L'Extase dans l'Equipe et ds toute la presse après la victoire des Bleus.Retour à Fort Mc Murray/ Fort Mc Money après le passage du feu...et des articles pour la plage!

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence forcément par…la victoire des Bleus

« MERCI » à la Une de la Provence

Merci en majuscules, « on leur devait bien ça écrit jean michel marcoul, un merci le plus gros possible. A la hauteur de l’exploit sportif et du moment rare que les bleus nous ont offert. Hier, c’est une équipe de France qui a déchiré la grisaille »

Partout, c’est du Bleu blanc Rouge qui s’affiche dans vos journaux, en perruques, en selfies, en drapeaux. « Le rêve en bleu » » pour l’Echo de la Haute Vienne, « Les grand bleus » pour Midi libre, « Que du bonheur » pour l’Union de Reims, « Mais quel pied » s’enthousiasme le Parisien. « L’extase » s’extasie l’Equipe…

Un pays donc en communion totale avec son équipe comme le raconte la Voix du Nord. Mais au fait pourquoi tant de joie ? s’interroge Sophie Manelli dans la Provence. Un supporter en liesse hier dans les rues de Marseille lui apporte la réponse : « c’est vrai que ça va pas changer ma vie, mais, grâce à ça, on se sent plus fort ; on est heureux. Heureux ensemble, qu’on soit de droite ou de gauche, noir ou blanc, ouvriers ou patrons, tous bleus dans la victoire avec une seule religion, l’équipe de France »

Oui, «Ils l’ont fait ! s’exclame Frédéric Vézard dans le Parisien. Et « l’insouciance de la joyeuse bande des Griezmann, Pogba, Payet ajoute t il, symbolise déjà une autre France »

Un homme à lui seul semble revivifier toute une nation, « Griezmann - lutin génial dont le football respire la joie de vivre »explique Philippe Marcacci de l’Est républicain. « Griezmann président » scande déjà le Parisien, « Grizant » avec un Z s’amuse 20 minutes. « Entre ici génération Griezmann » s’enflamme Vincent Duluc dans l’Equipe, Griezmann qui a marqué hier les 2 buts, et qui, à lui seul change le cours de l’histoire note Slate.fr, puisque grâce à lui, on a troqué la vieille formule défaitiste, « à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne » par, « et à la fin, c’est Griezmann qui marque »

Car il y a de tout dans cette joie, même le petit goût sucré de la revanche sur l’Allemagne. Le site du Huffington post nous raconte ce matin comment les internautes s’en donnent à cœur joie sur les réseaux sociaux. L’un d’eux a imaginé le coup de fil que François Hollande pourrait passer à Angela Merkel, avant de la retrouver aujourd’hui en Pologne pour le sommet de l’Otan. « Allo, Angela, c’est Franz. Franz qui ? Franz 2-0 ».

Et maintenant ? Après « l’exploit majuscule, reste la touche finale » reconnait Antoine Placer dans la Voix du Nord. La touche finale, c’est bien sûr le Portugal dimanche. « Mais on leur fait confiance. Ils ont grandi »

Hier, 2-0, et quelque chose a changé. L’air semble plus léger Patrick

Les autres titres de la presse ce matin Hélène

2-0 en foot, c’est la joie ; mais « 30 000 fonctionnaires de plus sur le quinquennat de François Hollande », on comprend au point d’exclamation que le quotidien libéral l’Opinion met à la fin de son titre, que 30 000 c’est trop ! Le Figaro s’étrangle lui aussi de ce budget 2017 « 100% électoraliste » dit il, « à un an de la présidentielle qui s’annonce désastreuse pour François Hollande, au diable l’avarice et adieu les 50 milliards d’économies ! écrit Gaëtan de Capèle dans son édito, on souhaite bonne chance à son successeur ». les Echos expliquent que c’est surtout l’éducation qui va bénéficier de la hausse des effectifs l’an prochain, le but étant de tenir l’engagement du candidat hollande de créer 60 000 postes sur 5 ans, « objectif démagogique » pour son éditorialiste Jean-Françis Pécresse qui dénonce cet « open bar à la fonction publique »

