(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : le guichet est ouvert...

(Bruno Duvic) Vous vous souvenez peut-être de la lettre de Pierre Desproges aux agents des impôts qui commençait par cette adresse : "Mon Trésor"

En ce moment, quand on travaille au guichet des impôts on entend assez peu de mots carressants. Vous le constaterez dans un reportage de La Dépêche du midi à la cité administrative de Toulouse. "Ca commence à devenir pénible", dit une employée.

Florilège des réflexions désobligeantes entendues depuis la semaine dernière : "Regardez ce qu'a fait votre ministre avant de cogner sur les gens qui déclarent leurs impôts." "Je paierai quand Cahuzac aura payé." "On sait maintenant que vous êtes au dessus des lois." Des coups de gueule au guichet des impôts, la tendance n'est pas nouvelle mais elle s'est accélérée avec l'affaire Cahuzac, constate un représentant du syndicat solidaire.

Grogne d'autant plus mal vécue par les fonctionnaires du Trésor qu'ils sont eux-mêmes très surveillés. Contrôles réguliers et même désormais contrôles approfondis et systématiques tous les 5 ans. Selon La Dépêche , c'est l'une des dernières mesures prises par Jérôme Cahuzac.

Le guichet est ouvert... Celui des plaintes. Celui des rumeurs aussi.

Il va sûrement y avoir du gros temps à Libération aujourd'hui. Le journal fait sa Une sur ce qui n'est rien d'autre, en l'état, qu'une rumeur. Titre en couverture : "Le cauchemar continue". Et en page 2, "Une possible affaire Fabius tétanise l'Elysée".

De quels éléments dispose Libération ? Réponse dans le premier paragraphe : "Depuis jeudi, un scénario noir circule dans tous les ministères : Mediapart aurait en sa possession les preuves que Laurent Fabius détient un ou plusieurs comptes en Suisse"

Le ministre dément. Hier soir, le fondateur de Mediapart Edwy Plenel publiait un tweet cinglant : "Libération perd la tête, il transforme en information une rumeur."

Ce qui est étonnant, c'est que dans le papier de Libé , un conseiller ministériel accrédite la rumeur : "On est au-delà de la panique, c'est de la tétanie mais il ne faut rien dire". Le journal affirme encore que samedi matin, Fabrice Arfi de Mediapart confrontait ses informations avec la version du ministre. Laurent Fabius envisage de porter plainte et Fabrice Arfi répond que n'existe à Mediapart que ce qui est publié sur le site.

Et sur Mediapart ce matin, aucun article sur Laurent Fabius

Le sujet de Une concerne la banque Reyl qui a abrité le compte de Jérôme Cahuzac. Dans ses listings informatiques se cacheraient des secrets gênants pour beaucoup de personnalités françaises.

Là où Libé n'a pas tort, c'est que le climat n'est pas d'une sérénité absolue au sommet de l'Etat. Dans Le Figaro , Solenn de Royer décrit un président cerné. En Corrèze, où il a passé quelques heures samedi, François Hollande a dû se contorisionner pour éviter les manifestations. A l'aéroport de Brive, il s'est faufilé par une porte dérobée pour éviter des adrsaires du gaz de schiste. Idem à la préfecture de Tulle : des citoyens remontés contre le mariage pour tous.

Réunion de crise dimanche à l'Elysée. Que prépare le pouvoir pour essayer de mettre fin à la crise ? Du lourd, dixit le Premier Ministre dans les colonnes de La Nouvelle République . Il promet "des mesures sévères pour garantir la transparence, le respect de la loi et la probité". A en croire Le Parisien , pas de remaniement pour l'instant, pas de referendum. Le journal (il n'est pas le seul), donne des pistes de réforme : la publication du patrimoine des élus et ministres, des moyens d'investigation renforcés, l'interdiction d'être à la fois député et avocat.

Mais la rumeur d'un remaniement persiste. Et dans ce contexte, le guichet qui est ouvert c'est aussi celui des ambitions. "Bayrou vise Matignon" titre encore Le Parisien .

