Patrick Cohen : Quand le jeune s'éveillera... Bruno Duvic : La jeunesse s'est éveillée, ô combien, dans le monde arabe ! Il est un pays où les manifestants jeunes ou vieux, font preuve d'un courage impressionnant. C'est la Syrie. "Rue89" et "Mediapart" publient les témoignages de deux Syriens. Les faits d'abord, présentés par les deux sites d'information... 800 personnes tuées depuis le début des protestations. Aux quatre coins du pays, chaque manifestation est désormais sévèrement réprimée par le régime. Alors, en voici un de manifestant... Il s'appelle Basel Adnan. Il est présenté comme un consultant par "Rue89". Titre du récit : "Mes quinze minutes de manif en Syrie, encerclée par la police". "Vendredi, dit-il, je suis arrivé un peu en retard à Midan, le quartier de Damas, devenu lieu de rendez-vous des opposants au régime. Là, je tombe sur un groupe d'environ 500 supporters du président que j'appellerai des voyous. Armés de barre de fer ou de bois, ils criaient : "Nous sommes tes hommes Bachar !"... Je me rends ensuite à Barzeh, autre quartier de Damas. Là, j'identifie 50 membres de la police secrète et 10 policiers. Ils ont des bombes lacrymos, prêts à dégainer". Pas de sang versé apparemment lors de ces rassemblements, mais un climat : "Parmi les manifestants, raconte Basel Adnan, beaucoup de jeunes hommes qui semblaient désorientés. L'arrestation de quelque 8.000 personnes les a, sans doute, laissés un peu hagards". Hagards mais déterminés, à en croire le scénariste Khaled Khalifa, qui témoigne sur "Mediapart". Il affirme que le mouvement est devenu révolution depuis le mois d'avril. La chute du régime est-elle inéluctable ? Le témoin de "Rue89" répond par une phrase de l'Evangile de Saint-Luc : "Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres". Difficile d'en savoir plus sur ce qui se passe en Syrie. C'est une répression qui se déroule en huis clos comme le titrait Le Monde samedi. Sur le site "streetpress.com", vous trouverez des liens vers des vidéos de manifestations. Pas toujours facile de les dater ou les situer... Patrick Cohen : Encore un récit venu du Moyen-Orient au sens large... Bruno Duvic : Dans Le Figaro, "Le secret des trois veuves de Ben Laden". Elles ont été arrêtées dans son refuge lors de l'opération américaine, et les services pakistanais commencent à les faire parler. Il y a la plus jeune, Amal, 26 ans de moins que l'ex-leader terroriste. Elle n'avait que 17 ans quand il l'a épousée. A en croire son récit, la famille vivait dans la maison d'Abbottabad depuis au moins cinq ans. Et les années précédentes, 2003-2004, la famille était déjà au Pakistan. Voilà qui renforce les soupçons de complicité pakistanaise. La cohabitation entre les trois femmes n'était pas toujours évidente. Même chez les terroristes, il y a des rouleaux à pâtisserie qui volent ! L'une des plus âgées avait très mal pris le mariage du leader terroriste avec la plus jeune. Elle n'avait assisté que très brièvement à la noce. La jeune Amal était originaire du Yémen. Mariage arrangé qui pouvait offrir un lieu de repli à Ben Laden. Ensemble, ils avaient eu une petite fille née à Kandahar juste avant les attentats du 11 septembre. C'est sans doute elle qui a vu son père tué sous ses yeux, il y a huit jours. Patrick Cohen : Quand le jeune s'éveillera, c'est aussi la Une du mensuel "Rue89"... Bruno Duvic : "Rue89" qui plaide pour que la jeunesse et l'école soient au centre de la prochaine campagne présidentielle. Beaucoup de quotidiens, de magazines, de revues, font leur Une sur le sujet... La Croix lance une série sur le thème "apprendre autrement". Elle s'étalera sur un mois. Libération fait sa Une sur la bataille des chiffres dans l'Education. Le ministre Châtel ne sait pas compter... L'Humanité milite contre la réforme du collège unique que prépare le gouvernement : "Collège inique" selon L'Huma. Et puis, deux autre magazines zooment sur le monde des ados et leur éducation. « Sciences Humaines » d'abord, qui publie les résultats d'une enquête sur les loisirs des adolescents. On peut en retenir trois choses : d'abord, le goût pour la lecture des livres décline au fil de l'adolescence. Entre 11 et 13 ans, les jeunes ados sont des dévoreurs de livres et de Bandes Dessinées. Et puis, le goût disparaît... 