Libération a eu la bonne idée de demander au journaliste David Dufresne de retourner à Fort Mac Murray au Canada, ravagé en mai dernier par un gigantesque incendie. David Dufresne y avait passé 3 hivers pour réaliser un jeu documentaire intitulé Fort Mac money, centré autour de l’avenir écologique de cette ville plongée dans le bizness de l’or noir. « Bienvenue donc, à Armageddon sur oil ». En 2013, le trappeur Jim Rogers, habitant de cette région riche de son sous-sol mais défigurée par l’exploitation de celui-ci, lui avait lancé «si dieu revenait ici, il dirait : mais qu’avez-vous de ces richesses ? Bande d’imbéciles, vous brûlerez en enfer » Et bien, Dufresne décrit l’enfer après le passage de la « Bête comme l’ont surnommé les pompiers, un territoire comme 60 fois Paris a été détruit par le feu. La forêt s’est embrasée, pfft en quelques minutes, plus de camping, des carcasses de voitures partout, et aujorud’hui dit il, l’odeur du fric et du pétrole est recouverte par une autre puanteur, plus tenace encore, l’odeur du charbon, des arbres calcinés et des maisons en cendres, et partout ce silence…c’est Sodome et Gomorrhe, la ville punie par le feu» « Il y a quelque chose d’irréel à se promener dans cette cité écrit il, comme si Dame nature avait repris sa fierté pour dire : ça suffit » Mais déjà la ville se reconstruit raconte t il, les dons ont afflué de toute l’Amérique du nord, les volontaires s’activent. David Dufresne ne semble guère se faire d’illusion sur les leçons tirées de cet incendie, de son rapport avec le réchauffement climatique, avec la déforestation mal maitrisée. La culture du fric repart note t il : « Fort mac murray miroir de nos peines, Fort Mac Money reflet de notre folie » conclut il…

On termine Hélène plus légèrement…

Et pour vous Patrick et tous ceux qui partent en vacances, sélection rapide d’articles à emporter dans votre cabas de plage

D’abord, avant de tout lâcher, replongez-vous une dernière fois dans Society qui propose cette semaine de nous expliquer « comment les populistes nous lavent le cerveau ». Des chercheurs européens et américains s’arrêtent sur ces « Super populo » que sont Donald Trump, Boris Johnson ou Marine le Pen en France. Avec des éléments récurrents que sont la dénonciation des élites et un discours fondé plus l’émotion que la raison, des faillites collectives aussi qui expliquent leur ascension, mais au final quelques raisons d’espérer nous disent ces chercheurs car ces partis populistes ne se trouvent jamais en situation d’exercer le pouvoir, on vient de le voir en Grande Bretagne, car en réalité leur discours n’est efficace que dans l’opposition »

Allez c’est le moment de partir à la plage, pour certains, alors sachez Patrick qu’à la plage, vous ne serez plus le Grand Manitou de cette matinale. Non « car une fois en maillot de bain, nous explique le chercheur jean didier Urbain dans la Croix de ce week end nous, il n’y a plus ni pdg ni métallo, (ça me rappelle le stade de foot) il n’y a plus que des pères qui deviennent architectes en construisant des châteaux de sable avec leurs enfants, on passe d’une société de fonction à une société de rôle, on joue sur la plage la comédie du bonheur »

Bonheur peut-être, mais pas question de bronzer idiot, Marie Claire vous a concocté un supplément de 28 pages de « psycho test » essentiels pour vous connaitre vraiment

Exemple, « comment les autres vous voient » : petit quizz, rien que pour vous :

*Vos idées ne font pas mouche, votre équipe ne vous soutient pas :

1 vous abandonnez, pas question de vous mettre tout le monde à dos

2 vous passez en force, convaincre est une perte de temps

*Deuxième question : Pour vous faire marche arrière est

1 facile

2 impossible

3 stratégique ?

Le tout est de savoir si vous êtes dominant ou soumis…on va faire les comptes, sérieusement, et je vous dis ça à la rentrée ou je vous offre le supplément de marie claire !?

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.