Zemmour, de Villiers, Buisson à la Une et à la fête. Et les progressistes? plus difficiles à trouver...

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Une presse que vous avez lu ce matin en chaussant les lunettes de notre invité Raphaël Glucksmann.

« Désinhiber les progressistes face à une droite de plus en plus décomplexée », voilà votre propos si j’ai bien compris, j’aime autant vous dire qu’à regarder la presse ce matin, il y a du boulot !

La Une du Figaro Magazine ? « Comment la France s’islamise » Photo de Philippe de Villiers, le Saint Coran à la main, de retour avec un nouveau livre pour « tirer le signal d’alarme » nous explique le magazine, face au danger de l’islamisme mais aussi de l’islam tout court, accusé de double jeu

La Une de Valeurs actuelles ? le Magouilleur, avec un pastiche de l’affiche en noir et blanc, rose rouge à la boutonnière du Parrain, le film de Coppola. Dans le rôle de Vito Corleone, François Hollande, le magouilleur donc, accusé de mensonges, combines et manipulations. Avec un petit bonus sur Julie Gayet, « l’intrigante à la manœuvre »

A la Une de Causeur, Zemmour le Gaulois, où on a droit dans son entretien, outre ses habituelles imprécations sur les musulmans, à de nouvelles élucubrations. « Je respecte dit Zemmour, les gens qui meurent pour ce en quoi ils croient, ce dont nous ne sommes plus capables » regrette t il, ils parlent des auteurs des attentats suicides. Zemmour qui dépose le copyright de l’islamo-droitisme. La justice est saisie pour apologie du terrorisme.

Alors me direz-vous, j’ai choisi une presse bien particulière, sans doute. Mais à lire le récit dans le Monde de la petite fête des 50 ans de Valeurs actuelles, on se dit que cette presse-là, ceux qui l’animent et les idées qu’ils défendent ont décidément le vent en poupe. 350 invités qui se pressent autour des bulles de champagne, « aucune gêne dans l’assistance, écrivent Ariane Chemin, Olivier Faye et Alexandre Piquart, à savoir que le journal a été condamné pour « provocation à la discrimination ». Des éditorialistes maison bien sûr, mais aussi toute la jeune garde des journalistes « décomplexés » du FigaroVox, des représentants de la Manif pour tous, ou encore Elizabeth Levy, la patronne de Causeur, toute contente dit elle de pouvoir traverser l’assemblée sans se faire engueuler. Et puis des politiques : Guaino, quelques sarkozystes pas trop en forme parait-il , Marine le Pen et sa nièce, et les héros du jour surtout Zemmour, Buisson, de Villiers. Le patron de la rédaction savoure son succès, le temps d’une soirée, il a fait l’union des droites républicaines et des extrêmes. La Fête de Valeurs Actuelles, the Place to be.

Un peu de place dans la presse ce matin, pour ceux qu’on appelle les « progressistes » Hélène ?

Oui, mais sincèrement, il faut chercher ! Même le magazine Causette ce mois-ci s’alarme, question à la Une: Les enfants sont ils de droite ? Réponse sur le ton de l’humour: « si vous avez déjà observé un bac à sable nous explique Eric La Blanche, vous verrez des nuées d’apprentis dictateurs décomplexés s’étriper pour la possession d’une pelle, vas y que je te colle un bourre pif histoire que tu saches « c’est qui le plus fort ». Bref, avant 5 ans, les enfants favorisent les figures dominantes et vont dans le sens de l’autorité, ce qui les classerait donc à droite. A partir de 8 ans, ils deviennent sensibles aux inégalités…commenceraient ils à virer à gauche ? Humour donc, mais surtout, ça part du présupposé que la bipolarité droite=conservatisme et autorité, et gauche=lutte contre l’ordre établi pour plus de justice soit toujours pertinente.

