8H30 la revue de presse, bonjour hélène jouan

Le site Slate nous promettait hier un « Bingo du 8 mars », à l’occasion de la journée des droits de la femme, alors Hélène ce matin ?

« Belle journée pour les femmes ! sale temps pour les racines » la pub de l’Oréal s’affiche en première et dernière page d’Aujourd’hui en France/le Parisien…Bingo Patrick, comme le subodorait hier Slate, cette journée unique dans l’année, frise parfois le grand n’importe quoi. Le site des Nouvelles News, qui entend développer une information paritaire, fait d’ailleurs le compte de tout ce qu’on trouve dans la presse de « fausse indignation » du jour, qui masque une cécité tout au long de l’année « Indignez vous, mais ne changez rien ! » Alors qu’habituellement les femmes représentent moins de 20% des personnes citées dans les média rappelle t il, elles ont droit pour l’occasion à une « sur couverture », Spécial femmes dans tous les domaines ! « le vin, une affaire de femmes » pour le supplément de Sud ouest, le blog bien-être du site Doctissimo affirme que selon une étude « les femmes sont plus efficaces que les hommes au supermarché », question d’habitude peut-être, le magazine GQ lui se demande « à quoi pensent les femmes au lit ? »

Ce matin même le hot news, comme on dit dans notre jargon, est vu sous le prisme de la « féminitude » comme dirait l’autre. Dans le Parisien, la candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet à la primaire des Républicains annoncée ce soir, s’affiche sous ce titre « NKM fait son 8 mars », quand le Figaro prend soin de relayer l’événement en rappelant minutieusement toute sa collection de surnoms: « la toupie, moi je, la traitresse, l’emmerdeuse ». Le journaliste Jean Baptiste Garat souligne que « se déclarer le 8 mars, et en plus sortir un livre dans lequel elle témoigne de la misogynie ordinaire de la société et du machisme de la classe politique, la ficelle est jugée un peu grosse par ses concurrents ». Il faut dire que NKM en rajoute elle-même. Dans une phrase entre guillemets reproduite par le Monde, la candidate explique que face à ses concurrents, elle, est « en mode greffage de couilles ». Ceci dit l’argument de la minorité a parfois du bon, il parait que dans les différentes écuries on n’imagine pas la primaire sans elle : « il faut une femme pour ne pas donner une image ringarde de cette élection » confie toujours au Monde un député Les Républicains. Voilà, on saura au moins à quoi NKM sert

Au-delà du machisme ordinaire, des articles intéressants quand même dans la presse sur le sujet ?!

Les Echos qui sous la plume de Jean Marc Vittori nous révèle que Voltaire n’a pas énoncé que des vérités indépassables…Dans son dictionnaire philosophique, il écrivait : « on a vu des femmes très savantes comme il y en eut de guerrières, mais il n’y en a jamais d’inventrices ». Et bien le 19ème siècle l’a démenti, une chercheuse américaine spécialisée dans l’histoire économique a recensé tous les brevets déposés par des femmes, le biberon en 1824, mais aussi l’encre indélébile…sans compter, l’envol des veuves à cette époque, le décès du mari est l’occasion de libérer des énergies : Barbe Nicole Cliquot, plus connue sous le nom de Veuve Clicquot invente la table de remuage pour le champagne, elle assurera la pérennité de son entreprise ; la veuve de Dietrich réoriente l’entreprise sidérurgique de son mari vers la construction mécanique, avec maints brevets innovants à la clef …Leçon à retenir conclut Vittori : « quand l’humanité aura trouvé le moyen de faire s’exprimer vraiment la créativité des laura, yasmina, Fatou, jiao, Nina, bref les femmes de tous les continents, elle aura retrouvé le chemin d’une vraie croissance »

En attendant, celles qui ont évidemment la chance de ne pas être veuves, sont perdantes face à l’impôt ! L’OCDE a dévoilé hier que la progressivité de l’impôt sur le revenu pénalisait l’égalité Hommes-femmes. C’est à lire dans l’Opinion. La femme gagnant très généralement moins que son mari, et bien sa taxation est plus discriminante au sein du ménage. La défiscalisation des heures supplémentaires renforce le phénomène, puisqu’en gros, il est plus intéressant que ce soit le plus gros des deux salaires qui s’y colle, « monsieur est donc fiscalement incité à être encore moins chez lui, ce qui reporte sur madame un accroissement des tâches ménagères » explique le directeur du centre politique de l’ocde

Fin, provisoire, de ces articles consacrés aux femmes…en relevant tout de même que le Conseil français du Culte musulman doit rendre public aujourd’hui pour la première fois, un texte affirmant l’égalité de l’homme et de la femme aux yeux de l’Islam. Le Monde en cite une partie « il convient de continuer à mener un travail de pédagogie et d’éducation pour que les femmes musulmanes ne soient plus l’objet de discrimination ou de soumission ». Premier petit pas explique le journal, dans un domaine où les institutions du Culte musulman ont fort à faire

On a commencé par les femmes, on termine par un homme Hélène

« La fusée Macron » titre cette semaine L’Obs pour détailler votre plan de bataille pour le proche avenir Emmanuel Macron, et bien un journaliste de l’Obs François Bazin s’est souvenu d’avoir titré au siècle dernier, « la fusée Delebarre ». il raconte sur son blog comment il y décrivait par le menu, et avec un brin d’innocence, reconnait il, les ambitions et la stratégie d’un quadragénaire de talent, à qui la rumeur promettait ce qu’on appelait alors «un destin national ». Michel Delebarre incarnait une forme originale de social-démocratie, libérée, croyait-on, de ses anciennes pesanteurs, ouverte sur le monde et l’Europe et capable, à ce titre, de séduire une gauche en mal d’oxygène. Les moins de 20 ans s’amuse Bazin ont sans doute oublié que cette belle construction s’est perdue dans la lande dunkerquoise avant de finir dans les salons douillets du sénat.

Michel Delebarre, ça vous dit quelque chose ?

Bazin précise qu’une concordance de titres n’induit pas une concordance de destins rassurez vous

En tout cas, dans l’Express, à paraitre demain, vous défendez haut et fort, la Loi travail de Myriam El Khomri, même si vous ne cachez pas que vous seriez allé plus loin, vous exprimez surtout une certaine idée de ce que la gauche doit aujourd’hui porter, comme le faisait hier Michel Delebarre, « un libéralisme économique avec un socle de solidarité collective » dites-vous. Petite pierre dans le jardin de votre ami Manuel Valls quand vous affirmez que « le peuple français est prêt à la réforme à condition qu’on lui explique où l’on va », à la veille de la mobilisation demain contre cette loi travail, pas sûr que vous estimiez que cette pédagogie là ait été menée, petite touche personnelle quand vous affirmez que dans notre pays « il faut abandonner la préférence française pour la hausse des salaires et des dividendes pour privilégier l’emploi », là encore les syndicats apprécieront, vibrant plaidoyer pour sortir de l’entre-soi de notre système éducatif « un système qui est fait pour des gens comme moi qui ont réussi dans des concours académiques » déplorez vous…bref tout un programme, que certains voient déjà présidentiel, mais vous refusez dites-vous de commenter les rumeurs…Mais on retiendra que quel que soit votre avenir national Emmanuel Macron, vous êtes l’homme politique capable de citer comme mot préféré de la langue française : « saxifrage », en référence au poème de René Char Pour un Prométhée saxifrage.

Je vais faire mon Augustin trappenard avant que vous ne le retrouviez : « saxifrage », on va pas se mentir comme il dit, faut que vous nos expliquiez, plus dur à expliquer que la loi travail ?

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.