Bonjour... Ca y est : ça sent l'été dans vos journaux... On y parle de plus en plus du Tour de France et, comme on n'a pas encore toutes les statistiques sur le nombre de Français en camping, on se rabat sur les sujets étrangers... Evidemment, c'est de l'étranger qui concerne les Français... mais quand même... Ainsi, Bachar el-Assad est-il à la Une du Figaro, à qui il a accordé une interview exclusive... le Président syrien dont la présence, lundi prochain à la tribune du défilé du 14 Juillet sur les Champs-Elysées, a fait tousser de nombreux politiques et pas mal de militaires... Bachar el-Assad donc affirme que "la France doit jouer un rôle direct au Proche-Orient"... On ne peut pas dire que ce soit une déclaration fracassante... Le Président syrien reste extrêmement prudent sur tous les dossiers... Il demande à la France et à l'Europe de ne pas lui donner de leçons de morale, mais de jouer la carte du dialogue et de la paix... Il sera dès samedi à Paris pour participer au Sommet euro-méditerranéen... Ne pas donner de leçons de morale.... C'est aussi ce que demande la Chine à l'Occident... A 30 jours des Jeux Olympiques, Libération y consacre un numéro spécial de 36 pages... Le reste de l'actualité au quotidien est traité dans un encart au centre du journal... Ce numéro spécial, Libération le titre comme un épisode de "La Guerre des Etoiles" : "L'empire"... un voyage au coeur d'une hyperpuissance qui surprend et inquiète l'Occident... Les journalistes de Libération ont rencontré l'un des idéologues qui veulent promouvoir le nouveau modèle chinois... "Vous Occidentaux, dit-il, ne comprenez rien à la Chine... Le discours des droits de l'homme est une hypocrisie intolérable pour les Chinois... C'est un concept développé en Occident"... ou encore : "Mettre en opposition la démocratie et l'autocratie relève d'un obscurantisme politique qui sert surtout à alimenter une croisade contre notre pays"... Et du coup, Laurent Joffrin se pose la question : "La démocratie est-elle devenue une idée relative, contestée, et pour tout dire régionale ?... La Chine a jeté ce défi majeur à l'Occident, qu'elle veut reléguer à terme sur les bords de la mappemonde"... Et Joffrin poursuit : "L'empire du Milieu, qui se voit comme à ses origines au milieu du monde, oppose aux droits de l'homme un contre-modèle de prospérité sans liberté, de puissance sans divisions... Appuyée sur la force matérielle et commerciale, cette idée est suffisamment intimidante pour que les velléités de boycottage de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques manifestées par les dirigeants des grandes démocraties se soient dissipées en quelques semaines"... Mais c'est vrai que la Chine donne le vertige... Vous lirez, toujours dans Libé, quelques chiffres... avec 100 villes de plus d'un million d'habitants... 415.000 millionnaires en dollars... un Parti Communiste chinois de 74 millions de membres... et un exode rural de 100 à 200 millions de personnes, considérées comme des migrants intérieurs... L'immigration, justement, excite la plume de plusieurs éditorialistes, ce matin... avec une question : "Quelle est la valeur de l'accord conclu hier par les 27 Européens sur le Pacte de l'immigration présenté par Nicolas Sarkozy ?"... Pour Dominique Gerbaud, dans La Croix, "la force de la position française est de prendre ce dossier à bras-le-corps, alors que, jusqu'à présent, les dirigeants politiques étaient souvent dans l'incantation ou le déni... Elle est aussi de dire des vérités qui dérangent sur l'incapacité à accueillir tous les candidats à la migration"... Donc, si l'on en croit Le Figaro, "l'époque des régularisations massives est révolue en Europe... Les 27 Etats-membres ont donné leur feu vert au plan français"... Le feu vert se transforme en feu orange dans Libération, qui estime que "Madrid a rabroué le Pacte d'Hortefeux", notamment sur les interdictions de toute régularisation massive et collective au sein de l'Union... Et c'est carrément un feu rouge dans L'Humanité, qui estime qu'après "la directive de la honte", voici "l'Europe des barbelés"... "Paris organise l'Europe-bunker", titre encore L'Huma... qui, par la plume de son éditorialiste Maurice Ulrich, estime que "c'est le pays des droits de l'homme qui crée deux catégories d'hommes : les hommes libres et les autres... Le libre choix n'existe pas pour celui qui n'est pas de la forteresse Europe"... Hier, dans Le Monde, Brice Hortefeux estimait, lui, que "le Pacte ne promeut ni une Europe-forteresse ni une Europe-passoire"... "Ce Pacte ne changera rien", selon Jean-Claude Kiefer, dans Les Dernières d'Alsace... L'éditorialiste remarque que "le jour même où les ministres de l'Intérieur européens ont approuvé le Pacte, 14 clandestins nigérians périssaient noyés au large de la Costa