Pas de doute... C'est la rentrée... La rentrée politique... La campagne présidentielle s'affiche en Une de quasiment tous vos journaux... Et pour cause... La dernière ligne droite approche... On est à 15 semaines de la Présidentielle... C'est L'Humanité qui le précise ce matin... L'Huma qui annonce : "Chaque jour, dans nos colonnes, les grands débats de l'année électorale... Tout sur les enjeux de 2007"... Alors donc le compte à rebours se fait de plus en plus précis... Et du coup, eh bien la tension monte... Le Parisien-Aujourd'hui en France se penche sur la droite... et sur "ce que trame le camp Chirac"... "Ce que trame le camp Chirac", c'est le titre de Une du journal... au-dessus des 4 photos de Chirac, Villepin, Debré et Alliot-Marie... Et le journal explique qu'après Jean-Louis Debré vendredi, c'est Dominique de Villepin qui a indiqué hier qu'il n'apportera pas sa voix à Nicolas Sarkozy... Michèle Alliot-Marie entretient le mystère sur ses intentions... Quant à Jacques Chirac, il ne rate pas une occasion de donner des leçons de gaullisme à son ministre de l'Intérieur... Le Parisien-Aujourd'hui en France s'interroge donc... "La chiraquie aura-t-elle l'envie, et d'abord les moyens, de contrecarrer l'ascension de l'homme que la droite plébiscitera dans une semaine ?"... Parce que c'est sûr... constate encore le journal... "le sacre de Sarkozy exaspère les chiraquiens"... Et cette exaspération... eh bien, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle agace les éditorialistes... Dans Nice Matin, Marc Chevanche traite Dominique de Villepin de "mauvais joueur"... "La partie est perdue pour le Premier ministre... Il ne lui reste donc plus que la satisfaction d'embêter le gagnant"... "Villepin, Debré, ils font mine d'attendre que le Président dévoile ses propres intentions"... C'est dans Ouest France... Jean-Yves Boulic qui s'énerve... "Faut-il redire à quel point la question d'un troisième mandat de Jacques Chirac devient absurde ?... La réalité, c'est que Nicolas Sarkozy est sans concurrents dans sa famille politique"... Alors autre journal, autre analyse... Dans Le Républicain Lorrain, Camille Ollivier rappelle que "le Premier ministre a toujours affirmé que la campagne présidentielle se décantera en mars"... "C'est à ce moment que Jacques Chirac dira s'il est ou non candidat... Et c'est ce moment que le Premier ministre attend pour constater si une "fenêtre de tir" s'ouvre, dont il pourrait profiter"... Pour l'éditorialiste, tout le comportement de Dominique de Villepin s'explique par ce rendez-vous du printemps... D'ici là... Allez donc voir ailleurs... C'est La Croix qui constate ce matin... "Vers l'Elysée via l'étranger"... Voyage aux Etats-Unis, en Algérie, au Proche-Orient ou en Chine... "Les présidentiables recherchent une caution internationale"... Et les journalistes de La Croix expliquent que "certes, on ne peut pas gagner une élection présidentielle sur l'international... mais qu'on peut la perdre"... Et en ce moment... Eh bien, c'est la candidate socialiste qui est, vous le savez, à l'étranger... en Chine... Ségolène Royal, "la rose de France", comme la surnomme, paraît-il, la presse chinoise... Et de ce voyage en Chine, on retient pour l'instant "les mots de Ségolène", selon El Mundo... Le quotidien espagnol explique à ses lecteurs que la candidate socialiste à la Présidence de la République française est allée sur la Grande Muraille... et que là, inspirée par un proverbe chinois, elle s'est trompée de mot... Au lieu d'employer le terme "bravoure", elle a dit "bravitude"... un mot inconnu en français... et qui a entraîné l'hilarité générale de la presse... "Bravitude"... Le mot revient dans la presse française également ce matin... Dans Le Figaro, qui se moque... "En Chine, Royal estime avoir conquis la bravitude... la bravoure ne lui suffisant sans doute pas"... Le Figaro qui rapporte les explications de Jack Lang, conseiller spécial de Ségolène Royal... Il s'est efforcé de donner du sens à ce néologisme... "C'est un beau mot... Il exprime la plénitude d'un sentiment de bravoure"... L'ancien ministre de la Culture qui analyse : "L'inventivité sémantique fait partie de la capacité d'un candidat de parler autre chose que la langue de bois... Elle parle une langue qui touche le coeur des gens"... Ce n'est pas ce qu'on appelle "se rattraper aux