Frédéric Carbonne, correspondant France Inter aux Etats-unis nous dévoile les derniers titres de la presse US. Et derniers titres de presse française

FREDERIC CARBONNE

Je vais vous parler d’abord de ce que les américains stressés par cette élection et ils sont nombreux, et les états-majors politiques également, vont regarder en priorité à leur réveil, et ce n’est pas leur qutodien préfére, c’est un site internet, celui qui a la réputation de prédire le mieux les élections. Il s’appelle thirty five eight et son patron Nate Silver est devenu un acteur de la campagne, c’est le gourou de la statistique. Donc ce matin, ce site nous dit sur la base de modèles mathématiques complexes qu’Hillary Clinton a 71,4% de chances de l’emporter..et ça c’est un vrai indice, non pas du résultat, mais de l’humeur générale en ce jour de vote parce que, hier, il lui accordait beaucoup moins, 63% et Nate Silver s’est même trouvé au centre d’une controverse sévère, accusé d’accorder trop de chances à donald Trump pendant cette fin de campagne. En 2012 en tout cas il avait été d’une précision étonnante. Donc là je vous livre son pronostic tout chaud, Hillary Clinton 301 grands électeurs, Donald Trump, 235 ; sur le vote populaire 48,6 contre 45,1 toujours en faveur de la démocrate et sur l’autre enjeu important de cette journée les républicains conserveront ils la majorité au senat, là égalité parfaite. Si c’est tout faux vous irez vous plaindre auprès de nate silver.

En tout cas, et ça c’est c’est le new york times qui nous le raconte, les médias américains se préparent à une de leurs nuit électorales les plus difficiles, ils ont été tellement mis en cause pendant cette campagne qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas se permettre la moindre erreur. Des partisans de Donald Trump mettent déjà en garde, attendez vous à ce que les télévisions fassent leur sondage de sortie des urnes dans les coins les plus pro-démocrates. Alors, on va doubler les effectifs pour collecter, analyser, avant de livrer des estimations. Le président de la chaine ABC ira ainsi lui-même superviser toute la couverture depuis les studios installés tout prés de la ou nous sommes sur Times Square.

Relance au-delà des chiffres il y a les électeurs c’est le plus important et le washington Post est allé à la rencontre du peuple de Trump

Oui, parce que quelque soit le résultat cela restera le phénomène majeur de cette campagne, cet engouement, cette ferveur, cette foule autour du candidat républicain. La reporter du Washington Post Jenna Johnson a donc assisté à 170 meetings dans 35 etats américains, et sa conclusion quand Donald Trump dit que quelque chose d’ahurissant est en train de se passer, il a raison. On s’est trompé ecrit-elle quand on a considéré au début que ces milliers de personnes étaient là juste pour assister au show Trump. A la question posée systématiquement pourquoi l’aimez vous, la réponse la plus fréquente, c’est parce qu’il dit ce que je pense, ressens ou veut entendre. Le voilà ainsi un soir de novembre 2015 dans une ville moyenne du Massachussets, 12 000 partisans, dans un endroit plus démocrate que républicain tous conquis par ce discours sur la grandeur passée que l’on va retrouver et les emplois dans l’industrie que l’on va recréer. Je veux que ma ville redevienne ce qu’elle était avant, dit un partisan de Donald Trump, j’en ai quand même le droit. Alors tous ces gens, ils sont surtout le droit de voter et le cauchemar des sondeurs c’est qu’ils aient minoré ce peuple de Trump, qu’il y ait un vote caché comme le Brexit par exemple. Ce qui est sur, c’est que quelque soit le vainqueur, après les élections, ces millions de gens continueront à faire valoir le droit.

