(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : petits mecs, grand danger

(Bruno Duvic) Et avant d'en venir au coup de filet anti-terroriste de ce week-end, un détour par le Mali. Ce matin, dans Libération , juste après le dossier sur l'Islamisme version française, on trouve un reportage de Jean-Louis le Touzet au Mali. Il décrit le Nord du pays, aux mains de groupes qui se réclament de l'Islam le plus radical.

Une députée du Mali raconte, elle s'appelle Fatoumata Dicko, elle ne reconnait plus son pays.

"Les hommes du Mujao - l'un de ces groupuscules - passent leurs mains sous les jupes des filles au prétexte de contrôle de police. Les femmes accouchent sans soin. Il n'y a plus de médecin accoucheur, plus de césarienne. Les mariages forcées sont apparus tout récemment."

Une jeune femme qui travaillait à la mairie de Tombouctou confirme. Elle décrit ce qui est arrivée à un de ses cousines, mariée de force, fin septembre.

"Un homme en arme l'a vue au marché, puis l'a suivie jusqu'à chez elle. Le type a demandé sa main en arabe à ses parents. Ce sont des gens qui n'ont rien et qui ont peur. Le lendemain, ma cousine était mariée, le surlendemain, un autre arabe du Mujao était dans son lit, puis un autre"

Dans ce reportage, on croise encore les parents d'une gamine de 14 ans, en larmes. Chaque soir, elle est obligée de dormir avec un homme différent.

On en vient à la dérive terroriste de jeunes français.

C'est le titre de Une du Parisien-Aujourd’hui en France . Le coup de filet anti-terroriste de ce week-end, à la Une de beaucoup de quotidiens et ce premier constat, qui complète la une du Parisien :

"La cellule démantelée samedi matin est composée pour l'essentiel de jeunes Français"

"Ces nouveaux ennemis de l'Occident sont du terroir, écrit Yves Thréard dans l'éditorial du Figaro . Ils peuvent être français, de parents français."

Jacques Camus ajoute, dans La République du centre : "Longtemps niée, la menace terroriste existe dans nos banlieues (...) réseaux constitués de natifs. Mohammed Merah n'était pas un soldat perdu et isolé.

« C'est l'ennemi intérieur, pour Philippe Marcacci dans L'Est Républicain , le plus difficile à combattre. »

2ème constat : le rapprochement entre délinquance et djihad

« Islamo-délinquants ». L'expression fait florès dans la presse ce matin. Jeremy Louis-Sydney, l'homme tué samedi matin à Strasbourg, avait été condamné pour des délits de droit commun. Il se serait radicalisé après sa libération de prison en 2010.

Commentaire de l'ex juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière dans Le Figaro : « cette double casquette de délinquant et de terroriste est un profil de plus en plus répandu. Elle permet la dissimulation pour les membres de ces réseaux. »

Combien y-a-t-il de Mohammed Merah en France, combien d'islamo délinquants ? Réponse de Patricia Tourancheau dans Libération . Parmi les quelque 200 partisans du djihad radical armé fichés en France, les islamo délinquants représentent grosso-modo la moitié.

3ème constat : la rapidité de la conversion.

L'universitaire Mathieu Guidère répond à Atlantico : « Ils se radicalisent de façon tellement rapide que nous n'avons pas le temps véritablement de les voir venir. Quelqu'un qui, il y a quelques mois, n'avait rien à voir avec le djihadisme, qui était un délinquant ordinaire, pour ainsi dire, pourrait devenir un djihadiste dangereux du jour au lendemain. »

Radicalisation ultra-rapide à l'heure où Internet fournit toute la propagande et la logistique possible. Dans Les Dernière nouvelles d'Alsace , Pascal Coquis parle de « djihadistes 2.O »

Les journaux évoquent également ces conversions qui se font en prison.

L'Humanité interroge l'anthropologue Dounia Bouzar.

Quel lien entre délinquance et radicalisation ?

