"Le téléphone sonne au milieu de la nuit chez les électeurs de Pennsylvanie... Et dans le téléphone, une voix qui fait la promotion du candidat démocrate... L'objectif : créer un rejet de celui qui ose réveiller les électeurs"... Tout est permis, ou presque, dans la campagne électorale aux Etats-Unis... C'est à lire dans Le Figaro ce matin... Le Figaro qui, comme tous vos journaux, a les yeux tournés vers les électeurs américains... "Les Etats-Unis votent pour ou contre Bush", titre La Croix... "Bush menacé d'un Congrès démocrate", pour Le Monde... En fait, pour tous, la même idée : les Démocrates devraient remporter ces élections, dominées par la détérioration de la situation en Irak... Dans The Economist, "l'adieu à la majorité permanente"... L'hebdomadaire britannique explique qu'une vague de votes anti-républicains va aider les Démocrates dans bon nombre d'Etats... C'est "le jour des comptes", pour The Guardian... Et The Independent note que "si l'Amérique va aux urnes, c'est avec le blues"... "L'enjeu de ce 7 novembre n'est pas mince, tant pour les Etats-Unis que pour le reste du monde", analyse Pascal Riché dans Libération... "Si les Démocrates l'emportent, ce ne sera certes que d'une très courte majorité... insuffisante pour imposer une réelle inflexion politique... Mais ils disposeront d'une caisse de résonnance sans pareil, pour préparer l'étape suivante : la Présidentielle de 2008"... Parce qu'en effet, côté démocrate, ces élections de mi-mandat ont mis en valeur 4 personnalités dont on entendra parler dans les prochains mois... C'est toujours Libération qui en fait les portraits... Bien sûr Hillary Clinton, 59 ans, sénatrice de New York... Autre femme : Nancy Pelosi, 66 ans, la chef des Démocrates à la Chambre... Et puis deux élus noirs : Barak Obama, 45 ans, sénateur de l'Illinois... et Harold Ford, 36 ans, député du Tennessee, véritable étoile montante... Et qui sait, en 2008... Face peut-être à l'ex-Première Dame des Etats-Unis... une autre ex... Laura Bush... C'est Le Figaro qui note que "Laura Bush a pris goût à la politique... Très populaire, la Première Dame a été beaucoup plus sollicitée que son mari par les candidats républicains... Elle a enchaîné les meetings, et aidé à lever plus de 15 millions de dollars pour la campagne... Il faut dire que sa popularité n'est jamais descendue sous les 60%... Du coup, elle est sollicitée pour panser les plaies de la nation", constate Le Figaro... "Laura Bush, qui a fêté ses 60 ans samedi, a considérablement rehaussé son profil public ces deux dernières années, explique le journal... Elle s'est entourée de collaborateurs plus politiques... Elle a voyagé en solo une douzaine de fois à l'étranger, en particulier en Afrique... Autant de signes qui laissent interrogateur, quand elle affirme qu'elle n'a pas d'ambitions"... Des élections qui rapportent... Et pas seulement aux candidats... Dans Les Echos : "Elections américaines : qui veut gagner des millions ?"... "Dans l'Arizona, l'une des élections d'aujourd'hui porte sur un projet de loi proposant de transformer chaque scrutin en loterie... L'idée, c'est de motiver les électeurs à faire leur devoir civique... Si la Proposition 200 (c'est son numéro) est adoptée, il suffira d'avoir voté pour participer à un tirage au sort permettant de gagner le gros lot... un gros lot qui serait distribué par le loto de l'Etat de l'Arizona, qui a en caisse plus d'un million de dollars de sommes gagnées mais jamais réclamées"... Lui, les élections, ça lui a déjà beaucoup rapporté... C'est dans Le Monde... Le portrait de Conrad Burns... sénateur du Montana... un tribun hâbleur et populiste, qui est sur la liste des 13 élus les plus corrompus des Etats-Unis... Cela fait 18 ans que Conrad Burns siège à Washington... Il y gère le contrôle des dépenses publiques... un poste-clé qui lui a permis de ramasser plus de 2 milliards de dollars d'aides pour son Etat... Et du coup, rapporte le reporter du Monde aux Etats-Unis, la question qui se pose, pour les électeurs du Montana, c'est un cas de conscience... Un cas de conscience qu'une commerçante locale résume : "Est-ce que je mets les questions éthiques de côté pour garder quelqu'un parce qu'il est puissant et peut encore beaucoup apporter au Montana, qui en a besoin ?... Ou est-ce que, pour défendre des principes, je prends des risques ?"... La réponse, ce sera donc demain... La corruption ?... Elle reste globalement le fléau des pays en développement... C'est ce que constate Les Echos ce matin, qui publie le rapport de l'organisation non-gouvernementale Transparency International... Le plus mauvais score, cette année, c'est pour Haïti, juste derrière la Birmanie et l'Irak... L'agence qui constate que le niveau de perception de la corruption s'est détérioré au Brésil, à Cuba, en Israël, en Tunisie et aux Etats-Unis... Toujours en tête du classement... Pays le moins corrompu : la Finlande, ex-aequo avec la Nouvelle-Zélande... 