(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : les attributs du pouvoir

Jusqu'à présent dans cette campagne, on a parlé de fiscalité, d'immigration, d'éducation, de referendums, mais quasiment pas de justice et des affaires qui ont marqué le quinquennat.

Cette semaine dans Le Nouvel Observateur , un homme fracasse le bilan de Nicolas Sarkozy en matière de justice. Un homme de gauche, il ne le cache pas, il a soutenu Martine Aubry pendant la primaire. Mais il assure qu'il ne l'a jamais montré dans l'exercice de ses fonctions.

C'est l'ancien procureur général près la Cour de Cassation, Jean-Louis Nadal, désormais à la retraite.

"Nicolas Sarkozy avait annoncé une République exemplaire : où est-elle passée ? demande-t-il.

(...) On a rompu effrontément avec les principes fondateurs de notre justice républicaine.

(...) Au cours de ce quinquennat, incontestablement, le climat des affaires donne un sentiment de corruption publique, d'impunité, où la justice est invitée à servir plutôt qu'à faire place à la vérité.

(...) On assiste à une volonté de protéger les personnalités visées de toute investigation objective.

(...) Jamais auparavant, on n'a assisté à une telle instrumentalisation politique de la justice.

Jean-Louis Nadal évoque les affaires Clearstream, Karachi, Bettencourt. "Philippe Courroye, je le connais bien. Nous avons travaillé ensemble à Lyon, il était un magistrat instructeur d'une exceptionnelle qualité. C'est dommage, vraiment."

Il reconnait la qualité du travail du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy et son directeur de cabinet Claude Guéant dans l'affaire Colonna. Et plaide pour une indépendance du parquet, un nouveau mode de nomination des magistrats.

"Il est indécent qu'il existe deux justices, une pour les petits que l'on enfonce, une pour les puissants que l'on protège"

Après le glaive de la justice, autre attribut de puissance : l'argent

« Salauds de riches ? » Valeurs actuelles met un point d'interrogation à ce titre, comme pour dénoncer le parfum de lutte des classes qui caractérise cette campagne.

François Hollande, a fait de la finance son ennemi, il veut taxer à 75% les revenus supérieurs au million d'Euros. Le Nouvel Observateur le présente comme l'homme qui n'aime pas l'argent face à Nicolas Sarkozy, qui aime l'argent.

Derrière François Hollande, la gauche et l'argent, c'est une longue histoire à laquelle s'intéresse Le Point . Interview de l'historien Max Gallo, proche de Nicolas Sarkozy au début du quinquennat. Il pointe le décalage, récurrent dans l'histoire récente entre, d’un côté, un discours radical à propos de l'argent et de la finance à gauche

Et, de l’autre, le mode de vie ou les postes occupés

"La France est le pays où il existe à la fois un discours radical et des intellectuels de gauche porteurs de ce discours et s membres du système qu'ils dénoncent. (…)

Pour imposer au système une régulation, il faut rompre avec lui. Il faut être radical. Or on a constaté l'inverse, c'est à dire l'absorption par ce milieu de la finance des leaders de gauche. »

De gauche et millionnaire et alors ? Le Point interroge également l'un des mécènes de la gauche, Pierre Bergé. "On se comporte avec l'argent comme on se comporte avec les pédés les Juifs ou les blacks, on cherche à segmenter. Or on n'a pas à assumer d'être riche et de gauche. On l'est. (..) Au motif qu'on devient riche, on devrait changer de camp ? (…) Etre de gauche c'est donner 2 millions par an à la recherche contre le Sida."

Quoi d'autre dans la presse ?

L'automobile est-elle la sidérurgie de demain ? Dans Le Figaro , les patrons de ce secteur en appellent à l'Europe. Et ils lui demandent de les aider à restructurer l'automobile. Formule pudique que nous avons des fermetures d'usines devant nous. On estime la surcapacité des usines européennes à 20%. Autrement dit les constructeurs produisent 3 millions et demi de voitures en trop. Les réductions de capacité en Europe sont inévitables dit le Patron de PSA-Peugeot-Citroën Philippe Varin. Il veut affronter cette question dans les deux années qui viennent.

Le rapport sur les dérives de l'abattage rituel dans Le Point . Plus de la moitié des bovins, ovins et caprins tués en France le sont suivant un mode d'abattage rituel, hall ou casher. Or la demande ne concerne que 7% de la population. Cela pose des questions écologiques, économiques, d'hygiène et de traçabilité

Dans un édito au lance-flammes, Franz Olivier Giesbert écrit ceci : « L'affaire de la viande Halal est devenue le symbole de tous les mensonges et lâchetés de la classe politique française. Tout le monde a pris soin d'évacuer le sujet sous le prétexte que Marine Le Pen l'avait mis en avant. (..) Ce n'est pas parce que les maniques de l'islamophobie ou de l'antijudaïsme ont posé le problème pour réveiller d'absurdes guerres de religion qu'il ne faut pas tenter de le régler. »

Et puis tout de même, les femmes à la Une

La parité n'est pas respectée ce matin dans la presse, les femmes dominent et de loin à la Une... Dans la presse régionale en particulier. Quelques exemples :

  • Le Courrier de l'Ouest : "Etre une femme en Anjou"

  • Edition spéciale du Journal de Saône-et-Loire : "La Saône-et-Loire au féminin"

  • La Charente Libre , spéciale "Elles" : "Au bonheur des femmes"

  • Les Dernières Nouvelles d'Alsace : "La journée de la femme - du cœur à l'ouvrage"

Au delà de ces Unes, il y a ceux qui soulignent les progrès.

"Cac 40, la féminisation des conseils d'administrations s'accélère" relèvent Les Echos

Et ceux qui constatent les blocages récurrents. Un chiffre résume tout dans Le Parisien . Le montant moyen des retraites touchées par les femmes. 833 Euros. Pour les hommes c'est plus du double 1743.

Pourquoi ? Salaires différents, différences de carrière, interruptions liées à la grossesse et travail partiel subi.

Les femmes de candidats à la Une : Carla Bruni dans La Dépêche dumidi , Valérie Trierweiler dans Paris Match .

Et à la rubrique étranger, ce constat dans Le Monde : aux Etats Unis, en pleine campagne électorale, l'un des mots qui revient le plus souvent dans la presse américaine, c'est celui de « slut », salope, trainée. Les républicains les plus réacs s'en donnent à cœur joie. Exemple, l'animateur radio le plus écouté du pays a pu tenir les propos qui suivent quand une étudiante à l'antenne lui a parlé du cout des contraceptifs : il l'a traité de prostituée "Si nous devons payer pour vos contraceptifs, alors nous voulons quelque chose en retour. Que vous mettiez les vidéos en ligne, comme ça tout le monde pourra voir". Il s'est depuis confondu en excuses

Halte au machisme ! Le coup de grâce sur la tête des hommes on le trouve dans la presse italienne, dans leCorriere della Sera , repris par le quotidien gratuit Metro .

La taille du pénis diminue ! Le professeur Carlo Foresta, de l'hôpital universitaire de Padoue est formel. Notre engin a perdu moins d'un centimètre en un peu plus de cinquante ans. C’est la conséquence des changements environnementaux et du surpoids. Le médecin a mené son étude sur un panel de 2000 hommes.

Il a constaté, en revanche, que la longueur des bras masculins augmente.

8 mars, plus que jamais, les machos sont comme le personnage de Jacques Brel : « Cœur en déroute et la bite sous le bras »…

A demain !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.