Des souvenirs dans Midi Libre, le Guardian, le New York Times, d'un homme, Carrière, que Libération, justement refuse de résumer... L'Express dit l'ambition d'Eric Zemmour qui frétille devant la présidentielle. Le Monde raconte Steve Stievenart, qui s'est forgé un corps de force et bonne graisse pour défier les eaux.

On parle d'un bébé... 

Un vraiment beau bambin, la preuve, il avait remporté le grand prix d'honneur du concours de Lamalou les bains en septembre 1931, et dans un autre siècle, en 2015, Jean-Claude Carrière dirait à Midi Libre qu'il avait gardé cette récompense que sa maman alors avait fait encadrer... Cinq ans plus tard, l'été on l'honorait à Bédarieux, c'était encore dans Midi Libre, en inaugurant un cinéma qui portait son nom et puis voilà..  Jean-Claude Carrière est mort hier soir et dans les bonnes nécrologies qui ont pointé sur les sites des journaux,  celle de Libération est la plus belle qui dit ceci... "Jean-Claude Carrière vient de mourir et on déclare forfait : il est impossible, sans ridicule, de synthétiser son œuvre ou d’en faire le tour en une étiquette... " 

Mais dans l'immensité d'une œuvre où vous entendez les noms de Buñuel, Louis Malle, Milos Forman, Peter Brook, Mahabarata, Dalaï Lama, Libération dans son tamis a trouvé une clé de carrière, le biais, que Carrière avait appris dans son enfance rurale en sciant, car la scie doit être de biais pour pénétrer le bois, "il ne faut surtout pas appuyer fortement la lame de la scie mais la poser sur le bois et laisser les dents de métal trouver d’elles-mêmes le droit chemin de la morsure." Et ainsi en biais Carrière avait goûté à tant de mondes, fidèle au môme de 5 ans qui dit Libération avait placé un bouddha dans la crèche du Petit Jésus... 

Au matin après sa mort, je suis allé par internet lire de vieux articles du temps où Carrière était là, j'en retiens ceci, qu'il possédait dans sa maison de Pigalle qui avait été un cercle de jeu et une maison de passe, quelques 40.000 livres, 10.000 de moins que Umberto Ecro avec lequel il cosignait, nous sommes en 2012 dans le Guardian, un ouvrage à la gloire des bouquins, dans l'article Carrière informait le Guardian ravi que "En attendant Godot" avait été traduit en langue aztèque, le nahuatl, il l'avait déjà commandé... 

Le New York Times l'avait surnommé dans les années 80 "le grand collaborateur", pour son compagnonnage avec les réalisateurs,  il aimait  raconter le couple qu'il formait avec Luis Buñuel, Belle de Jour, le Journal d'une femme de chambre, le Charme discret de la bourgeoisie... Il était passé des tendres clowns  Pierre Etaix et Jacques Tati au surréaliste Buñuel, avec logique, puisque le surréalisme et le burlesque étaient nés à la même époque, dans les années 20. "Les films de Buster Keaton sont beaux comme des salles de bains" avait écrit Buñuel dans le premier numéro de la revue surréaliste. On apprend plein de choses en lisant les journaux. 

Ceci vient du site de l'Obs., un entretien pas si vieux, 2018, où Carrière  se souvenait qu'avec Buñuel, quand ils s'enfermaient dans des hôtels au Mexique ou en Espagne pour se muscler l'imagination, ils testaient leur scènes sur un couple de français moyens, Henri et Georgette, qu'ils avaient imaginé... Quand Carrière tournait le dos, Buñuel se couchait par terre, la bouche ouverte, les yeux exorbités... La première fois, Carrière avait cru qu'il y était passé, la fois d'après, il avait dit à l'espiègle, "Luis cette fois ca ne prend pas." Et Buñuel avait répondu:  "Ah j'avais oublié que je m'étais déjà montré mort devant vous." Carrière mort se montre encore vivant..   

On parle aussi de l'eau ce matin... 

Et l'on retrouve un monde surréaliste à sa façon, quand les Echos nous disent que ça y est, c'est arrivé, le Nasdaq et la bourse de Chicago ont lancé des contrats à terme sur l'eau de Californie, on peut depuis décembre spéculer, acheter et vendre des millions de litres d'eau sans en voir la moindre goutte...  Dans les Echos encore on voit un homme joufflu  terriblement vivant et démiurge, Elon Musk  a acheté pour un milliard et de demi de dollars de bitcoins, et la cryptomonnaie s'emballe, c'est une réalité...  J'apprends dans le Parisien que des gendarmes français ont réussi à décrypter la messagerie privée de barons de la drogue, et que nos policiers aiment les cartes Sim des dealers, on y trouve les noms des clients, le monde est cyber.  

Mais on parle aussi d'ambitions 

De quelques insatiables, le site les Jours affirme que c'est quasiment fait, Vincent Bolloré va acheter Europe Un, un cadre de Vivendi dit vouloir faire CNews à la radio... Pendant ce temps, une enquête sur le site de l'Express, nous dit qu'Eric Zemmour qui prospère sur CNews, frétille vraiment à l'idée d'une candidature présidentielle, il aurait demandé au maire de Béziers Robert Ménard comment rassembler de parrainages, et lors d'un déjeuner en terrasse (oui il déjeunent) le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand a trouvé que Zemmour goutait  fort  les saluts des passants; le polémiste envoie des sms doux à des élus RN, Marine Le Pen ironise, un militant d'extrême droite identitaire, nommé Damien Rieu pose sur les réseaux sociaux avec un mug Zemmour, déjà un colifichet?    

On le retrouve, ce militant Damien Rieu, sur le site de l'Obs, en squatteur d'une belle ambition, appelant sur twitter à s'abonner à Neo, une nouvelle télé web lancée par le journaliste Bernard de la Villardière, qui veut concurrencer Brut Konbini et Loopsider avec un autre positionnement, un parti pris de terroir, de vidéos locales, d'enracinement: son premier film racontait la première fois des Corons de Bachelet au stade Bollaert de Lens. Dans l'Obs les animateurs de Neo, proches parfois de Michel Onfray jurent qu'ils n'ont aucune attache politique et pensent simplement que le local est le nouveau cool -quant au soutien identitaire, on glisse chez Neo une phrase de Charlie, c'est dur d'être aimé par des cons... Méchant.    

Sur le site du Monde vous verrez le splendide Steve Stievenart de Wimereux, Pas-de-Calais, et son corps dodu qui défie le froid les vagues, 1m80 110 kilos de bonne graisse fabriquée au régime harengs sardines maquereaux,  pour emmagasiner des réserves quand il traverse la manche aller-retour, entre autres exploits, il dit que dans une vie antérieure il était un phoque... Oui mais? Avant le Monde, il était en local, un héros de la Voix du Nord: en allant regarder j'ai découvert qu'en mars 2019 Steve revenant de s'entrainer dans la tempête avait sauvé des eaux un gamin paniqué coincé sur un rocher. Quelle histoire Carrière de biais aurait-il dit.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.