(Nicolas Demorand : "A la Une ce matin : '100 millions de femmes portées disparues'"... "Les femmes portent la moitié du ciel", disait Mao Tse-toung... Eh bien, c'est un ciel d'apocalypse que décrit un couple de journalistes du New York Times. Ils sont interviewés cette semaine dans Le Point. Au XXIème siècle, la plus grande violation des droits de l'homme concerne les droits de la femme... disparues pour cause d'infanticide, de manque de soins, d'excisions, de crimes d'honneur, de violences, sans parler de la mortalité en couches... C'est l'économiste indien Amartya Sen qui est arrivé à ce chiffre de 100 millions. En Inde, toutes les deux heures, une femme meurt immolée par son mari mécontent de la dot ou pressé de se remarier. En Chine, dans certaines régions, les femmes n'existent même pas, au sens propre : on n'enregistre pas leur naissance. Je vous passe les histoires les plus innommables... Et ce qui est terrible dans ce phénomène, c'est qu'il résiste à beaucoup d'analyses. On pense que ce sont les hommes les oppresseurs. Pas toujours... Les deux journalistes du New York Times ont vu beaucoup de femmes tenir des bordels ou pratiquer l'excision. Ce n'est pas le sexe qui compte en la matière, mais le niveau d'éducation. Et encore, dans certains pays, quand le niveau de vie augmente, les choses ne s'arrangent pas pour autant, car alors on a accès à l'échographie, ce qui permet de faire le tri mortifère. Les bons sentiments non plus ne font pas forcement avancer la cause... En Afrique, on a donné du lait en poudre aux mamans séropositives, pour éviter qu'elles ne contaminent leur bébé. Elles l'ont jeté : ne pas allaiter, c'est reconnaître au village qu'on est malade. Encore un paradoxe : les usines chinoises et leurs épouvantables conditions de travail... Eh bien, c'est aussi l'un des rares endroits où les femmes peuvent rivaliser avec les hommes, et au bout du compte s'émanciper. Alors que faire ? L'aide internationale a certainement un rôle à jouer. Mais il faut privilégier le concret. Au passage, les violences faites aux femmes, ce n'est pas l'apanage de l'Afrique ou de l'Asie... Pour mémoire, en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint tous les deux à trois jours. A ce dossier, on pourrait ajouter un article du quotidien italien La Stampa, repris par Courrier International... La pilule abortive fait encore et toujours débat en Italie. Sa vente n'a été autorisée qu'en décembre dernier. Et la droite dure, qui a marqué des points aux dernières Régionales, repart au combat : le nouveau président Ligue du Nord de la région du Piémont a récemment déclaré qu'il laisserait pourrir dans les réserves les pilules abortives. (ND : "Et la rumeur continue de faire parler")... "Rumeurs : Carla éteint l'incendie", titre France-Soir... "Nous ne sommes victimes d'aucun complot" : la citation est à la Une du Figaro. Elle est extraite d'une interview accordée par Carla Sarkozy à nos confrères d'Europe 1 hier soir. Libération rappelle l'essentiel... "Je suis venue pour éviter qu'une affaire, qui n'a aucune importance, prenne des proportions ridicules". Alors pas de complot, pas de fâcherie avec Rachida Dati... et pas d'enquête non plus pour en savoir plus. Sur le site Médiapart, entre autres, le patron du contre-espionnage confirme pourtant qu'une enquête a bien été menée. Que dira Rachida Dati de tout cela ? Le Figaro nous apprend qu'elle ouvre aujourd'hui son blog et sa page Facebook. Et puis il y a cette phrase de Claude Guéant, le bras droit de Nicolas Sarkozy... Il avait dit que le Président ne voulait plus voir Rachida Dati. Rétropédalage hier : "La vérité d'hier n'est peut-être pas celle d'aujourd'hui". Commentaire de Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré : "On a probablement affaire ici à la sentence la plus emblématique de ce quinquennat de foucades, de voltes-faces, de rumeurs et de démentis, de ridicule vaudevillesque érigé en principe républicain". (ND : "Mais la rumeur, elle peut déstabiliser tout un pays")... C'est beaucoup plus grave, et ça se passe en Grèce, où l'incendie de la dette est, lui, très loin d'être éteint... "La Grèce patauge dans les rumeurs" : c'est à lire dans Libération et La Tribune... Le gouvernement aurait-il à nouveau menti sur l'ampleur des déficits ? Officiellement, un peu moins de 13%. Certains parlent de 14. Bruit de