33% de lecteurs quotidiens à 11 ans, ils ne sont plus que 18% à 13 ans. Au fil des années (c'est le 2ème enseignement), l'influence du milieu social est de plus en plus prégnante. A 11 ans, tout est encore possible. Arrivé à 15-17 ans, les trajectoires divergent. "Sciences Humaines" met en parallèle Louise, plongée dans "L'insoutenable légèreté de l'être" de Kundera, et Ahmet, plutôt passionnée par "Secret Story" et "X Factor". Le côté positif de cela, c'est qu'au début de l'adolescence, tout n'est pas écrit... D'autant que les gamins sont des créatifs. Etre sur Internet ne signifie pas "être passif", loin de là ! « Sciences Humaines » montre Martin, 13 ans, fan de nouvelles technologies et de séries. C'est un acheteur très avisé en ligne et l'auteur d'un blog sur la série "Stargate". Sur l'éducation des ados, on pourra lire aussi le dossier très complet de "Respect-Mag", avec cette citation de Victor Hugo à l'Assemblée nationale en 1848, il se battait contre la réduction du budget des Lettres, des Sciences et des Arts : "On pourvoit à l'éclairage des villes, on fait très bien des réverbères dans les carrefours et les places publiques. Il faudrait aussi faire pénétrer de toute part la lumière dans l'esprit du peuple car c'est dans les ténèbres qu'on le perd". Patrick Cohen : Quoi d'autre dans la presse, Bruno ? Bruno Duvic : L'enquête sur la disparition de Maddie, cette petite Britannique disparue au Portugal, peut-être relancée... Selon Le Parisien, Scotland Yard a interrogé deux hommes déjà condamnés pour pédophilie et qui étaient au Portugal à l'époque où la famille McCann y était. Rafaël Nadal a pris un coup dans le buffet ! Il le dit dans L'Equipe... 37 matches qu'il n'avait pas perdus sur terre battue. Eh bien, c'est fait ! Novak Djokovic, imbattable depuis le début de l'année, a fait chuter l'Espagnol, hier, en finale du tournoi de Madrid. C'est une vraie déflagration pour le quotidien sportif. La campagne de pub qui attire l'œil, vous la trouverez dans plusieurs de vos journaux... par exemple, en dernière page de Libération ce matin. La photo montre des doigts de pied en éventail sur une plage de sable fin. Slogan : "Il paraît qu'en Tunisie, la tension est à son comble". A l'heure de la révolution, le pays mise donc sur l'humour pour faire revenir les touristes. Allez, un dernier mot sur cette jeunesse qui s'éveille... Internet en est évidemment le vecteur privilégié. Et cela va au-delà de la jeunesse. Dans Les Echos et Libération, deux enquêtes, sur le pouvoir que prend l'opinion publique via Internet. Dans Les Echos, enquête sur ces anonymes qui ont fait trembler Sony, victime de piratage. Dans Libé, une forme beaucoup plus souriante de militantisme : le site "viedemeufs.fr"... Il compile les récits de femmes, victimes de sexisme au quotidien. Chacune parle d'une petite expérience personnelle mais au final, cela fait plus d'un million de visites et des milliers de témoignages en moins d'un an. On remarque, au passage, que les femmes ne sont pas les dernières à tomber dans le piège du sexisme. Exemple, ce récit d'une jeune maman : "Premier jour d'adaptation à la crèche pour ma fille de deux ans. La puéricultrice lui montre les jouets et lui tend un mini fer à repasser : "Tiens, c'est pour faire comme maman !". Quand la jeunesse féministe s'éveillera, il y aura peut-être des fers à repasser qui voleront bas !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.