Patrick Cohen : Conséquence de la grève : les quotidiens sont à lire sur Internet ce matin... Le climat du jour peut se résumer en une formule : tout comme prévu... ou presque... Bruno Duvic : Et avant de passer au plus important, les retraites, un mot de l'équipe de France quand même ! Pour ceux qui se sont couchés à la mi-temps, hier soir, tout se passait comme prévu : 0-0, ça sentait la défaite sur un contre de la Bosnie à la 85ème minute. Et puis, non, les Bleus ont gagné 2-0... Et ça fait du bien ! s'exclame L'Equipe ce matin. Le quotidien sportif s'emballe : la victoire d'hier, c'était le coup parfait. Une équipe s'est révélée à elle-même. Les Bleus ont été magnifiques, le milieu de terrain magique, l'homme du match s'appelle Benzema, l'un des bannis du Mondial. Ca fait du bien, mais le dessinateur de L'Equipe, Chenez, replace cette victoire à sa juste proportion : trois petits Bleus sont au pied d'une immense échelle. Ils lèvent les bras : "ça y est Laurent !". Ils ont simplement grimpé le premier barreau. Patrick Cohen : Tout comme prévu, ou presque, on passe au dossier des retraites... Bruno Duvic : Comme prévu, la mobilisation d'hier a été importante. Comme prévu, le gouvernement ne veut pas céder sur l'essentiel. Alors que se passe-t-il maintenant ? C'est là qu'arrive le "presque" car les cortèges ont été particulièrement fournis. Deux millions 700.000 personnes dans la rue selon les syndicats, un million 200.000 dixit la police. C'est "une mobilisation importante" pour Ouest-France, "Un avertissement clair et net" pour L'Est-Républicain et "un succès qui change la donne" pour La Dépêche du Midi. Alors ce matin, il y a ceux qui croient, en effet, que la donne a changé. "Le pouvoir n'a pas partie gagnée" écrit Patrick Appel Muller dans L'Humanité. De quelle marge de manœuvre disposent les syndicats ? Pas énorme, selon Paul Burrel dans Ouest-France, car le calendrier est délibérément resserré. La réforme doit être votée dans une semaine exactement. Pour taper fort et vite, doivent-ils décider la grève générale cet après-midi ? Philippe Waucampt a des doutes dans Le Républicain-Lorrain. C'est une arme très délicate : ou le mot d'ordre est mal suivi et c'est le râteau... ou ça marche trop bien et ça devient dangereux pour tout le monde, sous-entendu les organisations risquent de ne plus maîtriser la base. On verra ce qu'elles décident. La plupart des éditorialistes plaident pour le compromis ce matin. Dans le cadre très contestable du projet, il existe une place pour les compromis, dit Laurent Joffrin dans Libération. Mais pour cela, conclut Joffrin, une seule manifestation ne suffira pas. Autrement dit : les syndicats doivent maintenir la pression. "Alors le temps des concessions est-il venu ?" comme le titre La Croix ce matin. Fillon reste ferme mais promet des ouvertures résume Le Figaro. C'est Nicolas Sarkozy qui doit faire des annonces ce matin en Conseil des ministres. Au passage, Le Parisien relève que le président a repris les commandes de cette réforme. C'est le dernier point saillant de la journée d'hier à lire la presse. Le ministre en charge des retraites, Eric Woerth, n'est plus audible comme l'écrit "Rue89". Hier sur TF1, il n'a répété que des banalités souligne Jacques Camus dans La République du Centre. Encore plus cruel, François Langlet dans La Tribune : "Chaque fois qu'Eric Woerth ouvre la bouche pour défendre cette réforme, il fragilise son propre camp". Jean-Marcel Bouguereau a noté le climat d'impopularité qui suintait de toutes les manifestations. Et c'est peut-être cela le plus inquiétant pour le gouvernement selon Jean-Pierre Bédéï dans La Dépêche du Midi, ce climat de défiance généralisée à l'égard de sa politique économique et sociale. Encore un mot pour dire que