couloir N° 2 : il voudrait renégocier l'accord de soutien financier négocié avec l'Europe. * Murmure N° 3 : la Grèce ne voudrait plus de l'aide du FMI. A chaque fois, ceux qui lui ont prêté de l'argent perdent un peu plus confiance, et les taux d'intérêts remontent. Pour Philippe Mabille, dans La Tribune, "la Grèce n'est plus très loin du moment où elle va rencontrer une impasse de financement". Quant aux habitants, rappelle Libération, ils mettent leur argent en lieu beaucoup plus sûr : dans les banques à l'étranger. La fuite des capitaux atteint un niveau record. Pour parler du couple Sarkozy, Jean-François Kahn, sur le site de Marianne, a une formule qui pourrait s'appliquer à la Grèce : "La ru-meur, mais ne se rend pas"... (ND : "8h30... Suite de la revue de presse... La vie sur Internet")... Slate.fr décrit un phénomène qui prend de l'ampleur : les apéros Facebook... Vous invitez le plus de gens possible à partager cahuètes et jus de raisin dans votre ville. Ils étaient plus de 5000 à Rennes, le 25 mars. Des soirées sont prévues dans les semaines à venir à Lyon, Clermont, Montpellier, Saint-Quentin et Boulogne-sur-Mer, entre autres. Alors réunions d'amis super-sympas ou beuveries généralisées ? C'est l'une des questions. Les préfectures et les mairies font tout pour les encadrer, voire les annuler, nous dit Slate. A l'heure où le bouclier fiscal fait débat (Libé titre sur "les bobards de la droite" à ce propos), le fisc aurait également des sous à récupérer du côté des entreprises qui font du commerce en ligne... Explications sur Rue89. Amazon, eBay, iTunes... Des millions de chiffre d'affaires en France, mais presque pas d'impôts : ils sont domiciliés au Luxembourg. Google est en partie en Irlande. Coup de gueule du président de la Commission des Finances du Sénat, Jean Arthuis : le manque à gagner en TVA est d'un milliard d'euros à l'horizon 2014. Il parle de "dumping fiscal entre pays européens". (ND : "Quoi d'autre dans la presse ?") Un agent secret, un couple et des courbes... Rêve de cinoche... Le tournage d'un James Bond à Paris et Versailles : les autorités françaises seraient prêtes à consentir une ristourne sur la taxe de tournage dans la Galerie des Glaces. C'est à lire sur Slate.fr. Encore faut-il que l'agent secret accepte. Son matricule 007 sera mis à rude épreuve face au Roi-Soleil : son nom est XIV... Louis XIV... Le couple, c'est Jacques Dutronc et Françoise Hardy... Ils n'avaient pas donné d'interview commune depuis dix ans. Les voici à la Une de Paris-Match. Ils se balancent tout à la figure, comme de vieux amants complices et griffus. C'est à la fois très drôle, un peu émouvant, un peu agaçant et parfois pathétique. Extraits choisis... Question de Match : "Aimiez-vous travailler ensemble ?". Dutronc : "Quand je l'entendais chanter, elle me filait le bourdon". "Notre histoire ressemble à une chaîne météo : on prévoit des trucs qui n'arrivent jamais". Les courbes, elles sont à la rubrique "Air du temps" du Nouvel Observateur. C'est "la revanche des rondes"... Il y a dix jours, Elle faisait sa couverture avec un mannequin taille 48. Même les mannequins plus minces ne sont plus forcément les bouts de bois d'autrefois. "Quand Laetitia Casta a ouvert le dernier show Vuitton, raconte Elodie Lepage, au pied du podium on entendait des expressions de surprise : 'Mon Dieu, des seins !'". Retour des rondes dans la chanson, la fiction télé, la pub... Tentative d'explication dans Le Nouvel Obs. Les années 2000 ont été anguleuses. Aujourd'hui tout le monde a envie de rondeurs. On est dans le maternel. La crise exacerbe ce désir. Et puis on est allé trop loin dans l'écart entre les modèles et les vraies femmes. Les premières sont en moyenne plus minces de 30 à 35% que les secondes. Impossible de s'identifier dans ces conditions. La taille majoritaire des femmes qui entrent dans un magasin de vêtements, c'est 40. C'est donc aussi l'intérêt des marchands de fringues de mettre en valeur les rondes. Dans la rue aujourd'hui, il est fréquent de croiser des jeunes femmes dodues, qui assument et portent la mini-jupe. De ce point de vue, elles sont plus libérées que leur mère. "Les femmes portent la moitié du ciel", disait Mao. Elles portent aussi la moitié de la terre, qui est ronde comme chacun sait... Bonne journée...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.