(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : "terrain pourri"

(Bruno Duvic) Les deux pieds sur le terrain de la crise... Voici un texte qui a fait le tour de la blogosphère en quelques heures. Tout part d'un pseudo sondage sur un site Internet comme il y en a tant : quelle est la pire chose que vous avez du faire au boulot ?"

Un internaute a répondu. Son texte est reproduit par atlantico.fr. C'est intitulé : "Mon job est de regarder les rêves mourir". Cet agent immobilier raconte comment chaque jour, son métier est d'expulser les Américains de leur maison achetée à crédit.

« Nous sommes les chaussures sur le terrain, une fois que des avocats anonymes quelque part se sont chargés de la paperasse »

Quand le créancier saisit une maison la première chose qu'il fait est d'envoyer quelqu'un vérifier s'il y a vraiment une maison à cet endroit et si quelqu'un vit là, qui doit être expulsé.

Parfois, cette première visite sert à découvrir que la maison a brulé, ou abandonnée et on y organise des combats de coqs ou de chiens.

Parfois on pense qu'il n'y a personne dans la maison, mais en fait les occupants se cachent...

"Des gens arrêteront de tondre la pelouse et laisseront les ordures et les vieux annuaires s'entasser sur le porche, ils laisseront couper l'eau et l'électricité mais ils continueront de vivre à l'intérieur

Il y a une infinité de raisons qui expliquent pourquoi les traites n'ont pas pu être payées, certaines inspirent plus de compassion que d'autres, mais à la fin, vous serez obligé de partir. Partir avec un chèque qui arrange beaucoup de choses, ou pas.

Parfois, ils ne veulent pas l'argent et ne veulent pas être expulsés, alors, ils signent une décharge, indiquant que tout ce qui est dans la maison peut être saisi. Des fauteuils roulants. Des boites à chaussures. Un dossier avec les dessins et les devoirs d'un môme. Je suis dans le chapitre final de tant de chapitres qui ont compté.

Ils vont à la voiture et reviennent avec le trousseau.

Les clefs sont enlevées de l'anneau.

J'attends que leur voiture ait disparu avant d'accrocher la pancarte. Voilà, c'est mon job. Au moins, je ne leur fais pas éteindre les lumières une dernière fois quand ils s'en vont.

En quelques heures, ce texte a généré plus de 2000 commentaires sur le Net...

(P.C.) Crise aux Etats-Unis, crise en Europe...

Terrain instable, plus personne n'ose avancer de certitude ce matin dans la presse. Tous les tabous tombent.

"Et si l'Europe lâchait la Grèce, titre la Tribune. L'insolvabilité de la Grèce n'est plus taboue ajoute le Figaro.

Plus taboue non plus l'idée que cette crise des dettes souveraines puisse entrainer la chute de grandes banques, comme il y a 3 ans Lehman Brothers aux Etats-Unis. "Le risque de faillite d'une grande institution financière européenne est réel", dit dans Le Monde l'économiste Nicolas Veron.

Il n'y a plus de certitude. Et les politiques d'austérité mises en place en Europe suscitent de plus en plus de critiques. "Austérité, le rapport qui accuse", c'est à la Une de l'Humanité. Selon l'Huma, le dernier rapport de la CNUCED, l'organisme de l'ONU chargé du développement est un réquisitoire contre ces politiques. Elles seraient contre productive sur le plan de l'assainissement budgétaire.

Crise financière arrêtez le massacre, écrit Eric Le Boucher sur slate.fr. Il s'en prend lui à la faiblesse des politiques. Que devraient-ils faire ? La réponse est simple : ne pas suivre pas à pas, en retard mais servilement, le diktat des marchés. Les marchés semblent aujourd'hui hors de raison.

A la niche les marchés, et que faire des niches fiscales ? Sur le plan anti-déficit, accord entre le gouvernement et la majorité, titre le Figaro. Mais que ce fut dur. Les éditoriaux dénoncent les états d'âme des députés de la majorité. "C'est bien connu, écrit Hervé Favre dans la Voix du Nord. Dans chaque niche fiscale, il y a un chien qui aboie"

Rémi Godeau enchaine dans l'Est Républicain : "Alors que toute l'Europe craint l'embrasement, les élus de la majorité ergotent pour préserver un avantage fiscal, ou défendre une dépense en sus". Pour Jean-Francis Pécresse dans les Echos, "le clientélisme dont vient de faire preuve la majorité rend une règle d'or plus nécessaire que jamais"

Sauf que l'or est en train de se transformer en plomb, pas de majorité au congrès pour votre cette règle. Du coup, selon Libération, le chef de l'Etat s'apprête à faire machine arrière et ne convoquera pas le congrès avant la présidentielle...

(P.C.) Terrain pourri... En football aussi...

He oui, la crise, au moins elle rebondit, comme le titre la Croix.

Le ballon sur la pelouse du stade de Bucarest hier, c'était une autre affaire.

Stade flambant neuf, l'architecture est magnifique mais le gazon, dixit Vincent Duluc dans l'Equipe était apocalyptique. C'était comme si la plus élégante salle de concert présentait une acoustique de bastringue, selon le chroniqueur du journal Didier Braun.

Alors l'Equipe y voit une excuse à la prestation franchement pas terrible des bleus hier soir face à la Roumanie. Duluc reprend la plume : "On ne se souvient pas d'un match de l'équipe de France à ce point désert en actions offensives, mais on ne sent pas le cœur à lui en imputer la responsabilité principale"...

Où en est cette équipe de France plus d'un an après la catastrophe de la coupe du monde. La presse l'attend au tournant. Elles a de bonnes chances de se qualifier pour l'Euro, mais elle ne convainc pas.

Slate et rue89 sont d'accord. Ce qui manque à cette équipe, et depuis le départ de Zidane c'est un leader. "Quand on coupe la tête d'un poulet, il continue à courir quelques instants, mais de manière frénétique et absurde. Ca marche aussi pour les coqs", écrit Slate.

(P.C.) Terrain sensible, en bref quelques "affaires" évoquées dans la presse...

Libération et Servier, suite... Selon Libé, après le Mediator, le laboratoire aurait caché les effets secondaires graves d'un autre produit, le « protelos. »

La France a-t-elle aidé Kadhafi à espionner ses opposants ? suite... Siné, désormais mensuel et le Canard enchainé explorent ce dossier ouvert par le Wall Street journal... En accusation une entreprise d'informatique d'Aix en Provence.

Les dossiers Takieddine suite sur Mediapart. Le site publie la lettre d'un avocat qui accréditerait le versement d'argent occulte au ministre de la Défense d'Edouard Balladur François Leotard.

42.000 dépensés en pizzas en 2 ans. Comment expliquer une telle frénésie de Margherita à la fédération socialiste de l'Hérault. La nouvelle direction locale du PS enquête sur d'éventuelles irrégularités. C'est à lire dans l'Express.

Pour finir, terrain d'études... Un livre rassemble les appréciations les plus drôles notées par des professeurs sur des bulletins de note. Les extraits sont dans Libération... On peut classer les élèves taclés en plusieurs catégories...

Catégorie rebelle : "Quand vous quittez le cours sans prévenir ni autorisation, pensez à fermer la porte derrière vous."

Catégorie feignant : "Un vrai touriste aurait au moins pris des photos"

Catégorie nul, pour finir : "Je vous assure Simon Bolivar est bien mort et il ne joue pas au football"

Ou bien comment détourner méchamment un grand classique : "peut mieux faire, ou peut être pas"...

Bonne journée

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.