8H30 la revue de presse

On commence par un candidat à la présidence

Il s’appelle Tokyo Sexwale, il a joué au foot avec Mandela lorsqu’ils purgeaient leurs peines comme militants de l’ANC sur l’ile de Robben Island, 11 ans qu’il travaille à la FIFA, et Tokyo Sexwale est aujourd’hui candidat à sa présidence Portrait et interview dans le Figaro. Entretien assez décoiffant, cet homme là fait envie, je vous le dis, la journaliste Caroline Dumay confesse d’ailleurs que cet homme d’affaires devenu riche, ancien ministre du logement également, est un « charmeur ». Le charme de dire les choses, directement et simplement. Fait-il campagne sur le fait d’être le seul candidat africain ? Et bien oui, cela fait 111 ans réplique t il, que la fifa existe et que 99% de ses dirigeants sont issus d’un seul continent. Si la fifa avait un président africain depuis 111 ans, que diraient les autres ? fait il mine de s’interroger. Son projet de réforme pour cette institution en pleine crise tient en un mot : transparence. « la fifa dit il ne peut plus fonctionner en se cachant, bonus, contrats marketings, on parle de milliards qui circulent…c’est pas sorcier, il nous faut juste ouvrir nos comptes au reste du monde. Quand il y aura de la transparence financière, le problème de la corruption sera résolu » affirme t il. Cet ancien combattant de la guérilla dit s’inspirer de Nelson Mandela qui nous a appris dit il que le sport avait le pouvoir de changer le monde. En afrique du sud, on a utilisé le football pour la paix. Cet outil est trop précieux, dans un monde qui va mal, je ne veux pas qu’on le perde » profession de foi donc d’un homme qui donne envie d’y croire

C’est le 26 février que la fifa choisira son président

La politique en France, ce sont les rumeurs autour du prochain remaniement…et une info ce matin

Une « exclusivité » annonce Aujourd’hui en France/le Parisien : « Martine Aubry se verrait bien au quai d’orsay ». Philippe Martinat affirme que l’actuelle maire de Lille aurait fait savoir « discrètement à François Hollande » qu’elle serait intéressée par le ministère des affaires étrangères. Si discrètement que ça se retrouve dans le Parisien. Le journaliste énumère les bonnes raisons que le président aurait de réintégrer dans le gouvernement son ex rivale à la primaire : son arrivée à un poste régalien aurait le mérite écrit il, de rétablir l’équilibre d’un gouvernement qui pencherait nettement à droite, de réinstaller la parité hommes/femmes après le départ de Christiane Taubira, et puis aux affaires étrangères, Martine Aubry serait tenue à la solidarité gouvernementale. Pas un mince avantage quand on se souvient de ses « sorties » par exemple sur « Macron ? Ras le bol ». Affaiblie par la défaite de son candidat aux régionales, et convaincue que pour contrer le social libéralisme de Manuel Valls, Martine Aubry ferait elle le pari qu’il faut être désormais aux côtés du président pour peser. Mais le choix reste cornélien pour François Hollande, car s’il donne le poste à la maire de Lille, il y aura sans doute, écrit Martinat, une explication de gravure avec Ségolène Royal qui vise le poste. Ségolène Royal qui reste convaincue que Martine Aubry lui avait volé sa victoire à la tête du Ps après la présidentielle de 2007… Ségolène Royal dont la presse donnait la semaine dernière pour acquis qu’elle avait obtenu le quai d’orsay…bon, on attend l’explication de gravure

Et au fait, je sais qu’on l’a déjà mentionné ce matin, mais le Huffington post est l’un des rares à le souligner : 441 députés étaient absents hier de l’assemblée nationale pour voter l’inscription de l’état d’urgence dans la constitution. « ca donne une mauvaise image de la politique » disait il y a quelques instants Gilles Boyer à Léa Salamé. Oui, pour le moins

Le versement du revenu de solidarité active doit il être conditionné à une activité, même bénévole : le débat a été relancé vendredi par le conseil département du haut Rhin, présidence Les républicains