C'est vrai que la colère est grande. Le comédien Philippe Torretton devient spécialiste en coups de gueules contre les émigrations, évasions et fraudes fiscales. Dans les colonnes de Libération , il avait adressée une lettre salée à Gérard Depardieu. Il récidive ce matin : lettre à l'ex ministre Cahuzac.

Colère du Figaro aussi.

C'est le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet qui signe ce matin l'édito, nettement plus long que de coutume. Pour dire quoi ? Pour dire que la crise ne date pas de l'affaire Cahuzac. Chômage, déficit, chute dans les sondages, manif pour tous : tout cela existait avant. Et il appelle carrément à la dissolution de l'assemblée.

Au-delà des mesures concernant les hommes politiques français, le fond de l'affaire, c'est bien le système d'évasion fiscale mondialisé mis à jour par les révélations du Monde depuis jeudi, "Offshore leaks".

A chacun son angle... Pour la politique française, L'Humanité en appelle à une VIème république, sans en donner le contenu précis pour l'instant. A la rubrique finance, une double page dans L'Huma sur l'entreprise Kem One qui a racheté pour un Euro symbolique Arkema, spécialisée dans le PVC. "Prédation, paradis fiscaux et affaire d'Etat", c'est le titre de l'article de Thomas Lemahieu.

Les principales usines de cette entreprise sont en redressement judiciaire. Entre autres détails, L'Huma affirme qu'au moment de la reprise, Kem One avait récupéré près de 300 millions d'Euros de trésorerie et fonds de roulement. Mais le jour même de l'achat, la quasi totalité de la trésorerie a été versée à Londres sur les comptes d'une entité inconnue jusque là et chargée de ventiler l'argent dans les différentes branches de l'entreprise. Qu'est devenu l'argent ? Mystère.

Pour retrouver sa trace, faut-il s'aider du guide des paradis fiscaux publié par slate.fr ...

Cela dit, il y a des avancées dans la lutte contre l'évasion fiscale. L'un de ceux qui en Europe ont beaucoup lutté contre elle, l'ancien procureur de Genève Bernard Bertossa le dit dans Le Figaro . Etats Unis, Suisse, Luxembourg, Singapour ont fait des efforts pour briser l'omerta. Mais il reste beaucoup de chemin. Une mesure serait pourtant simple selon lui : décréter l'inexistence juridique des sociétés basées dans les paradis fiscaux.

A part les paradis, d'autres sujets dans la presse ?

C'est vrai qu'elle est assez monomiaque en ce moment... Paradis artificiels ! "En Loire Atlantique la coke se répand" titre Presse Océan . Le nombre de jeunes de 17 ans ayant déjà touché à la cocaïne a doublé entre 2003 et 2011 selon le journal nantais

Un bretzel coupé en deux à la Une des Dernières nouvelles d'Alsace . Une collectivité unique en Alsace, c'est Non. Résultat du referendum d'hier.

Il s'appelle Tabarly, il est marin, il vient de remporter une transat. "Erwan Tabarly se fait un prénom". Le neveu du grand Tabarly disparu il y a 15 ans est à la Une du Télégramme après sa victoire dans la Transat Bretagne-Martinique.

Je ne sais pas quel temps il a eu en mer… En métropole, c'est toujours aussi pourri. Et, dixit Le Courrier de l'Ouest , « Cet hiver interminable va nous coûter cher ». La persistance du froid fait grimper la facture énergétique. La consommation des angevins pourrait connaître une hausse de 10 à 15% cet hiver.

C'est toujours l'hiver, même au printemps. Quand je vous disais que la presse est monomaniaque : même la page météo du Parisien fait une allusion au contexte politique. Lundi 8 avril (sainte Julie), il devrait commencer à faire beau et doux, mais il y a beaucoup de nuages sur la carte du Parisien . Et ce titre : « Le ciel nous ment » !

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.