Où sont les autres Monsieur Hulot ?... C'est Dominique Quinio, dans La Croix, qui les appelle de ses voeux... "En observant la compétition ultra-verte engagée, on aimerait voir surgir des dizaines de Nicolas Hulot", écrit l'éditorialiste... Alors dans la presse ce matin... il n'y en a pas des dizaines... mais on en croise tout de même quelques-uns... Dans Le Figaro... Nicolas Sarkozy se fend d'un texte sur la défense de l'environnement... "La défense de l'environnement exige de nous une rupture fondamentale", explique le patron de l'UMP... Et que dit-il d'autre ?... Eh bien d'abord il n'arrête pas de citer Nicolas Hulot... Il salue votre appel... Il estime que vous avez raison sur la fiscalité... C'est bien simple... 5 fois votre nom apparaît dans ce texte, signé donc Nicolas Sarkozy dans Le Figaro... Une tribune qui se termine par un souhait... celui de vous rencontrer, vous et les principales ONG qui se mobilisent sur la question... Parce que, explique le président de l'UMP, "l'écologie ne doit plus être une politique d'opposition, mais au contraire de rassemblement"... L'écologie qui rassemble... Pas si sûr... C'est dans Libération, qui se demande, au lendemain du troisième débat des candidats à la candidature socialiste pour la Présidentielle... "Qui est le plus vert des roses ?"... Libé qui constate que les candidats socialistes cherchent à se montrer plus verts les uns que les autres... et qui résume le débat d'hier... Ségolène Royal estime que la France peut rattraper son retard en matière d'énergie renouvelable ou de fiscalité écologique... Dominique Strauss-Kahn met l'économie au coeur de son discours écolo... "Se préoccuper d'environnement est une source de richesse pour l'économie", explique le candidat, qui évoque également un réaménagement de l'ensemble de la politique fiscale... Laurent Fabius, lui, assène : "S'il y a un domaine où le marché échoue, c'est l'environnement"... Et il réitère sa proposition de confier l'écologie au numéro 2 de son futur gouvernement... L'un des chantiers environnementaux... c'est le transport... Privilégier les transports en commun... laisser la voiture le plus souvent possible au garage... Et ça, c'est généralement plus facile à faire dans les grandes villes... Sauf que... il faut faire quelque chose si l'on veut que ça dure... C'est à lire dans Le Monde... "Transports : la banlieue parisienne est menacée de congestion à l'horizon 2020"... C'est une étude alarmante de l'Atelier parisien d'urbanisme, adressée en début de semaine par Bertrand Delanoë, le maire de Paris, à ses collègues de la région Ile-de-France... Parce que, dans une quinzaine d'années, près d'un million de déplacements supplémentaires s'ajouteront aux 12 millions de trajets quotidiens actuels à Paris et dans les départements limitrophes... Les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis sont menacés de congestion, avec une hausse de plus de 15 % des déplacements, soit 850.000 trajets supplémentaires, qui pourraient se traduire par 615.000 voitures de plus, et 117.000 nouveaux trajets en transports en commun... Sans une nouvelle offre de métro et de bus en petite couronne, la surcharge se reportera sur le périphérique et dans Paris intra-muros... Un scénario catastrophe... Demain, tous ces élus doivent se retrouver pour donner leur avis sur le projet de Plan de déplacement de Paris... un projet qui prévoit 200 mesures sur quinze ans... Et si Bertrand Delanoë a convoqué tout le monde, c'est pour éviter les critiques du type "la lutte contre la pollution s'arrête aux portes de Paris"... La plupart des maires souhaitent adopter une motion pour la mise en chantier du projet Métro-sphérique, la rocade de métro autour de Paris, récemment promue par le patron de la RATP... Mais on sait déjà que la région Ile-de-France y est hostile, rappelle Le Monde... Et pour une raison très terre à terre... l'absence de financements suffisants pour un projet d'une telle ampleur... Agir pour préserver la planète... Parce que partout... les constats convergent... "L'Australie souffre de la pire sècheresse depuis 1.000 ans", titre The Guardian ce matin... "Hier, à Canberra, explique le quotidien britannique, le gouvernement australien a convoqué un sommet d'urgence sur l'eau... Parce que la sècheresse affecte l'eau potable dans plusieurs endroits... Le plus grand réservoir de Sydney n'est rempli qu'à 40%, alors que l'été austral n'a pas débuté"... Et The Guardian constate que cette sècheresse entraîne un débat politique féroce... "L'Australie est, comme les Etats-Unis, sceptique sur les changements climatiques... Et comme les Etats-Unis, l'Australie n'a pas signé le protocole de Kyoto... Et aujourd'hui, les sondages montrent que les responsables ne sont plus en phase avec l'opinion publique... La sècheresse a démontré que le pays était concerné"... Et à Melbourne, The Australian pousse comme un soupir de soulagement... "Le ministre reconnaît que le pays s'assèche"... Le quotidien rapporte que le ministre en charge de la crise de l'eau en