Plus sérieux…portrait d’une figure progressiste à lire dans Libération ce matin. Il s’agit de Nabila Mounib, qui se présente aux élections législatives aujourd’hui au Maroc. Faible poids électoral, mais elle incarne l’alternative. En 2011, en plein printemps arabe, elle réclamait l’instauration d’une vraie monarchie parlementaire, où le pouvoir ne serait plus concentré dans les mains du seul souverain. Elle parle de sujets tabous au Maroc, la monarchie donc, mais aussi la laïcité, l’égalité hommes/femmes. Seule femme à diriger une formation politique au Maroc, elle rentre dans ses meetings au son de slogans percutants « Je ne suis ni achetée, ni vendue, je suis de gauche, la tête haute ». Ce vendredi, elle espère récolter un nombre de sièges suffisants pour créer un groupe parlementaire et peser sur le paysage politique marocain

Sérieux encore, la victoire des femmes polonaises qui a fait reculer le pouvoir sur son projet d’interdiction totale de l’avortement. « Mobilisation porteuse d’espoir » comme le disait il y a un instant Bernard Guetta, mais attention, c’est une victoire provisoire nous met en garde le site les Nouvelles News. Car c’est moins la rue qui a fait plier le gouvernement, que l’Eglise elle-même qui ne soutenait pas la pénalisation de l’ivg du texte. Un recul qui pourrait donc cacher de futures contreparties accordées à l’Eglise par le pouvoir. Ce sera peut-être une restriction considérable de la procréation médicalement assistée qui fait l’objet d’un autre projet de loi controversé nous prévient l’Humanité ce matin.

Alors autour de quelles causes, ou de quelles figures du progressisme se retrouver ? et bien cela semble tellement difficile, que le cinéaste Romain Goupil, en appelait cette semaine dans le Monde aux mânes de votre père, André Gluscksmann… Goupil, atterré par le silence qui entoure le massacre commis à Alep, par Bachar el Assad et Poutine. « André, lui lance t il, le temps des horreurs et des indifférences s’accélère, les nationaux-souverainistes et les islamistes imposent leurs pensées haineuses de la Hongrie à Paris. Les fascistes reviennent et plus aucun manifestant ne se lève ! Alep brûle et le silence de Paris a un goût de cendre. Tu me manques ». écrit Goupil

On termine Hélène…

Avec un dernier petit détour encore par la gauche, la droite et même l’extrême-droite : le magazine Charles a eu la bonne idée d’interroger des personnalités de tous bords politiques sur leur rapport à l’argent. « L’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes » disait François Mitterrand. Epinay 71, c’est loin ! « On peut être riche et de gauche » affirme l’un des candidats à la primaire, Benoit Hamon. Le problème de la gauche aujourd’hui, c’est qu’une partie des Français, celle qui manque d’argent, lui est invisible ». Entretien également avec le trésorier du FN, « trésorier Swag » parait il, Wallerand de Saint Just, qui se dit convaincu que le dossier de soupçons de surfacturation du FN pendant la campagne de 2012 est » vide » ! ça tombe mal, hier la justice a décidé de renvoyer le FN devant le tribunal correctionnel dans cette affaire pour recel d’abus de biens sociaux et complicité d’escroquerie. Pas grave, répond par avance Wallerand de St just « ça m’est totalement égal. Il faut laisser à la police et au juge d’écarter très vite un innocent »

Allez, on termine loin de la gauche, de la droite et de ses extrêmes avec « le roi des Belges qui paie sa dernière tournée » : Benoit Poelvoorde est à la Une de SO Film et il s’y livre avec drôlerie et profondeur à un moment de sa vie où son téléphone ne sonne plus pour lui proposer des films. Retour sur ses débuts

avec des scènes à hurler de rire sur ses premiers pas à Cannes pour « C’est arrivé près de chez vous », il nous livre le secret pour faire marrer isabelle Huppert, se moquer de sa manie de se regarder tout le temps, tout le temps, sa rencontre ratée avec ses idoles, De niro et Scorsese, coups de griffe aux humoristes professionnels. Mais tiens finalement, on en revient à Zemmour, celui qui se proposait de « bombarder Mollenbeck ». Et bien l’habitant de Mollenbeck ,Poelvoorde préfère se moquer de ce petit monsieur qui fanfaronne. « S’il s’était fait agresser en garant sa bagnole, il aurait hurlé « faut bombarder les parkings ». « Après, est ce qu’on a le devoir de détester ce monsieur quand on ne pense pas comme lui ? » « Même pas » répond Poelevoorde

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.