Patrick Cohen : Sous le regard du Sphinx... Bruno Duvic : L'été dernier, raconte Libération, Angela Merkel a pris ses vacances dans le Tyrol, son mari sous un bras et une biographie de Staline sous l'autre. Voilà ce qu'on peut appeler un voyage irréprochable. Et dans le gouvernement, "Est-ce que ça décolle à plein tube ?" comme le titre Le Canard Enchaîné cette semaine... Le Canard qui révèle donc que François Fillon a passé ses vacances de Noël en Egypte, aux frais de Moubarak. Mais que diable allait-il faire dans cette felouque ? se demande Bruno Dive dans Sud-Ouest... "il est choquant que le premier ministre ait passé ses vacances aux frais d'un chef d'Etat étranger"... Choquante "cette connivence persistante de nos dirigeants avec les autocrates arabes". Connivence... le mot est également utilisé par Laurent Joffrin. Nos gouvernants deviennent "une confrérie suprême qui finit par mépriser les critères éthiques du commun des mortels". Patrick Cohen : Mais sur ce "voyage en classe affaires", comme le titre Libération, la presse est partagée ce matin... Bruno Duvic : Le Figaro rappelle les arguments de Matignon : à l'étranger, le Premier Ministre doit bénéficier de mesures de sécurité d'où l'utilisation d'un avion du gouvernement égyptien. Et refuser l'invitation de Moubarak aurait été une forme d'affront à une époque où le Raïs était considéré comme un élément de stabilité au Proche-Orient. Et puis, il y a l'argument de l'hypocrisie de la gauche que ces pratiques n'ont pas toujours choqué. Libération mentionne les voyages de François Mitterrand en Egypte. Et sur "lepoint.fr", Robert Badinter lui-même rappelle que toute la galaxie politique française a été reçue par l'ancien roi du Maroc, Hassan 2. Seulement, il y a la promesse de République irréprochable qu'avait faite Nicolas Sarkozy. Comment réparer les pots cassés ? Le chef de l'Etat pourrait faire des recommandations aujourd'hui en Conseil des ministres. Que les ministres passent leurs vacances dans l'Hexagone propose France-Soir. De quoi, peut-être, apaiser ce climat du "tous pourris" que le politologue Roland Cayrol sent monter. Il le dit au Parisien-Aujourd'hui-en-France. En tout cas, entre ces voyages et la bataille avec les juges, Nicolas Sarkozy aura beaucoup de choses à dire demain soir à la télévision. Sous le regard de Sphinx des juges : Jacques Chirac aussi. Son procès dans l'affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris approche. Selon "20 minutes", le président du tribunal souhaite l'entendre lors de toutes les journées du procès. Et l'ancien président témoignera-t-il dans une autre affaire, celle de l'attentat de Karachi ? Selon Le Parisien, le juge Marc Trévidic en a fait la demande à son avocat. Patrick Cohen : Sous le regard du Sphinx, les manifestations reprennent de plus belle en Egypte... Bruno Duvic : Et en particulier grâce à un jeune homme aux boucles brunes et au sourire doux à la Une du Wall Street Journal et du Herald Tribune. Il s'appelle Wael Ghonim... c'est le héros qui manquait encore à la révolution égyptienne. Vous avez entendu parler de lui ce matin sur France Inter. Son portrait est également dans Libération et sur "Rue89". Wael Ghonim travaille pour Google au Moyen-Orient. Il a joué un rôle-clé dans la mobilisation de ces dernières semaines grâce à son groupe Facebook. La sécurité d'Etat égyptienne l'a détenu au secret pendant douze jours. Douze jours pendant lesquels sa famille a fait le tour des hôpitaux sans retrouver sa trace. Il est sorti lundi, et il a fait pleurer toute l'Egypte le soir même en racontant sa détention à la télévision et sa douleur d'avoir été accusé de trahison par le régime. "Ce ne sont pas les manifestants qui ont provoqué les morts, mais ceux qui s'obstinent à refuser d'accorder des droits aux Egyptiens". Ses larmes sont les armes les plus efficaces contre un régime qui pensait avoir repris la main. 130.000 personnes se sont inscrites sur un nouveau groupe Facebook pour lui demander de devenir le porte-parole de la révolution. L'interview de Wael Ghonim, a écrit sur Twitter l'un des envoyés spéciaux de CNN en Egypte : "Un tremblement de terre". De l'Egypte à la Tunisie... les destins des hommes sont parfois difficiles à suivre. On parlait hier de l'ancienne plume de Jean-Pierre Raffarin à Matignon, qui a conseillé le nouveau gouvernement après la chute de l'ancien régime. Le site "Mediapart" affirme, documents à l'appui, que le même Hakim el-Karoui a aussi rédigé des notes pour Zine Ben Ali, juste avant sa fuite. "Si c'est un soutien, dit-il, c'est un soutien au pays, pas à Ben Ali". Patrick Cohen : Direction à présent, l'Italie... Bruno Duvic : Après ses multiples opérations de chirurgie esthétique, Silvio Berlusconi ressemble, sinon à un Sphinx, en tout cas parfois à une momie. Sous le regard de la momie, dans ses soirées privées, défilent beaucoup de femmes, légères et courtes vêtues. En Italie, on parle même de "putanocratie". Alors, dimanche, les femmes italiennes veulent dire "basta !" à Berlusconi. "Nous ne sommes ni putes, ni mammas !". Les frasques du Cavaliere ont relancé le féminisme au pays des machos. C'est Le Monde qui raconte... Très en pointe dans les batailles féministes des années 70, les Italiennes ont baissé la garde depuis. Et pendant ce temps, la télé berlusconienne imposait l'image de la p’tite pépé toujours filmée à hauteur de poitrine ou au ras des fesses. Des dizaines de manifestations sont prévues dimanche, écrit Philippe Ridet. Femmes et politique... encore un mot. Selon Les Echos, Anne Sinclair devrait passer un message dans les colonnes du Point, demain : "Je ne souhaite pas que mon mari effectue un second mandat à la tête du FMI". Peut-être un pas de plus vers une candidature de Dominique Strauss-Kahn. Patrick Cohen : Et l'énigme du Sphinx pour terminer... Bruno Duvic : Oui, le Sphinx grec cette fois-ci... Quel être a d'abord quatre jambes, puis deux jambes et enfin trois jambes ? C'est l'homme : à quatre pattes quand il est bébé, sur ses deux pieds quand il est adulte et avec une canne quand il vieillit. Trois âges de la vie, trois illustrations dans la presse... Les bébés et cette expression de "bébé-médicament" qui ne passe pas auprès de beaucoup de commentateurs. Ils lui préfèrent "bébé du double espoir". Les deux jambes de Zidane, elles ont fait des miracles lors des matches France/Brésil notamment. Au matin d'une nouvelle rencontre au Stade de France, Zizou accorde une longue interview à L'Equipe, notamment sur les sujets qui fâchent. Oui, il a touché beaucoup d'argent pour soutenir la candidature du Qatar à la Coupe du monde, mais cet argent a été donné à sa fondation. A un âge plus avancé, on est parfois équipé d'une canne, mais aussi d'un sac à main. L'héroïne du jour est dans France-Soir... c'est une retraitée anglaise qui a mis en déroute six hommes armés qui s'apprêtaient à cambrioler une bijouterie, lundi dernier dans la ville de Northampton. Elle a couru vers eux et leur a délivré une série de sac à main à la tête et aux épaules. Surpris, les malfrats ont pris la fuite. Le Sphinx a le calme des vieilles troupes... mais faut pas pousser momie dans les orties !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.