del Sol espagnole... Ces drames sont presque quotidiens, dit Jean-Claude Kiefer... Or, aucun Pacte ne propose une solution à de telles détresses... Avant de durcir les législations, peut-être fallait-il arrêter le flux par des aides appropriées aux pays de départ... Mais traiter ce grave problème sur le sol européen semble plus facile et certainement moins coûteux... Pourtant, ajoute l'éditorialiste, ceux qui, tous les jours, prennent la mer dans des embarcations de fortune pour rejoindre la forteresse Europe ignorent les dispositions administratives ou policières... Aucun texte ne les empêchera de tenter l'aventure au péril de leur vie"... Voilà pour le fond du dossier, déjà polémique... Mais il y a eu un deuxième "hic" hier... un camouflet franco-français infligé par Pierre Mazeaud, "incontestable autorité morale et Sage du gaullisme", comme le qualifie Michel Noblecourt dans Le Midi Libre... "La commission Mazeaud a jugé que des quotas migratoires contraignants seraient irréalisables ou sans intérêt"... Bref, "un zéro pointé", selon l'expression de Dominique Garraud, dans La Charente Libre... "un zéro pointé sur l'immigration choisie"... "Pierre Mazeaud ne fait guère dans la nuance, dit encore Dominique Garraud... Une politique de quotas migratoires, pratiquée nulle part en Europe (alors que Sarkozy affirme que tout le monde le fait), serait inefficace, irréalisable et sans intérêt"... "Autrement dit, résume Patrick Fluckiger dans L'Alsace : peut-on choisir ses immigrés ?... C'est la grande question, à la fois morale et juridique, qui est posée par la philosophie générale du projet Sarkozy... Elle est loin d'être tranchée"... D'ailleurs, en Europe, rien n'est très clair... Exemple : la TVA sur la restauration... "Après tout, remarque Xavier Panon dans La Montagne, il n'aura fallu que 6 ans à la Commission européenne pour dire oui... Alors cette fois sera-t-elle la bonne ?... Pas sûr... Bruxelles lève son veto, mais il faut aussi un accord unanime des Européens... Et là, ce n'est pas gagné... L'Allemagne est hostile... Nicolas Sarkozy, lui, va se battre, jusqu'à la victoire finale, pour cette TVA... C'est sa rupture avec l'Europe de l'absurde... Cette fois, dit encore Xavier Panon, la Commission lui donne la TVA à tartiner comme du beurre... Merci... Mais il manque l'argent du beurre"... Et l'éditorialiste de La Montagne d'ajouter : "Manque aussi la crémière : la Banque Centrale... Et elle, n'en fait qu'à sa tête"... Non, décidément, la politique intérieure n'inspire guère les grandes plumes... juste deux piques, à propos de la petite phrase de Nicolas Sarkozy, samedi, sur l'inefficacité de la grève... "Nicolas Sarkozy parviendra-t-il un jour à 'faire Président' ?", se demande Jean-Christophe Giesbert, dans La Dépêche du Midi... "Saura-t-il troquer ses ardeurs belliqueuses contre cette sagesse élyséenne qui caractérisait ses prédécesseurs ?"... Jean-Christophe Giesbert n'y croit pas... "Ce sont bien ses écarts de langage, et non ses ardeurs réformatrices, qui plombent son image dans l'opinion"... Maladresse ?... "Pas du tout", pense Hélène Pilichowski, du Dauphiné Libéré... "Que cette sortie soit volontaire est une évidence... On voit plutôt un hôte de l'Elysée désireux de présider autrement... d'en finir avec la solennité de la fonction et l'hypocrisie qu'elle exige forcément... de ne plus être au-dessus des querelles mais dedans... plus chef de guerre que d'Etat... exactement ce qu'on lui reproche"... Un mot aussi sur le Sommet du G8... Les commentateurs se demandent toujours à quoi il sert... Que valent ses engagements ?... Joseph Limagne y répond, dans Ouest-France... "Le manque de volonté politique paralyse d'autant plus le G8 que ce cénacle, hérité du XXème siècle, ne répond plus aux besoins du XXIème... Les membres du club le savent si bien qu'ils donnent, cette année, une place accrue aux nouveaux et futurs grands du monde... C'est une évolution inéluctable et souhaitable, dit Joseph Limagne... L'Occident n'est plus le seul maître du monde"... C'est un peu, finalement, ce que disait l'idéologue chinois dans Libération... Et pour boucler la Grande Boucle : le Tour de France.... avec "un cocorico sur le Tour", comme le titre L'Est Républicain... puisque c'est un Français qui a gagné hier : Samuel Dumoulin... et c'est un autre Français, Romain Feillu, qui a endossé le maillot jaune... Ca nous donne un titre dont L'Equipe a le secret, et qui va faire sursauter quelques historiens... L'Equipe reprend la célèbre phrase d'André Malraux au Panthéon : "Entre ici, Dumoulin !"... "Le Français, nous dit le quotidien du sport, est entré par la grande porte dans l'histoire du Tour de France"... le titre iconoclaste de L'Equipe aussi...

Denis ASTAGNEAU

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.