Bonjour... Vous sortez de chez vous, vous êtes déjà sorti peut-être... Vous levez la tête et vous pensez : "Eh oui !... C'est gris comme un lundi". J'espère vous faire sourire avec ce qui va suivre. J'aimerais ensoleiller votre début de semaine en reprenant à mon compte ce titre qui s'étale en Une du Figaro Economie : "Le litre de super sans plomb bientôt à un euro". Rappelez-vous le début de l'été, quand vous faisiez le plein à la pompe, juste avant d'emprunter la route de vos vacances... Vous déboursiez 75 € pour 50 litres de sans-plomb 95. Aujourd'hui, vous êtes en mesure de réduire votre budget carburant de près d'un tiers par rapport au début du mois de juillet. La semaine dernière, le cours du pétrole a chuté de près de 20%. Depuis plusieurs jours déjà (c'est le cas en Gironde et en Seine-Maritime), certains points de vente affichent le litre de gazole à 99 centimes d'euro. Pourvu que ça dure, n'est-ce pas ?... ...Ca ne durera pas. Le Figaro nous prévient : "L'OPEP réfléchit à réduire sa production pour faire rebondir les cours". Conduire pour pas cher, c'est une chose, Alain... Conduire bien en est une autre... Je reste un moment sur Le Figaro et je m'attarde un peu sur ce titre : "Un million de personnes seraient inaptes à la conduite". Je vous lis le début de l'article : "Il est malade, prend un traitement incompatible avec la conduite automobile et se rend régulièrement chez son médecin... en voiture !". Les généralistes en voient de belles, dans le huis-clos de leur cabinet : des patients automobilistes en insuffisance cardiaque majeure, d'autres qui n'ont plus que 3/10ème à chaque oeil. Le Conseil national de l'ordre des médecins s'en émeut. Il réfléchit à la façon "d'informer sans violer pour autant le secret médical". Cela passerait par une procédure nouvelle qui devrait être présentée dans quelques semaines, début 2009... Concrètement, "le patient remplirait un questionnaire qu'il adresserait ensuite à son médecin". En fonction des réponses, il pourrait être orienté vers un collège de praticiens qui siègeraient dans les préfectures et qui se prononceraient sur l'aptitude ou non à la conduite. Il y aurait donc continuité dans la transmission du secret médical. Il serait ainsi "protégé". Je laisse à présent Le Figaro pour La Croix, qui nous dit qu'après un an de concertation avec les inspecteurs et les propriétaires d'auto-école, "l'Etat doit annoncer dans quelques jours une refonte du système actuel du permis de conduire". L'une des priorités du texte reviendra à "réduire les délais d'attente pour passer l'examen", délais qui varient actuellement de trois à six mois... Le permis coûte en moyenne 1200 €. C'est très lourd pour certains. Toujours selon La Croix, "l'Etat envisagerait de faire appel à des fonds de garantie tels que la Caisse des Dépôts et Consignation, qui avancerait l'argent nécessaire au candidat". Pour abaisser le coût de la formation, il est question de mettre en place "un fonds commun, financé, entre autres, par les recettes des radars". Maintenant, parlons un peu de la conduite à gauche... Si l'on en croit L'Humanité, au moins pour le PS, c'est une conduite sans visibilité... Le quotidien reprend la conclusion du sondage IFOP que publiait hier Sud-Ouest Dimanche et qui disait ceci : "Selon 71% des Français, le Parti Socialiste reste sans projet". Vos journaux, ce matin, s'attardent encore sur ce qui divise la première formation de l'opposition. Dans Le Figaro, le ségoléniste Julien Dray rend "responsables de la crise" le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis et le fabiusien Claude Bartolone. Selon Bruno Dive, dans Sud-Ouest, "il apparaît clairement que deux partis co-existent sous le vocable de 'PS'". Libération révèle le résultat d'une enquête réalisée les 4 et 5 décembre par l'institut ViaVoice auprès de 1005 personnes en âge de voter... Il apparaît qu'une majorité de Français (plus de 6 sur 10) redoutent qu'au PS, les ambitions personnelles prennent le pas sur le parti. Libé titre : "Les rivalités minent la cote socialiste". Question de Fabrice Rousselot, qui éditorialise : "Qui, de Ségolène Royal ou de Martine Aubry, a fait échouer la réunification ? Peu importe. Le résultat, une nouvelle fois, est un PS fracturé et inaudible". Un peu plus loin, il fait ce constat : "Le premier vainqueur de l'incurie socialiste, c'est évidemment (Nicolas Sarkozy), dont personne ne vient ébranler les certitudes". Dans Paris-Normandie, Michel Lépinay fait les comptes : "Sur les 38 sièges du Secrétariat national, Martine Aubry en a généreusement proposé 3 aux royalistes, en choisissant elle-même les trois lieutenants de sa