20ème : les Etats-Unis... La France est 18ème... Alors, dans la presse internationale, chacun interprète ce classement... L'Orient-Le Jour se réjouit d'un "net recul de la corruption au Liban"... Le journal de Beyrouth met tout de même un bémol... Car, dit-il, "si le gouvernement libanais a approuvé la convention de l'ONU contre la corruption, le Parlement se fait toujours attendre pour voter le texte"... Autre commentaire, dans El Watan... "La grande corruption se perpétue en Algérie... Le pays obtient la note de 3,1 sur 10 dans le classement de Transparency International", explique El Watan, qui rapporte que "l'Association algérienne de lutte contre la corruption dénonce l'absence de volonté politique sur le terrain... Et pour preuve, constate le journal : l'Algérie a très peu de relations commerciales avec les 10 pays les moins corrompus du monde... Ce qui renseigne bien sur l'ampleur de la situation dans le pays"... Où va l'argent ?... C'est la question, en Allemagne... "Prix élevé de l'électricité... La facture n'est pas justifiée"... C'est le Frankfurter Allgemeine Zeitung qui dénonce... Le quotidien allemand revient sur la panne de courant dans une large partie de l'Europe, le week-end dernier... Et indique que "le gouvernement critique les groupes de sociétés énergétiques"... Die Welt confirme : "Le gouvernement allemand pointe du doigt les sociétés privées"... "La vétusté du réseau allemand", c'est également ce que rapporte La Tribune... Qui explique : "Les 4 opérateurs d'outre-Rhin sont accusés d'avoir négligé les investissements dans leur infrastructure"... La Croix rappelle que cette vétusté n'est pas une découverte... "L'année dernière, les chutes de neige de l'hiver avaient fait s'effondrer un grand nombre de pylones... Et les fournisseurs d'électricité avaient dû reconnaître que plus de 10.000 pylones de lignes à haute tension avaient été fabriqués avant 1940... des fournisseurs qui n'envisageaient pas pour autant de les remplacer, précise La Croix... Seuls ceux construits avant 1930 étaient inscrits au calendrier"... Alors on l'a dit et redit : à l'origine de ce désordre électrique, le lancement d'un grand bateau de croisière... Pour quitter le chantier naval et rejoindre la mer, il devait passer sous un câble de 380.000 volts qui, par mesure de sécurité, a été mis hors tension... Eh bien, pour la petite histoire... C'est La Croix qui le rapporte ce matin... samedi, la "Perle norvégienne" (c'est le nom du bateau) a dû faire demi-tour... La panne électrique a empêché l'électricien d'avertir le commandant du bateau que le courant avait bien été coupé... Alors eux, leur but, c'est de le faire passer, le courant... Le faire passer avec les militants... "Au PS, rien n'est joué", titre Le Parisien-Aujourd'hui en France ce matin... "C'est le troisième et dernier débat télévisé entre les candidats à l'investiture du Parti Socialiste... Et c'est un vrai test de présidentiabilité", pour Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... "Chacun devra lâcher ses coups, et dire ce qu'il propose pour la France dans un monde dangereux"... "Ce dernier débat, ce soir, porte sur la politique internationale, les questions européennes, ainsi que l'environnement", précise Le Figaro, pour qui c'est "le clivage européen qui risque de muscler les discussions"... Le Parisien-Aujourd'hui en France est allé à la rencontre de Ségolène Royal... Et à la veille du très attendu débat télévisé de ce soir, la candidate à la candidature socialiste hausse les épaules quand on lui demande si elle est prête... "Vous savez, répond-elle : j'ai passé les mêmes examens que les deux autres... J'ai fait les mêmes études... Et les questions internationales ne sont pas celles qui divisent le plus"... Mais pour tout dire, dans la campagne présidentielle française, ce matin, ce qui divise le moins, c'est un nom... Nicolas Hulot... "Nicolas Hulot : séquence présidentielle", titre Le Midi Libre... "Il les rend tous Verts", ironise Libération... Parce qu'une chose est sûre, analyse Philippe Waucampt dans Le Républicain Lorrain : "l'écologie a le vent en poupe... Et le producteur-animateur d'Ushuaïa s'étant forgé une stature de commandant Cousteau du troisième millénaire, le voilà qui déboule dans la course à la magistrature suprême, nanti du statut paradoxal de celui que tout le monde courtise sans vraiment vouloir être candidat"... "Pas de vacances pour Monsieur Hulot", s'amuse Bruno Théveny dans Le Journal de la Haute-Marne... Pour preuve : cet inventaire de Dominique Valès dans La Montagne... "Ségolène Royal se déclare en phase avec lui... Dominique Voynet l'invite à travailler avec elle... L'UMP voit en lui l'une des personnalités les plus crédibles sur l'écologie... Et Laurent Fabius n'hésite pas à lui proposer la place de numéro 2 de son gouvernement s'il est élu à l'Elysée"... Conclusion de Bernard Revel, dans L'Indépendant du Midi... "Tous ces politiques ne manquent assurément pas de Hulot"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.