Alors ce matin, vous vous en doutez... tous les éditoriaux, la quasi-totalité des Unes, sont consacrés à la conférence de presse de Nicolas Sarkozy hier matin... Avec d'abord quelques applaudissements pour la performance... "Quel show !", s'exclame, en Une, Le Parisien-Aujourd'hui en France... Et les comparaisons vont bon train... "Il y avait du De Gaulle dans Sarkozy", note Bruno Dive dans Sud-Ouest... "Même faconde... même souci de mettre les rieurs de son côté... même jouissance à se livrer à la meute journalistique pour mieux la séduire, la dompter, la rabrouer"... "Un one-man-show qui a mêlé les genres", explique Michel Noblecourt dans Le Midi Libre... "une théâtralisation à la De Gaulle... un copinage avec ses ministres... une solennité impériale d'hyper-Président... une transparence inédite sur sa vie privée"... "Ah il est fort, tout de même !", constate Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... Mais assez vite, l'éditorialiste tempère : "Il est fort, comme on le dit d'un magicien, d'un hercule sur la place, ou d'un candidat à 'Questions pour un champion'"... Eh oui... "On naît De Gaulle, on ne le devient pas", assène Pierre Taribo dans L'Est Républicain... "N'est pas non plus philosophe qui veut... Alors la conférence de presse de Nicolas Sarkozy ne sera pas l'un des tournants du quinquennat... Elle restera dans les mémoires comme un moment de communication plutôt bien maîtrisé, durant lequel Nicolas Sarkozy a fait du Sarkozy"... C'est vrai que, côté paroles, ironise Pierre Laurent dans L'Humanité, "il nous avait préparé le grand jeu... Envolées lyriques, formes ciselées, réparties assassines... tout y était"... C'est ce qu'Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, appelle "la méthode du prestidigitateur... Elle est simple : quand une question est dérangeante, il s'en empare sans ciller, la réduit à sa caricature... Et hop ! Le tour est joué"... Question dérangeante beaucoup donnée en exemple ce matin dans les récits que font vos journaux de la conférence de presse... celle de Laurent Joffrin : "Vivons-nous sous un régime de monarchie élective ?... Y a-t-il aujourd'hui un seul homme dans l'Etat ?"... Le journaliste de Libération a été, comme on dit, "renvoyé dans ses 22" par une pirouette qui a mis les rieurs du côté de l'Elysée... "Vous croyez que je suis le fils caché de Jacques Chirac ?"... Et ce matin, dans son éditorial évidemment, Laurent Joffrin revient sur l'épisode... "On a donc le droit de tout dire en France, sauf ce que tout le monde sait : que Nicolas Sarkozy a poussé à son paroxisme la personnalisation de la Présidence et la concentration du pouvoir... Pour la presse étrangère, c'est une banalité... En France, on s'étonne que cela puisse être dit... Sans doute la virulence de la réponse traduit-elle une déception du monarque... Il existe encore un journal d'opposition dans ce pays... Manifestement, pour le Président, c'est un de trop"... Alors des applaudissements et des critiques sur la forme... La même chose sur le fond... "Sarkozy, le pied sur l'accélérateur"... C'est le titre en Une du Figaro... qui souligne que le Président prend de nouveaux engagements pour 2008... et note, pêle-mêle, la fin des 35 heures... la suppression de la publicité sur les chaînes de télé publiques... la réforme de l'école primaire... le soutien de la Caisse des Dépôts aux entreprises françaises... Et dans son éditorial, Etienne Mougeotte trouve qu'il y a, dans ce discours, quelque chose qui peut ressembler à la "nouvelle frontière" de John Kennedy... "Lui aussi, dans son discours d'investiture en 1960, il avait voulu donner du sens à sa Présidence"... Et l'éditorialiste résume ainsi la "nouvelle frontière" du sarkozysme : "La rupture au service d'une politique de civilisation"... "Sarkozy lance les grands travaux du quinquennat"... C'est l'analyse du Parisien-Aujourd'hui en France... "Il veut tout changer", note le journal... qui liste "12 réformes-clés dans cette série de grands chantiers en forme de programme électoral"... Alors oui, il a une vision de l'avenir, concède Jean-Yves Boulic dans Ouest-France... "Mais au revers de la médaille, on trouve des demi-silences, et comme un malaise... Croissance, salaire, vie chère : tous ces repères, qui marquent la progression chez nous de la pauvreté et l'impuissance de la politique, ont été évacués du discours"... "Nous avons eu droit à l'aveu inattendu de l'impuissance de l'Etat à faire mieux sur le pouvoir d'achat", explique Daniel Ruiz dans La Montagne... "Comme la rupture, le 'travailler plus pour gagner plus' a été expurgé hier du vocabulaire présidentiel"... "Manifestement, celui qui s'était annoncé comme le Président du pouvoir d'achat est maintenant en retrait sur cette question", écrit Georges Valance dans