Le Monde diplomatique décrit ce "capitalisme de surveillance" où les assurances augmenteront en direct le malus ou bloqueront les voitures connectées des conducteurs suspects... Sud-Ouest raconte la mode vintage, rassurante comme un doudou acidulé. Le Monde dit la lutte des Vitellois contre Nestlé.

Nous parlons de vache ce matin...  

Et c'est dans les Echos, une vache inventée par des coréens pour que les enfants des campagnes du Kenya aillent à l'école, une vache en acier, une vache solaire, Solar cow en anglais, installée devant des écoles sur laquelle est fixée un panneau solaire qui alimente des petites batteries électriques et  tous les jours les petits écoliers y rechargent des batteries qu'ils ramènent chez eux le soir, pour apporter l'électricité à la maison, et ainsi leurs parents auront envie de les envoyer en classe au lieu de les faire travailler... 

Les Echos ont sélectionné cette invention d'une start-up nommée Yolk, parmi toutes celles qui fleurissent au  "Consumer electronic show" de las Vegas... Ce sont deux pages dopées à l'optimisme et même à la fierté nationale, car nos start-ups  célèbrent l'art de vivre à la française, ainsi Avaine, avec son bec verseur connecté, aère votre vin...   

Et nous pouvons un instant nous abstraire de l'actualité dépressive et violente que tant de Unes nous rappellent, ainsi le Télégramme,  "Matignon dégaine un plan anti-casseur". Mais est-ce essentiel, quand un monde meilleur se prépare nourri d'invention? "Révolution sous la douche", les DNA, la start-up alsacienne Inman  a inventé un système pour ne plus gaspiller l'eau en attendant qu'elle chauffe. Havr invente une serrure connectée ultra sécurisée, technologie militaire britannique, que vous ouvrirez avec votre smartphone, c'est dans l'Obs sur internet, qui chante aussi Y-Brush, brosse à dents au poils en nylon qui vibrent et vous brossent les dents en dix secondes chrono, et je ne sais plus où donner de l'espérance, quand soudain la méchanceté du monde me rattrape.  

Les Echos me racontent aussi Bee Life; une entreprise française assez ébouriffante qui peut sauver les abeilles en chauffant les ruches... Son inventeur n'a pas pu venir à las Vegas, car cet apiculteur de France est d'origine tunisienne, son visa lui a été refusé.  

Va t on s'arrêter à cette scorie, quand demain se prépare, quand on célèbre le salon de las Vegas comme le nouveau salon de l'auto me dit le Parisien... Un nouveau monde s'organise de voitures intelligentes et de maisons connectée...   Mais ce meilleur des mondes, est aussi une prison qui se referme sur nous, et à la une du Monde diplomatique, on lit ce surtitre drolatique! "Votre brosse à dents vous espionne"... 

Une professeur de Harvard expose la logique du "capitalisme de surveillance", où les nouvelles technologies, après avoir fait la fortune de Google et quelques autres grâce à la publicité ciblée à partir de nos données, veulent maintenant nous transformer, nous corriger voire nous punir, et ainsi, les assureurs automobiles, salivent et s'impatientent avant l'arrivée des voitures connectées, qui vont permettre  de suivre en direct les comportements de l'assuré, "en observant s’il accélère rapidement ou s’il conduit à une vitesse élevée, voire excessive, s’il freine ou tourne brusquement, s’il met son clignotant  ». Et le Diplo décrit un monde à venir, où les primes d'assurances évolueront instantanément, où votre malus grimpera en temps réel, où votre moteur sera bloqué à distance, c'est déjà possible. Une entreprise nommée Spireon suit déjà des véhicules de location, et bloque les voitures des mauvais payeurs... L'automobiliste occidental ressemble à un enfant du Kenya qui tête à la vache électrique.   

Pendant ce temps, je lis dans l'Opinion que Jean-Michel Blanquer va créer un CAPES d'informatique, pour enseigner le langage du nouveau monde à des lycéens, et cette conscience tardive et essentielle, on en parlait depuis les années 70, a quelque chose d'infiniment connu et rassurant.     

Il y a aussi  de la nostalgie dans les journaux...  

Comment s'en étonner et comment résister alors aux couleurs acidulées qui décorent Sud Ouest où l'on chante la mode vintage, de tables formica jaune ou de canapé en skaï rouge,  et ce qui fut le décor des enfances sous de Gaulle ou Pompidou attire les jeunes gens d'aujourd'hui...  Et cette mode est comme un doudou, faite pour nous rassurer dit  Frédéric Godart, sociologue et enseignant-chercheur à HEC Paris.  "Nous vivons dans un contexte d’incertitudes environnementales et technologiques. La nostalgie est un moyen de faire front contre les peurs existentielles."

Le retour vers le passé rassure, il se dissimule même dans l'art le plus contemporain, c'est dans Libération, qui me fait découvrir (dans un article abscons) une plasticienne suisse, Mai-Thu Perret, qui met en scène une cafetière géante venue d'un cauchemar de nos grand mères, et des figures politiques venues de si loin, militantes féministes des années 70 ou communauté socialiste dans le désert de Mojave il y a un siècle...   

Il est aussi, ce passé un moyen de conjurer ce que l'immédiateté de nos consommations fait à notre environnement. Je lis dans la Croix que la "mode rapide", cette course folle qui veut que les collections de prêt à porter soient sans cesse renouvelées, est non seulement un vecteur de mauvais gout et de mauvais produits, mais un désastre écologique... La mode émet chaque année 1.2 milliards de tonnes gaz à effet de serre, plus que les vols internationaux et le commerce maritime réunis, et 4% de l'eau potable de l'humanité sert à fabriquer des vêtements, 

A propos d'eau... A Vittel dans les Vosges, un agriculteur à la retraite est parti en  guerre contre le géant Nestlé, et a composé de bottes de paille un mini arc de triomphe constellé de slogans,  "Nestlé, arrêtez de pomper, non aux forages, non aux transferts"!  C'est dans le Monde qui  décrit le combat  des habitants pour préserver le nappes d'eaux souterraines; dites des grès du trias inférieur, une eau qui a connu les débuts de la terre et qui se vend en Allemagne appelée  Vittel bonne source, pendant ce temps, les habitants de Vittel, dans leurs robinets, voient couler une eau pompée quinze kilomètres plus loin, et c'est donc une guerre de l'eau et de la logique, Nestlé Waters Visages revendique une autre logique, celle de plus de mille salariés qui sont aussi de habitants du territoire, air connu...   

Et des hommes venus du passé, encore, pour finir...

A lire dans le Monde à nouveau,  qui rencontre la réalisatrice indienne Aruna HarPrasad, qui en 1993 avait rencontré cette tribu de l'île de de « Nord-Sentinelle», devenue célèbre pour avoir tué en novembre dernier un évangéliste américain...  « J’ai vu les premiers hommes sur la Terre » raconte t elle, qui lui faisaient des gestes obscènes, c'est aussi drôle qu'émouvant...  Dans le Figaro, des nouvelles des tortues vertes marines. Par le réchauffement climatique, elles seront bientôt, pratiquement toutes, des femelles!

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.