Marianne n'a pas trouvé le PS à la hauteur du débat, hier, à l'Assemblée. Le Parti socialiste a examiné la réforme avec une aménité qui tranchait avec l'exaspération populaire. Pour Joseph Macé-Scaron sur le site Internet de Marianne, il y avait un décalage entre les deux mondes. Patrick Cohen : Décalage entre les discours à gauche : c'est ce que relève Le Figaro... Bruno Duvic : Les socialistes hurlent contre la politique du gouvernement vis-à-vis des Roms. Mais sur le terrain, agissent-ils différemment ? La mairie PS de Nantes doit indemniser des Roms qu'elle a fait expulser au printemps dernier (une trentaine de personnes). L'avocate des Roms a relevé un vice de forme. La mairie fait appel. Pour Le Figaro, quelles que soient les suites juridiques, reste le fait avéré que la ville de Nantes, représentée par Jean-Marc Ayrault, a bien demandé l'expulsion au printemps dernier. Bernard Tapie va toucher beaucoup plus qu'annoncé par Christine Lagarde dans l'affaire Adidas qui l'oppose au Crédit Lyonnais. La ministre de l'Economie parlait de 20 à 50 millions en juillet 2008. Selon Le Canard Enchaîné de cette semaine, le Trésor Public va reverser 210 millions à Bernard Tapie. Chiffre contesta par l'homme d'affaire. Le président du Conseil régional de PACA, Michel Vauzelle, est convoqué demain par un juge d'instruction marseillais. Affaire de subventions versées à des associations fictives. Michel Vauzelle dit avoir alerté la justice dès 2007. Il sera entendu sous le statut de "témoin assisté". C'est à lire dans La Provence. Patrick Cohen : A lire encore dans la presse, les déclarations d'un imam, c'est dans Le Parisien... Bruno Duvic : Et l'imam, c'est celui de Drancy qui s'était prononcé contre le voile intégral en janvier dernier. Il publie demain, un livre intitulé : "Pour l'islam de France". Une partie des musulmans se radicalisent dit-il dans Le Parisien. Il y a une vraie guerre d'ingérence étrangère pour prendre les mosquées. Il y a en France, une montée des Frères Musulmans, réputés radicaux, et de l'UOIF, proche des Frères Musulmans. Parallèlement, l'imam voit monter le racisme anti musulman dans le pays. Alors quel est cet islam de France pour lequel il plaide ? C'est un islam habité par la France et qui respecte ses valeurs. Patrick Cohen : A la rubrique "people et politiques", quelques informations et déclarations surprenantes... Bruno Duvic : Mireille Mathieu va collaborer avec la justice russe. La chanteuse vient d'être nommée au Conseil civil du comité d'enquête russe. C'est l'une des plus hautes instances juridico-policières du pays nous dit Le Figaro. Elle enquête sur des affaires très lourdes comme l'assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa. Que diable Mireille Mathieu va donc faire dans cette galère ? Le Figaro avoue ne pas avoir la réponse. Surprenantes aussi les déclarations de Catherine Deneuve qui s'en prend à Carla Bruni-Sarkozy. La première dame de France a apporté son soutien à Sakineh, l'Iranienne menacée de lapidation. Le régime des mollahs lui a répondu très vertement. Et dans ce contexte, Catherine Deneuve s'en prend à Carla Sarkozy : "Etant donné son passé, déclare l'actrice dans un journal italien en pleine Mostra de Venise, elle aurait mieux fait de se taire". Le passé en question : on imagine qu'il s'agit des nombreuses conquêtes de Carla Bruni. Dans la série "méchancetés sur Carla Bruni", l'hebdomadaire satirique "bakchich" laisse entendre que Woody Allen pourrait couper au montage les scènes qu'elle a tournées avec lui cet été à Paris. Pourtant, Woody Allen s'était dit très satisfait de sa nouvelle comédienne. Sortie du film : l'année prochaine. On verra si tout s'est passé comme prévu... ou presque.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.