L'Eclair... "Il ne peut, a-t-il dit, ni puiser dans des caisses déjà vides, ni donner des ordres dans l'entreprise... ce qui, soit dit en passant, ne devrait pas être une découverte"... C'est ce que François-Xavier Pietri appelle, dans La Tribune, "le premier renoncement"... "En somme, les 14 milliards injectés dans l'économie française, et dont on ne mesure pas vraiment l'impact sur le pouvoir d'achat, sont de l'histoire ancienne... L'Etat ne remettra plus la main à la poche pour nourrir les attentes des Français"... "C'est enfin la vérité !", préfère remarquer Dominique Seux dans Les Echos... "Depuis des années, à laisser croire que l'Etat pouvait tout faire ou presque, tous les responsables politiques sont tombés dans le piège qu'ils s'étaient eux-mêmes tendu"... L'éditorialiste qui se félicite de la clarté sur les 35 heures, mais regrette que le Président n'ait pas parlé de l'indispensable réforme de l'Etat... Un autre regret... là, il est signé Dominique Quinio, dans La Croix... L'éditorialiste trouve "pesante la rhétorique préférée de Nicolas Sarkozy selon laquelle, avant lui, rien ne s'est fait... Il est pourtant des réformes d'aujourd'hui qui ont été engagées avant son quinquennat et préparées, au moins dans les esprits, par les tentatives des autres.. Il est aussi des idées-chocs que d'autres ont avancées avant lui"... Alors vous le savez... hier, 600 journalistes ont assisté à cette conférence de presse... un bon tiers issu de la presse étrangère... Du coup, bien sûr, quelques commentaires hors de nos frontières... "Le Président bling-bling assume son style", explique à ses lecteurs le Financial Times... Pour ce quotidien économique, "le discours du Président français a été particulièrement terne... Il n'a guère contribué à dissiper l'accusation selon laquelle il est de plus en plus éloigné de la vie quotidienne du peuple français"... La presse italienne retient surtout l'annonce du retrait de toute publicité de la télé publique... La Repubblica appelle ça "la révolution de Sarkozy"... Dans le Corriere della Sera, un encadré, à la fois ironique et vengeur... Après les critiques françaises des années Berlusconi, l'Italie est surclassée, note le journal... En Belgique, Le Soir, comme La Libre Belgique, retient un discours fait de valeurs plus que d'annonces concrètes... "Nicolas Sarkozy veut agir, mais il s'essouffle", analyse Le Soir... Pour Le Courrier de Genève, cette conférence de presse a ressemblé à une fuite en avant... "une fuite en avant où le Président français rajoute périodiquement de nouvelles couches de propositions... ce qui anesthésie celles qui n'ont aucune chance de survie"... Et toujours en Suisse... Le Temps s'inquiète d'un Président français qui se pose en bâtisseur d'une nouvelle civilisation avant d'avoir traité à la racine les maux économiques de la France... C'est un peu comme mettre la charrue avant les boeufs, semble dire l'éditorialiste... "Nicolas Sarkozy court le risque de passer à côté de l'essentiel"... Et sinon, dans la presse... D'autres sujets intéressants, bien sûr, mais largement moins développés... Le déplacement de George Bush au Proche-Orient... "Israël attend de Bush des garanties de sécurité", note Le Figaro... "Bush au Proche-Orient : une visite pour rien ?", s'interroge Libération... Une autre question pour La Croix : "Bush peut-il faire avancer un accord israélo-palestinien ?"... Et puis dans Télérama... un reportage entre Israël et Palestine... Ca s'intitule "Scènes de partage du côté de Gaza"... l'histoire d'Amira Haas, une journaliste israélienne, et de Mahmoud al-Safadi, détenu palestinien... Ils ont dialogué pendant 5 mois grâce à un téléphone introduit clandestinement en prison... De cet échange sont sortis un livre et une pièce de théâtre... une pièce créée ces jours-ci à Paris... Dans Les Echos... vous lirez un dossier d'actualité... deux pages consacrées aux soldes... "La logistique des soldes : un vaste et complexe remue-ménage"... Et puis, pour finir... c'est Le Figaro qui vous le dit... Sachez qu'une vie saine peut prolonger l'existence de 14 ans... Alors, vie saine : il n'y a pas de mystère... Cela veut dire ne pas fumer, boire peu d'alcool, manger des fruits et des légumes, et faire régulièrement de l'exercice physique... C'est le résultat d'une enquête anglaise... une enquête qui s'est déroulée sur 14 années justement... Et dans ce contexte... ce sujet dans France Soir fait désordre... un reportage dans le Nord-Pas-de-Calais, où des distributeurs de frites ont vu le jour... Et au-delà de l'anecdote, "la frite met le Nord en ébullition", explique le journal... Dans cette région où le pourcentage d'obèses est parmi les plus importants de France, la machine à frites fait polémique...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.