Australie admet enfin que le climat devient plus chaud et plus sec... Et l'éditorialiste de The Australian n'a qu'un regret : "La réponse de l'Etat à la crise de l'eau a été trop lente et trop brouillonne"... Et la question du climat, c'est aussi une peur pour toutes les régions touristiques du monde... C'est dans le journal anglais The Independent... "Le réchauffement climatique menace les sites archéologiques... Depuis les ruines d'Ecosse jusqu'aux mosquées du Sahara, les effets des changements de climat pourraient détruire quelques-uns des vestiges naturels et culturels les plus importants du monde... C'est un rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement, alors que s'ouvrira, la semaine prochaine à Nairobi, la Convention sur le réchauffement climatique, pour déterminer quelles suites à donner au protocole de Kyoto... Les pyramides d'Egypte, à Alexandrie, sont menacées par la montée des eaux du Nil... La barrière de corail de Belize, décrite par Charles Darwin en 1842, souffre déjà de l'augmentation de la température de l'eau"... La liste des dommages à venir est longue... The Independent qui pointe aussi du doigt que 70 millions d'Africains pourraient être victimes des inondations dues à l'augmentation du niveau des mers... Parce que la pollution et ses effets... Les humains en souffrent aussi... C'est à lire, encore ce matin, dans la presse anglaise... Le Daily Telegraph titre : "Des millions d'enfants victimes des produits chimiques"... Et ça, c'est un rapport de chercheurs américains et danois, qui devrait être publié aujourd'hui, et qui explique que les maladies neurologiques dont souffrent des millions d'enfants ont pour origine les pollutions industrielles... Les chercheurs qui parlent d'une épidémie silencieuse... Dans ce rapport, ils identifient quelque 200 produits chimiques qui peuvent nuire au cerveau... et dénoncent le fait qu'aucune règlementation ne protège le développement du foetus ou des jeunes enfants des effets de ces produits, dont la nocivité est connue... Un enfant sur six pourrait voir ainsi son développement perturbé... Gaz à effet de serre, pollutions chimiques... Avec tout ça... Eh bien, le nucléaire reprend du poil de la bête... Toute la presse le constate ce matin... "L'avenir de l'énergie passe par le nucléaire", titre La Tribune... Le quotidien explique que, dans son dernier rapport mensuel, l'Agence internationale de l'Energie propose le développement de l'énergie nucléaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre... "Les perspectives de l'énergie nucléaire redeviennent prometteuses", confirme La Croix, qui explique également que l'Agence estime que l'énergie nucléaire a fait ses preuves en tant qu'énergie propre et fiable... Du coup, analyse le journaliste du quotidien catholique, "en prônant pour la première fois aussi clairement un retour des investissements dans le nucléaire, l'Agence internationale de l'Energie conforte de nombreux gouvernements qui travaillent depuis plusieurs années déjà au retour de l'énergie nucléaire... C'est notamment le cas de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, du Canada, de la Chine et de la Russie, qui s'apprêtent tous à relancer leurs programmes"... Quelle que soit la technologie... quelle que soit la pollution... Un principe a du mal à voir le jour... C'est celui du pollueur payeur... Eh bien, figurez-vous, dans ce domaine, il y a des volontaires... C'est à lire dans Le Figaro, qui explique qu'après avoir calculé leurs émissions de gaz à effet de serre, les entreprises, mais aussi des particuliers, acceptent de les compenser en finançant des projets écologiques... L'idée est simple : en quelques clics sur Internet, sur le site "actioncarbone.org", vous pouvez calculer précisément la quantité de gaz carbonique que vous avez émise durant une année... Et concrètement, la tonne de CO² est évaluée à 15 euros... A vous donc ensuite de faire un don à l'un des projets présentés... Yann Arthus-Bertrand a calculé que pendant les 10 ans qu'il a passés à sillonner la planète pour réaliser son fameux livre "La Terre vue du ciel", il a été responsable de 1.509 tonnes équivalent CO²... Il a donc versé plus de 22.600 euros... Certaines entreprises ont décidé d'adhérer à ce projet... Le leader de l'épargne et du courtage en ligne par exemple, Cortal Consors, a estimé que chacun de ses salariés émettait 2 à 3 tonnes de CO² par an... L'entreprise a donc fait un chèque de 60.000 euros pour financer un projet au Cambodge... Le Figaro qui explique que, pour l'instant, ces entreprises, elles ne sont que trois... Alors, à côté de Cortal Consors, déjà nommé... sachez qu'il y a Lexmark et Yves Rocher... Mais preuve que la lutte contre le réchauffement climatique contamine la politique... Jean-Louis Debré, le président de l'Assemblée nationale, vient d'annoncer très officiellement, rapporte la journaliste du Figaro, que le Palais Bourbon allait adhérer... Et un député, c'est combien de tonnes de CO² ?... Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.