Le militant anti-raciste est un bébé phoque. Abandonné de tous sur la glace. La différence avec le bébé phoque, c'est qu'il ne suscite pas la compassion.Dans les années 80, dit Alain Jakubowicz, de la Licra, dans Le Nouvel Observateur , c'était tendance d'avoir la petite main jaune "Touche pas à mon pote". Aujourd'hui, au mieux, on nous voit comme des ringards, au pire comme des censeurs de la liberté d'expression.

La France est-elle raciste ? Non, en tout cas beaucoup moins qu'il y a 60 ans, répond le sociologue Vincent Tiberj, toujours dans Le Nouvel Obs . En 1946, un sondage commandé par l'Ifop posait la question suivante : « les Juifs sont-ils des Français comme les autres ? » 64% des personnes interrogées répondaient pas d'accord. Des questionnaires étaient distribués aux étudiants de Sciences Po : la race blanche est-elle supérieure à la race noire ? Le simple fait de poser la question est imaginable aujourd'hui.La France est-elle raciste ? Oui, répond en substance le même sociologue, qui a établi un indice de tolérance à partir des enquêtes de la commission nationale des droits de l'homme. Cet indice de tolérance était en hausse de façon constante depuis les années 90. De plus en plus de tolérance, donc. Il est en baisse nette depuis deux ans. Si l'antisémitisme continue de décliner dans l'opinion publique, monte le rejet des étrangers, des immigrés et surtout des musulmans. Et sur un mode communautaire.

Faut-il interdire les spectacles de Dieudonné ?

52% des personnes interrogées sont pour, 48% sont contre, selon un sondage CSA pour Atlantico .

Opinion divisée. L'appartenance politique est un critère important : les sympathisants des partis de gouvernement sont favorables à l'interdiction. Les sympathisants plus radicaux ou extrémistes, FN et plus encore Front de gauche, sont contre.

Contre les dérives de Dieudonné et de son complice Alain Soral, « La pédagogie est difficile », écrit Denis Sieffert dans Politis , hebdomadaire clairement ancré à la gauche. « Le problème n'est pas tant de les faire taire que de soustraire à leur influence des jeunes gens qui les suivent pas naïveté, par ignorance, ou parce qu'ils croient donner libre cours à leur rage sociale et politique (…) L'affaire pose beaucoup plus de questions qu'il y parait. Quant à Dieudonné, qu'il aille au diable !»

Qu'est ce qui se joue, dans les spectacles de Dieudonné ? Il y a ceux qui viennent applaudir l'homme qui casse du juif, mais pas seulement. Dans Le Monde , Soren Seelow donne la parole à cette frange de son public politiquement modérée, souvent de gauche et qui se défend de tout antisémitisme.

Que représentent-ils ? Difficile de le savoir, mais ils trouvent Dieudonné « brutalement salutaire dans une société lisse compassée et bien pensante ». On peut, on doit rire de tout selon eux, y compris de la Shoah. L'un de ces représentants de la « génération Dieudonné », comme l'appelle Le Monde , se souvient de cours d'histoire à l'école « culpabilisants depuis le plus jeune âge (...) La Shoah on en a mangé jusqu'à la terminale ». Sentiment d'une hiérarchisation des racismes.

L'énorme problème, c'est que les condamnations répétées de Dieudonné, son obsession pour la question juive ne laissent pas de doute sur ses penchants. Ce n'est plus de l'humour salutaire...

Alors oui, répond Laurent Joffrin dans Le Nouvel Observateur , « il y a un bon usage des interdits ». Oui « on considère que la libre expression du racisme et de l'antisémitisme avant la guerre a contribué à amener au pouvoir des dictatures racistes. (…) Et on considère, s’agissant des sociétés d'aujourd'hui que la cohabitation de populations d'origines diverses suppose qu'on proscrive les paroles discriminatoires ou violentes qui pourraient susciter des conflits interethniques ou interreligieux.»

Dieudonné n'est pas Desproges. Pour ceux qui pensent que l'homme des chroniques de la haine ordinaire serait mis au ban du système aujourd'hui, une petite brève dans L'Obs encore nous apprend qu'il entre un peu plus à Normale Sup, la plus prestigieuse des grandes écoles. Un colloque sur l'humour desprosgien s'y était tenu en juin dernier. En mai prochain, les éditions Rue d'Ulm vont publier les actes de ce colloque, sous le titre "Mais qu'est ce qu'il a de plus que mois Paul Claudel ?"

