Une revue de presse avec Gaëtan Roussel - 08.10.2013
Une revue de presse avec Gaëtan Roussel - 08.10.2013 © AD - France Inter

Le chanteur Gaëtan Roussel est l'invité de Bruno Duvic pour une revue de presse exceptionnelle.

Il revient avec un nouvel album "Orpailleur" que l'on va beaucoup entendre cette saison. Il sera présent dans tous les programmes musicaux de la chaîne. En prélude à son disque est sorti cet été "Éolienne" son premier single qui marque un tournant dans l'écriture de Gaëtan.

Le monde plus présent dans ses chansons : préoccupations écolo ou non ? Une chanson d'ouverture parle de la quête de la simplicité. " La barbarie " qui clôture le disque est une chanson engagée mais dégagée. Gaëtan réussit à faire en sorte de ne jamais citer le nom tout en égrainant ses méfaits.

Son disque est à la fois une revue de presse sensible ouverte sur le monde mais aussi sur des états d'âme plus intimes.

A la Une de la presse ce matin : Patrice Chéreau

(Bruno) Costume noir sur fond noir, visage de cire, ainsi apparait Patrice Chéreau ce matin à la Une de Libération . Titre de Une : "Dans la solitude..." Allusion à "Dans la Solitude des champs de coton", la pièce de Bernard-Marie Koltès qu'il avait mise en scène. Libération , Gaëtan, consacre six pages à Chéreau.

(Gaëtan) C'était un homme "changeant, beau, vivant" écrit Gérard Lefort dans l'éditorial. Et une citation de Chéreau à propos de ce qui l'inspirait revient dans la presse : Libération , d'abord, "Le mot fantôme est parfait, il me convient bien". Le Figaro complète : "Je vis avec beaucoup de fantômes".

(B) Et pour avoir la citation vraiment complète, il faut lire slate.fr : "Je vis avec beaucoup de fantômes, ceux des morts c'est à la portée de tout le monde. Mais mes fantômes sont souvent ceux des gens vivants, qui se sont éloignés, auxquels je pense toujours."

(extrait Massive attack, Karmacoma)

(G) Massive Attack, Karmakoma, utilisé par Chéreau comme illustration sonore de la pièce de Koltès "Dans la solitude des champs de coton". Un ton moderne et novateur, à l'image de sa mise en scène.

(B) Dans la série, frontières bousculées et bande originale d'une carrière, il y a le cinéma, bien sûr, mais aussi l'opéra :

Wagner. Slate.fr rappelle que Patrice Chéreau avait révolutionné la mise en scène de l'Or du Rhin en 1976. Un barrage hydro électrique à la place des flots, des putes à la place des filles du Rhin... Et surtout, pour la première fois quasiment, des chanteurs lyriques à qui un metteur en scène demandait d'être aussi des acteurs... Scandale à l'époque... Depuis cette mise en scène, le temps où les chanteurs se plantaient comme des piquets devant le public, n'est plus...

(Patrick) A la Une de la presse également : le non lieu pour Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt

(B) Et ce qui est amusant, c'est que pour les éditorialistes, le retour de Nicolas Sarkozy en politique est quasiment acquis... Petite bataille d'éditos, Gaëtan ? D'abord Denis Daumin dans La Nouvelle République du Centre Ouest

(G) Et toc ! Il jaillit de sa boîte comme le diablotin à ressort. Même pas mal ! C'est à cela qu'on identifie les tempéraments politiques. Jamais morts !

(B) On m'imagine mal en effet se contenter de faire des conférences privées sur l'avenir de l'économie mondiale. Donner son avis sur la réalité française doit le démanger. C'est une affaire de quelques semaines ou quelques mois. Ça c'est Patrice Chabanet dans le Journal de la Haute-Marne .

