Sur ses deux oreilles. Attentive aux sons, aux bruits, un coup à gauche, un autre à droite. Mélanie est non-voyante. Elle aime jouer aux jeux-vidéos. Il y a des techniques pour l'aider, du texte descriptif au son pour se situer dans l'espace. Pour des non-initiés, ça donne une partie plutôt déroutante, racontée par le journal LIBERATION, et dans laquelle on se laisse entrainer. Des voix à peine audibles, entrecoupées de bruits d'épées et du râle des ennemis. Dans cet autre jeu, testé par le journaliste, l'information à retenir, c'est le son de la voiture qui rebondit au bord de la piste. Si on est dans l'axe, le son est au même niveau dans les deux oreilles, mais si on se déporte, il devient plus fort à droite ou à gauche. Le jeu vidéo pour aveugle se développe. Il n'y a qu'à suivre le projet du studio lyonnais, Dowino. Son futur jeu, "A blind legend". 43 000 euros récoltés sur Internet, en cinquante jours, pour le lancer. On n'a pas toujours besoin d'image, surtout quand on a ça ... EXTRAITou ça EXTRAITau choix... "La guerre des étoiles" s'affiche en Une de L'EQUIPE ce matin. Un duel, deux équipes qui cumulent huit titres de champion du monde. On espère du beau jeu ce soir. Pour le Brésil et l'Allemagne, une place en finale du Mondial de football se joue. Les journaux des deux pays y consacrent une partie de leurs Unes. En Allemagne, DER TAGESPIEGEL, avec un gardien plutôt serein. le BILD : "on arrive en finale". Tant d'optimisme vient-il du fait que la Sélécao est amputée ? Un capitaine suspendu, un attaquant vedette blessé. "Un seul Neymar vous manque" et les Brésiliens sombrent dans le doute. Ca c'est l'analyse du MONDE. "Un être lui manque et tout un pays est encore là". La première phrase de l'article de la page 2 de l'EQUIPE : Même référence, analyse différente. Le Brésil pourrait bien faire des étincelles. Comme une revanche. et depuis hier on s'interroge. Les Simpsons l'avaient-ils prédit ?EXTRAITun épisode diffusé en avril dernier. On entend la star brésilienne surnommée "El Divo", le roi du plongeon, s’effondrer dans la surface de réparation. Et Homer, en arbitre internationale, qui ne siffle pas de pénalty. Le Brésil perdra contre ...... l'Allemagne, en finale certes. Mais on n'est pas loin du copier-collé. Vous trouverez l'extrait sur les principaux sites d'infos. Bien difficile pour les Brésiliens d'imaginer leur équipe sans leur vedette. Le quotidien brésilien GLOBO croit savoir d'ailleurs que l'équipe médicale cherche des solutions pour faire jouer Neymar en cas de qualification pour la finale. Mais la question, c'est jusqu'où ? Jusqu'à des infiltrations de corticoides ? RUE 89 reprend l'info. Mais le médecin de la Sélécao tempère, ce serait trop risqué. Franck Ribéry qui souffre lui aussi du dos aurait refusé, juste avant le Mondial.La santé et ses abus

Le laboratoire Servier risque l'amende. Information du journal LES ECHOS, l'enquête de Bruxelles doit être terminée et rendue publique dans les tout prochains jours. Le groupe français est accusé d’avoir empêché l’arrivée de médicaments génériques, sur le marché, pour protéger l'une de ses molécules stars, le périndopril. Servier aurait payé les fabricants de génériques pour qu'ils passent leur chemin. Pour des faits similaires, un laboratoire danois a lui, dû payer 100 millions d'euros.Là encore, un abus, pointé par cinq députés socialistes, et relevé par LE PARISIEN/AUJOURD'HUI EN FRANCE. Ils viennent d'adresser un courrier à Michel JOLI, le président du laboratoire américain Gilead. Il ferait payer le Solvaldi, son médicament contre l'hépatite C, 280 fois son prix de revient. Un médicament qui semble révolutionnaire, efficace dans 90% des cas. Mais donc plus que cher. 56 000 euros facturés par patient, pour un coût de 200 euros. Les députés votent aujourd'hui le budget rectificatif de la sécurité sociale. Le gouvernement exige 10 milliards d'euros d'économies de l'Assurance maladie.Des séquelles au dos, des migraines régulières, traumatisés encore, Louis, un an après l'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge. Il raconte au PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE le bruit effroyable de tôle, la poussière, les cris, les corps et les valises qui volent ...et cette proposition d'indemnisation reçue il y a quelques jours. 9 400 euros. "Honteux", dit-il. Dialogue de sourd, dans la presse . Dialogue rompu pour le FIGARO.A rude épreuve, pour OUEST-FRANCE.un bug dans le dialogue. Les éditorialistes analysent le boycott de la CGT et de Force ouvrière de la conférence sociale. Du jamais vu, une grande première. Yves Harté dans SUD OUEST : "Une humiliation supplémentaire pour François Hollande, sans que sa placidité semble s'en trouver ébranlée." Pour beaucoup d'autres, c'est Manuel Valls, qui a fait un faux-pas, avec le report du compte pénibilité. "Les concessions de Matignon ont poussé la CGT à assumer la politique de la chaise vide", écrit LIBERATION. Quand dans L'HUMANITE, Patrick Apel-Muller juge : "certains acteurs sociaux plus égaux que d'autres, le patronat obtient à peu près tout ce qu'il réclame sans contreparties et avec la bénédiction du Premier ministre". "Manuel Valls, réplique Hubert Coudurier dans LE TELEGRAMME, assume un tournant blairiste qui aurait déjà dû être pris depuis Lionel JOSPIN. Hollande/Valls, "good cop, bad cop", bon et mauvais flic dans LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE. Tant pis finalement, selon l'exécutif, le sommet social se poursuivra aujourd'hui "entre gens responsables". Quel temps reste-t-il pour obtenir des résultats ? Le temps donné à Manuel Valls pour corriger Hollande, selon l'analyse de L'OPINION. Plus que les cent jours de Manuel Valls à Matignon, Nicolas Beytout compte les milles qui restent pour agir. Trois ans avant la prochaine présidentielle. "Le rééquilibrage tenté par le Premier ministre promet d'être une gageure", analyse l'éditorialiste. "Subtil alliage de décision et de concessions". Un Valls à mille temps. L'oreille attentive. EXTRAIT

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.