Le gouvernement aura mis 3 jours à répondre. Mais hier la ministre des affaires sociales MArisol Touraine a finalement clos la discussion, « pas question, le rsa est une prestation, un droit avec des obligations, mais définies nationalement » citation du Parisien. « Je ne vois pas une collectivité s’engager dans une démarche illégale »a-t-elle conclu

Mais la polémique est née. Les éditorialistes réagissent ce matin. « L’intuition n’est pas nécessairement mauvaise concède Guillaume Goubert dans la Croix, et puis cela a permis d’alerter l’Etat sur la situation financière des départements qui font face à des dépenses sociales croissantes sans recette complémentaire, mais Fallait il pour cela faire un chantage sur les prestations des plus démunis ? Assurément non répond t il.

Presse locale partagée sur l’initiative du haut Rhin : Alain Dusart dans l’Est républicain regrette que des « politiques simplistes désignent des boucs émissaires », à savoir ses pauvres ; « il n’est pas scandaleux de demander quelques heures de leur temps à ceux qui vivent de la solidarité nationale réplique Raymaond Coureau dans l’Alasace. Et puis cette participation est une chance de se réinsérer dans la vie collective » C’est provocateur mais pas forcément idiot » conclut il

Histoire de se faire peur, et de se dire que ça peut être pire ailleurs, à lire dans le Monde, sous la plume de Philippe Ridet, l’initiative d’une élue de la Ligue du Nord. Dans sa petite commune du Piémont, elle veut interdire aux enfants l’accès des jardins publics et des cantines scolaires, quand leurs parents ne paient pas les taxes municipales. Pas de toboggan et pas de repas pour les mauvais payeurs, les plus pauvres évidemment, souvent issues de l’immigration. Difficile à appliquer dans la réalité, mais qu’importe explique Ridet, ce qui intéresse la Ligue du Nord c’est d’occuper le terrain médiatique et de faire la preuve qu’elle se consacre aux choses concrètes dans les collectivités dont elle est chargée…Toute ressemblance avec des situations françaises …n’est pas forcément fortuite et involontaire

On termine Hélène par les primaires américaines…le vote a lieu aujourd’hui dans le New Hampshire..

Et la presse française se prend de passion ce matin pour le favori démocrate du jour, Bernie Sanders. Il y a quelques heures, un sondage diffusé par CNN créditait sanders de 61% des intentions de vote, contre 35% à Hillary Clinton dans le Newhampshire.Si Libération souligne surtout le « contraste saisissant, entre lui sur scène, visage ridé et cheveux blancs, quand à ses pieds, une foule souvent jeune l’acclame comme une rock star, i love you bernie », dans l’IOWa la semaine dernière ce papy de 74 a raflé 84% des suffrages des moins de 30 ans…L’Humanité se régale par avance de ce « rêve fou d’une jeunesse américaine ». L’Huma qui parle déjà de « Révolution Sanders . « Ce phénomène sanders vient s’ajoutera aux petits cailloux planétaires, s’enthousiasme Michel Guilloux dans son édito, qui de Corbyn en Grande Bretagne, à la Grèce, au Portugal ou l’Espagne, jaillissent sous les pieds des puissants de façon inattendue »…L’Huma plein d’espoirs donc…Ardeurs à calmer néanmoins si on lit l’article de The Economist qui se demande quel socialiste est ce M.Sanders ? il n’est pas à proprement parler un socialiste, il est d’ailleurs très loin de Karl Marx explique le journal, loin de la collectivisation des moyens de production. Alors oui il s’affiche comme socialiste parce qu’il veut réduire les inégalités, mais ne vous inquiétez pas dit le magazine, il vous laissera votre maison, votre chien, et ne vous enlèvera pas votre bébé pour l’élever dans des dortoirs collectifs. Bref, c’est un social démocrate conclut The Economist

Un social-démocrate qui fait rêver l’Humanité…le journal.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.