(G) Et dans sa reconquête, si rien ne l'en empêche, ce sera dans son propre camp que l'on verra très vite les premières victimes joncher le sol... écrit Yves Harté dans Sud Ouest

(B) Conclusion de Jean-Michel Servant dans Midi Libre : lui qui hésitait sur son come-back a au moins trouvé une motivation pour reprendre les rênes de son parti : la vengeance !"

Comme Gaëtan Roussel aime bien le sport, vous avez lu de très près L'Equipe ... A la Une : Rugby la folie des grandeurs

(B) Un grand stade dédié au rugby, une nouvelle coupe d'Europe, des arbitres critiqués et l'envie de toujours plus d'argent... Les idées délirantes ne manquent pas en ce moment dans le rugby... Pour Laurent Campistron dans L'Equipe , cela commence à faire beaucoup... Extrait de son article :

(G) « Depuis que son top 14 se trimballe l'étiquette de plus grand championnat du monde, le rugby a la tête qui enfle.

(B) Ses joueurs, entraineurs et présidents affichent de moins en moins de respect pour les arbitres. Le rugby est-il devenu fou ?

(G) Ou évolue-t-il simplement avec son temps, lancé dans une course effrénée à l'armement qui ne laisse aucune place au sentiment ? »

Quoi d'autre dans la presse ?

(G) Le retour des chemises ridicules !

(B) Ah oui, comment les chemises ?

(G) Mauve, vert et rouge

(B) Et c'est dans les sommets internationaux qu'elles font leur retour

(G) Oui... Le président chinois Xi Jin Ping en rouge très communiste, Vladimir Poutine dans un admirable vert et le secrétaire d'Etat américain John Kerry en mauve... C'était hier au sommet Asie-Pacifique en Indonésie...

(B) Beaucoup plus sérieux, à la Une de La Croix , un village fantôme près de Fukushima. Itate.

(G) Village vidé de ses habitants, interdit d'y passer la nuit, impossible d'y cultiver quoi que ce soit. Et l'obsession du taux de radioactivité. Une image tirée du reportage de Dorian Malovic : un homme qui fait une expérience avec de la cendre de bois. Il la tasse dans une boite, il la met dans une sorte de mixer. Chiffre à l'écran : 19.0000 Becquerel. L'homme peut consommer des produits à un niveau de 100 Becquerel.

(B) Dans Le Parisien , la suite d'une histoire dont je vous parlais la semaine dernière. Celle des parents d'Amélie, jeune femme très lourdement handicapée. Pas de place en structure spécialisée pour elle. Les parents sont épuisés. Ils avaient porté plainte en justice, pour obtenir une place et non pas de l'argent. Ils viennent d'obtenir gain de cause. C'est inédit et cela pourrait créer un précédent.

Dans la sélection du New York Times en supplément du Figaro , Gaëtan, une championne d'échecs chinoise...

(G) D'habitude, les joueurs d'échecs sont considérés comme des intellos, mais là, de son propre aveu, Hou Yifan, 19 ans, est une étudiante moyenne. Mais selon le New York Times , elle est l'un des plus grands prodiges des échecs de l'Histoire. Elle est championne du monde et parmi les 10 meilleures depuis qu'elle a 12 ans. Résumé en titre : moyenne en cours, géniale aux échecs.

(Patrick) Et puis, Gaëtan Roussel, vous vous êtes intéressé à un article sur l'artiste de street-art BANKSY... C'est à lire sur lemonde.fr

(G) C'est un jeu de piste... Banksy fait de New York à la fois son atelier et sa galerie d'exposition raconte Stéphane Lauer

L'artiste britannique, dont on ne connait toujours pas la véritable identité, rappelle ainsi à ceux qui s'arrachent ses œuvres pour des centaines de milliers de dollars que son travail appartient à la rue et son caractère éphémère en est une partie intrinsèque.

Le travail de Banksy est donc à voir tout le mois d'octobre à New York... Ceux qui l'aiment prendront l'avion...

Retrouvez aussi la chronique d'Erudit Doudam d'André Manoukian consacrée à Orpailleur, le dernier album de Gaëtan Roussel.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.