Le Sénat est-il la boîte noire de la République ?

En tout cas à lire la presse, les sénateurs se sont bien crashés, écrasés, en refusant de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault hier dans une affaire de corruption et d'achats de vote à Corbeil Essones. Condamnation unanime. On en a déjà largement parlé ce matin sur France Inter, juste deux extraits d'édito.

Jean-Marcel Bouguereau, La République des Pyrénées : « On aurait voulu conforter le sentiment que les hommes politiques sont vendus et se tiennent par la barbichette, qu'on ne s'y serait pas pris autrement. »

David Guevart, Le Courrier Picard . Même depuis qu'il penche à gauche, « le Sénat reste fidèle à ses fondamentaux, conservatisme, immobilisme. Voilà une institution très couteuse dont personne ne parvient à démontrer que sa disparition pénaliserait le fonctionnement de la démocratie. » Hier, pour Mediapart , le Sénat a insulté la République.

Dans la boite noire de François Hollande.

Le président a-t-il réellement opéré un tournant avec ses vœux fortement teintés de social libéralisme ? « Entreprises, Hollande lance l'opération séduction », titre, ce matin, Le Figaro .

Le Monde , très Monde , interroge sur ce thème experts, universitaires et historiens. Et en synthèse, le président revient à son inspiration première, celle de sa campagne pour la primaire socialiste. Il mettait alors la résorption de la dette au cœur de son programme. Il avait ensuite placé la barre un peu plus à gauche pour des raisons tactiques. Inflexion tout de même par rapport ces derniers mois : d'un président social démocrate à un président social libéral. Mais un peu honteux. "Il sait, dit l'historien Michel Winock, qu'une trop grande clarification doctrinale peut le couper du reste de la gauche. Et même d'une partie du PS ». « Il a la vision d'un Schröder ou d'un Blair, conclut l'économiste Elie Cohen, mais passera-t-il pour autant à l'action ? »

Le Président de la République qui sera reçu au Vatican par le Pape le 24 janvier. Confirmation à la Une de L'Opinion ce matin. Les François parlent aux François

Dans la boite noire d'un artiste...

Druillet
Druillet © Radio France

Il accorde une interview à L'Express , un portrait de lui est dressé dans le cahier livres de Libération . Le dessinateur Druillet publie ses mémoires à l'approche de ses 70 ans. « Cet homme est une légende, écrit L'Express , ses fresques de science fiction ont révolutionné la BD des années 70, il a inspiré les réalisateurs de Star Wars ou Mad Max. »

Derrière la légende, une enfance sympa : « Mon père était une ordure et ma mère ne valait pas beaucoup mieux » dit il à L'Express . L'ordure en question était un haut responsable de la milice sous Vichy, proche de Philippe Henriot, le chef de la milice. C'est pour ça que Druillet s'appelle Philippe. Ses parents ont connu la fuite à Sigmaringen avec tout le gratin de la collaboration. Enfant il a sauté sur les genoux de Céline. Dans Libération , il raconte sans beaucoup de larmes la mort de son père. « J'avais 7 ans. La veille une chouette est tombée dans la cheminée. Grand mère se signe : mauvais présage. Mon père est mort le lendemain d'une angine de poitrine. »

Un autre dessinateur à l'honneur pour finir. Le caricaturiste de L'Equipe , Chenez, tire sa révérence. Il ajoutait sa touche toujours drôle et tendre au quotidien sportif depuis 25 ans. Dans une dernière série de croquis aujourd'hui, il se met en scène à la table à dessin, à courir après le chrono aux côtés des sportifs depuis 25 ans. But à la 92ème minute : un dessin ! Fignon battu par Greg Lemond pour 8 secondes dans le Tour de France : un dessin ! Dans la dernière case, il est sur son scooter et dit « Au revoir et merci. »

Il va être difficile de perdre l'habitude de chercher le Chenez du jour en lisant l'équipe chaque matin.

Mais l'homme a d'autres préoccupations. Il vient de publier un recueil de dessins et poèmes érotiques. C'est sa boite noire à lui.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.