rivale qu'elle souhaitait voir siéger à ses côtés. Pour Ségolène Royal (...), la pilule est évidemment très amère. Mais après tous, elle subit le retour d'une manivelle qu'elle actionne elle-même depuis des mois en ne vivant que pour la prochaine échéance présidentielle". Et voilà que vous nous parlez de Xavier Bertrand... ..."Xavier Bertrand et Ségolène Royal présentent ce même profil, obstinément tourné vers l'Elysée"... C'est le commentaire d'Olivier Picard, pour Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Il poursuit : "A première vue, rien ne semble rapprocher Xavier et Ségolène (...) mais comment ne pas voir qu'ils partagent une même volonté irréductible de parvenir au sommet et cette résolution décomplexée à prendre tous les moyens pour réaliser leur objectif ? Alors : Xavier Royal et Ségolène Bertrand ?". Le natif de Châlons-en-Champagne, ex-jeune député de l'Aisne, assurera très bientôt l'intérim de Patrick Devedjian à l'UMP. Vous l'avez entendu sur Inter, vous le lirez dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui propose un encadré ainsi titré : "Sarkozy veut un secrétaire général à temps plein". Qu'à cela ne tienne ! ...Selon Le Figaro, Xavier Bertrand quittera le gouvernement fin janvier, il deviendra alors secrétaire général de l'UMP en titre. Dans le même temps, Brice Hortefeux "pourrait prendre la tête d'un grand ministère des Affaires sociales". Secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand devra faire face aux craquements sinistres qui montent des rangs du parti majoritaire et qui inspirent ce titre à La Tribune : "L'UMP entre grogne et remaniement". Le Figaro se fend d'un portrait de cet homme de 43 ans qui fait un tabac dans les sondages d'opinion et qui suscite l'ire de son propre camp. Pur produit de la filière chiraco-juppéiste, il n'a pas hésité un instant, quand il l'a jugé à la fois nécessaire et opportun, à déclarer publiquement son soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République. Il s'en trouve aujourd'hui récompensé par le chef de l'Etat, mais certains de ses camarades lui font maintenant la gueule. Le Figaro rappelle ce méchant trait de Dominique de Villepin. Interrogé par les auteurs du livre "Le chouchou, le fabuleux destin de Xavier Bertrand", aux éditions Anne Carrière, l'ex-Premier ministre confie qu'il a pensé du futur secrétaire général de l'UMP : "C'est un traitre sans couilles". Xavier Bertrand, Alain, c'est le ministre auquel on doit le texte sur l'instauration du travail dominical... Les organisations syndicales, de toute évidence, n'avaient pas besoin de ça pour sortir leurs calicots. ...La fusion de l'ANPE et des ASSEDIC, le niveau des cotisations et allocations pour 2009-2011, l'indemnisation du chômage technique, l'état de l'hôpital en France, la réforme des lycées... autant de sujets qui inspirent à France-Soir et au Parisien-Aujourd'hui en France les titres : "Vives tensions et intenses négociations" ou encore "Semaine agitée en perspective"... Semaine agitée avec des actions emblématiques (vous le lirez dans La Dépêche du Midi) comme celles de ces étudiants toulousains, en lutte contre la loi LRU (pour "liberté et responsabilité des universités")... Ils envisagent de mettre les instituts universaires de technologie en vente sur eBay. Vos journaux, ce matin, évoquent aussi l'alerte sur le porc irlandais contaminé à la dioxine (Le Parisien vous conseille de surveiller vos achats, merci)... Il est aussi question de la jeunesse grecque qui s'enflamme contre sa police après la mort d'un adolescent de 15 ans, tué samedi soir par balle à Athènes... Le Figaro revient sur l'incendie, au Pakistan, d'une soixantaine de camions chargés d'approvisionner les troupes de l'OTAN en Afghanistan ; le reportage de Renaud Girard est titré : "Les talibans sèment la peur dans Peshawar". En France, nous n'avons pas de talibans, mais ce qui vient de se passer à Lyon laisse perplexe quant au degré de tolérance de certains de nos intégristes religieux. Dans les pages Culture de Libération, vous lirez que le dernier film de Claire Simon, "Les Bureaux de Dieu", initialement programmé pour mercredi prochain, ne sera pas à l'affiche, cette semaine, du cinéma "Le Lem", dans la banlieue lyonnaise. Cette fiction construite à partir de témoignages recueillis dans un centre du planning familial, n'a pas eu l'heur de plaire à une association catholique traditionnaliste. Elle a convaincu l'exploitant de retirer de l'affiche ce long-métrage jugé "blasphématoire". ...Et là, que l'on soit croyant ou mécréant, on est tenté de s'écrier : "Mon Dieu !".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.