On se tourne maintenant vers la presse française Hélène Jouan, bonjour

Une presse française évidemment également suspendue au vote américain

En mode respiratoire, émotif ou rationnel vous avez le choix

« L’Amérique retient son souffle » nous dit la Voix du Nord, eu égard au suspense de cette élection, pour la Provence, c’est carrément « le Monde entier qui retient son souffle »

D’autres jouent plus sur le sentiment laissé par cette campagne, et ce qu’elle nous fait craindre pour l’avenir : « Bataille d’ego, et profond dégoût » pour Libération Champagne, quand Libération parle d’un « grand Flip », flip, saut périlleux en anglais, avec Trump en ombre chinoise…Laurent Joffrin qui insiste sur le péril Trump. « Qu’il gagne ou qu’il perde, Trump aura dominé cette élection. Son idéologie fruste ne passera pas comme un mauvais rêve prévient- il, et l’indignation morale ne suffira pas à écarter le danger ». Un danger pour les américains, mais aussi évidemment pour nous d’ici quelques mois. Même sentiment dans les colonnes de l’hebdo le Un à paraitre demain, « Good Morning America », l’écrivain Michael Greenberg y parle de cette « campagne présidentielle surréelle et épuisante d’abjection, qui n’a ressemblé à aucune autre. Des tabous dit il, ont été brisés et l’inconscient collectif des Américains a rugi hors de sa grotte. La fracture entre Noirs et Blancs, immigrés et xénophobes, libéralisme et mépris flagrant de la démocratie s’est révélée plus crue que jamais ». Le sociologue américain Todd Gitlin met en garde à son tour, le phénomène Trump prévient il « ne retombera pas facilement. La violence et la haine continueront de prospérer à ses marges, car son investiture par les républicains lui a finalement permis de capter une haine qui est toujours à l’affût »

« Pays fracturé » donc nous dit la Croix, « les Américains privés de rêve » titre Ouest France après cette sidérante campagne mais les Echos et le Figaro préfèrent ce matin revenir au rationnel et au programme de chacun des candidats ; les Echos nous expliquent « le grand écart des projets » quand le Figaro, listant 1 à 1 tous les items, de la politique étrangère à l’immigration, en passant par l’économie et le commerce, nous montre que le résultat de ce scrutin peut déboucher sur 2 Amériques radicalement différentes pour eux-mêmes, et pour le reste du monde

Et dans l’actualité française hélène, ce matin ?

Une « vague blanche » se demande l’Humanité ? La vague blanche attendue, c’est la journée de grève aujourd’hui, de toute la profession des infirmiers et infirmières. Une première depuis 1988.700 000 blouses blanches, salariés comme libérales, appelées à manifester pour dénoncer leurs conditions de travail « on fait à 2 le travail qu’on faisait à 3, je ne suis pas loin du burn- out, j’ai peur de l’erreur » témoigne dans le Parisien, Virginie infirmière à l’hôpital public

Notre dame des Landes ? c’est reparti pour un tour ! Ouest France parle de « cauchemar pour l’Etat », alors qu’hier, la rapporteure publique de la cour administrative d’appel a préconisé d’annuler les arrêtés préfectoraux qui autorisaient des dérogations aux lois sur l’eau et aux espèces protégées. Il y a une alternative à notre dame des landes a-t-elle lancé, l’actuel aéroport. Tout ça pour ça ! Décision lundi prochain

Nicolas Sarkozy et le financement de sa campagne de 2007….Fabrice Arfi et Karl Laske de Mediapart révèlent que les juges français ont obtenu le témoignage de l’ancien chef du renseignement militaire libyen. Celui-ci a déclaré avoir « personnellement supervisé » le transfert de 5 millions d’euros « pour la campagne de Nicolas Sarkozy ». Une audition réalisée en septembre 2012, dans le bureau du procureur de la cour pénale internationale mais restée secrète jusqu’alors. Témoignage reproduit par Mediapart

A lire également l’incroyable récit de Soren Seelow dans le Monde daté d’aujourd’hui autour d’Inès Madani, cette jeune fille arrêtée le 8 septembre dernier, accusée d’avoir laissé avec une complice, une voiture remplie de bonbonnes de gaz en plein Paris. Ce que les policiers ont découvert depuis son interpellation, c’est que pour « embrigader » cette complice, elle l’a séduite en se faisant passer sur les réseaux sociaux pour un homme…Jusqu’à se marier avec elle ! Incroyable et glaçante relation amoureuse virtuelle au nom du djihad.

Et puis on termine par cette Une de l’Equipe : « Et si Noah arrêtait ? » Le capitaine de l’équipe de France de coupe Davis dit avoir « morflé la saison dernière », et vouloir être sûr à 100% de tout le monde avant de rempiler. Coup de bluff ou coup de mou ? L’Amérique est suspendue au duel Trump/clinton, nous, aux états d’âme de Yannick Noah…

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.