« Lors d'une recherche menée sur des jeunes en voie de radicalisation, nous avions noté un point commun entre ces jeunes :

celui de n'avoir pas intériorisé les limites dans la petite enfance, avec souvent un père qui n'a pas tenu son rôle (...) Le discours radical fait autorité auprès d'eux, non pas parce qu'il serait religieux, mais parce qu'il donne l'illusion à ces jeunes d'être tout puissants. Nombre d'entre eux traduisent le sentiment de n'être de nulle part. En leur disant que Dieu les a élus pour être supérieur au reste du monde, le discours radical leur offre un territoire virtuel. »

Question de L'Humanité : « La grande mosquée de Paris a appelé hier les organisations musulmanes à faire de la prévention... »

Réponse agacée de l'anthropologue : « Ils se foutent de ce que disent les imams. Vous pouvez leur expliquer 30 fois le Coran, cela ne changera rien. Ils ne sont pas dans une démarche religieuse. Il fait arrêter l'amalgame entre radicalisme et religion. »

Quelle que soit l'analyse que l'on mène, il y a ce fait : parmi le matériel et les documents trouvés lors des perquisitions, une liste d'associations israélites de la région parisienne…

…et dans Libération : l'inquiétude des juifs français.

Où l'on retrouve le nom de Mohammed Merah, l'homme qui était entré et qui avait tué dans une école juive de Toulouse.

Déclaration de Sammy Gozlan et Alain Jakubowicz, 2 figures de la lutte contre l'antisémitisme en France

« Chez certains jeunes, Mohamed Merah a suscité de l'empathie (…)

Il y a un tabou en France, c'est la pénétration de l'antisémitisme dans certains quartiers (…)

On dit aux enfants de sortir sans la Kipa (…)

Et il faut cesser de considérer que c'est un problème qui concerne les juifs et les arabes. C'est un problème qui touche aux valeurs de la France. Je suis affligé dit Maître Jakubowicz, de voir sur le perron de l'Elysée les responsables communautaires : quel message envoie-t-on là ? »

Quoi d'autre dans la presse ?

Angela Merkel à Athènes demain. Elle arrive dans une capitale grecque où la population est très remontée contre l'austérité à l'allemande. Le dispositif de sécurité est impressionnant. Alexia Kefalas le décrit dans Le Figaro .

« 6.000 policiers mobilisés, du Raid grec aux commandos de tireurs d'élite, en passant par la brigade anti-émeute - 300 gardes-côtes avec hommes grenouille et bateaux de toutes dimensions, un hélicoptère, 3 ambulances. La capitale grecque est déjà quadrillée, la circulation déviée. Un plan B faisant passer la chancelière par la mer, au sud d'Athènes a même été élaboré. »

Le Figaro qui présente également, le Mécanisme européen de stabilité, le nouveau fond pour aider les pays en difficulté. Mais il y a des désaccords entre pays européen sur son utilisation. Résumé à la Une du Herald Tribune . « La zone Euro sort le bazooka mais attend les munitions. »

A la page Débats du Figaro, la charge de Nathalie Kosciusko Morizet contre le gouvernement et le président. « Règne d'amateur, fade et triste. »

La nouvelle cause de Valérie Trierweiler, Florence Cassez. Selon Le Parisien , la première dame a envoyé par valise diplomatique a la française emprisonnée au Mexique un colis rempli de ivres et de chocolats.

Et puis le Huffington post dresse la liste des petites phrases politiques les plus drôles de l'année. L'une d'entre elles recevra aujourd'hui, le prix humour et politique 2012.

Ceux qui ont prononcé ces petites phrases sont parfois sélectionnés malgré eux. Ainsi Nadine Morano qui s'était défendu d'être raciste avec cette phrase : "Ma meilleure amie est tchadienne donc plus noire qu'une arabe"

Candidat également Bernard Cazeneuve, pour un mot au moment au passage à l'heure d'été au printemps dernier, quand tout devenait argument de campagne. Bernard Cazeneuve était le porte parole de Françoise Hollande face à Nicolas Sarkozy : « l'heure d'été c'est une heure de moins de Nicolas Sarkozy »

Toujours pendant la campagne présidentielle, cette douceur entre écologistes. De Dany Cohn-Bendit à Eva Joly, qui s'enfonçait dans les sondages. Devait-elle retirer sa candidature ?

« Eva si tu te retires ca crée un vide, si tu continues tu tombes dans le vide »

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.