branches" ?... Bon... Il y a aussi d'autres mots, repris par la presse ce matin... "Les droits humains"... "Royal demande à la Chine de reconnaître les droits de l'homme", note The Independent à Londres... Sauf que pour Le Figaro, ce n'est pas tout à fait ça... "La candidate PS a invité les Chinois à passer aux actes sur les droits humains... Ségolène Royal a évité de prononcer les mots "droits de l'homme", note le journal, préférant parler de "droits humains"... histoire de ne pas froisser ses hôtes... Alors, puisque l'on est en Chine... A lire dans Marianne... ce reportage de Luc Richard, intitulé : "Silence, la Chine pollue et tue à petit feu"... Parce que... explique le journaliste... pendant que le géant asiatique mène son économie à un train d'enfer... ses paysans meurent sous les effets de pollutions démentielles... Dans la province du Henan... le village de Dongliying, où la pollution a tout repeint en gris... Ici, les cancers déciment la population... La source du mal, c'est l'eau du puits... une eau qui charrie la mort... D'ailleurs, les autorités chinoises le savent... Les eaux souterraines sont impropres à la consommation pour un tiers de la population... Et un tiers de la population chinoise, ça fait tout de suite 300 millions de personnes... Alors il y a bien des soulèvements populaires, de plus en plus fréquents et violents dans les campagnes, note le reporter de Marianne... Mais pour l'instant, rien n'y fait... Le même constat dans Newsweek... un reportage titré là : "Le piège du charbon"... L'hebdomadaire américain explique que Pékin tente pourtant de contrôler la course au développement de son industrie... un développement qui rend la Chine puissante, mais qui, en même temps, menace son futur... Et La Tribune confirme l'apparente bonne volonté chinoise... "Pékin au secours de son environnement malade"... "Le pouvoir multiplie les projets de loi pour ralentir la dégradation de ses sols, de ses rivières et de son air... Il faut dire, note La Tribune, que sur les 20 villes les plus polluées du monde, 16 sont chinoises... Le problème, c'est que si les textes de loi se multiplient, leur application ne va pas de soi, et reste le point faible de la politique de Pékin"... Reste qu'une grande loi chinoise sur l'environnement est en préparation... Et cette loi, eh bien c'est un modèle... C'est Nicolas Hulot qui le dit... Nicolas Hulot qui fait la Une de Libération ce matin... "Présidentielle : pourquoi il ne devrait pas y aller"... Selon Libé, Hulot ne sera pas candidat... Il faut dire que les principaux acteurs de la campagne ayant signé son pacte écologique, il a déjà gagné son pari... "Hulot a déjà gagné la Présidentielle"... C'est l'analyse de Jean-Michel Thénard, l'éditorialiste de Libération... "Le réchauffement climatique est désormais parmi les premières préoccupations des Français... Et du coup, les principaux candidats à la Présidentielle n'ont pas pris le risque de se désolidariser d'une initiative trop médiatique pour être critiquée... Eh oui... Hulot s'est installé à l'avant-scène présidentielle... comme les Enfants de Don Quichotte, sur le thème du logement... C'est la toute-puissance de la démocratie d'opinion... Et le monde politique est obligé de s'y soumettre ou de périr", souligne l'éditorialiste... Hulot... Don Quichotte... Le succès de ceux qui prennent la parole en notre nom, et comme nous... Ce que l'on appelle la proximité... La proximité qui reprend du poil de la bête... Toute une page dans Le Figaro, pour constater que "là où il y a un concierge, il y a moins de violence"... Que même sur Internet, les poignées de main sont à portée de clic... Et puis il y a aussi... c'est toujours dans Le Figaro... les tenants du câlin gratuit... Ne vous étonnez pas si, sur le trottoir, vous croisez quelqu'un brandissant une pancarte marquée "Câlins gratuits"... C'est la nouvelle tendance... On les appelle les "embrasseurs"... Et sur leur site Internet, ils expliquent : "N'hésitez plus à aller vers les autres !... Et décidez-vous enfin à partager quelques secondes de chaleur humaine !"... Il paraît que... de Los Angeles à Rome, de Tokyo à Londres, et de Séoul à Rio... on ne compte plus les "serial câlineurs"... En même temps, on n'avait pas déjà une phrase qui disait : "Un peu de tendresse dans un monde de brutes"...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.