou tel candidat représente une véritable famille politique... L'invocation démocratique n'est qu'un leurre destiné à masquer l'instrumentalisation électoraliste des parrrainages... Sarkozy est tombé dans le piège des parrainages" dénonce Dominique Garraud dans LA CHARENTE LIBRE... Sous la plume de Patrice Chabanet dans le JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE, l'analyse est du même tonneau... sauf que, rajoute l'éditorialiste "si le patron de l'UMP tente avec cet appel, de limiter la casse sur sa droite, il prend le risque du même coup de droitiser son image, ce qui peut l'affaiblir face à un Bayrou qui ne cesse de monter dans les sondages"... Et Bayrou tiens... L'ironie et la moquerie toujours de vos commentateurs ce matin... Dans L'ECLAIR DES PYRENNEES, Philippe Reinhard s'amuse du "malheur des ralliés"... parce que, écrit-il "la poussée forte et continue de François Bayrou dans les sondages, place tous ceux qui ont quitté l'UDF dans une position particulièrement délicate... ils ont désormais bonne mine"... Alors toutes ces considérations, pas vraiment de fond... Pas sûr que cela fasse pencher d'un côté ou de l'autre les indécis... Les indécis, ils font la Une du PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE... "Les Français qui n'ont pas choisi" titre le quotidien... "Prudence dans l'utilisation des sondages" conseille le journal... "Jamais depuis 1981, les indécis n'ont été aussi nombreux, si près de l'échéance élyséenne"... "Il y a plus d'indécis qu'en 1995 et 2002"... Alors l'explication, LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE est allé la demander aux électeurs eux-mêmes... dans un café parisien... "On connait ceux que l'on a... à l'heure d'en changer, on prend forcément le temps d'observer" dit l'un... Un autre enchaine "Ouais, les nouveaux, ils sont moins sécurisants que les vieux briscards, leurs profils sont plus incertains, plus flous"... Confirmation avec Jeanne, une institutrice à la retraite... elle, elle habite en Gironde et elle affirme : "je regrette Chirac"... "Je ne vais pas voter pour Sarkozy, il n'a pas le côté humain de Chirac"... et du coup, eh bien Jeanne, elle hésite... entre Ségolène Royal et François Bayrou... Bayrou parce que c'est un humaniste... Royal parce que c'est une femme... et "j'aurais bien aimé dans ma vie, voter pour une femme" explique Jeanne... Indécis les Français... ce qui est sûr en tout cas, c'est que cette campagne, elle n'intéresse que nous ou presque ce matin... Dans la presse étrangère, la France est vue sous un angle... disons... plus musical... En Belgique... le dossier de naturalisation de Johnny Hallyday... "le cas Johnny reporté de 6 mois" titre LA LIBRE BELGIQUE... "Le cas Johnny botté en touche" confirme LE SOIR... qui assure que la star reste confiante vu la sincérité de ses sentiments... Et sur Johnny, à lire aussi dans VSD, "La saga Johnny"... En couverture, une photo où il apparait vieilli et fatigué, l'idole des jeunes. Mais, note l'hebdomadaire, depuis 45 ans, il se relève de tout... et même son exil fiscal n'abime pas sa légende... La chanson française dans les journaux européens... dans LE TIMES... là le quotidien anglais se moque... "Eurovision : l'agonie française"... et THE TIMES explique "fatiguée d'être humiliée par l'Ukraine, la Bosnie Herzégovine ou la Macédoine, la France tente de retrouver sa gloire passée"... Rendez-vous le 12 mai à Helsinki

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.