La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par l’incendie qui dévore depuis 7 jours, la région de Fort Mac Murray, la capitale canadienne du pétrole

Pourquoi Fort Mac Murray, pourquoi l’Alberta? Au-delà des images de ce brasier dantesque, explications et accusations dans la presse ce matin. L’Alberta est la 3ème réserve d’or noir du monde nous rappelle la Croix, et ceci a sans doute à voir avec cela.

« L’incendie de l’Alberta, parabole de l’époque » explique Hervé kempf, sur le site Reporterre, le quotidien de l’écologie. « Il était une fois, un monde très riche commence t il, qui ne voulait cesser d’accumuler les richesses. Au Canada, on avait trouvé des sables bitumineux, une source de pétrole qui semblait inépuisable. Mais pour extraire le pétrole de ces sables, il fallait utiliser beaucoup d’eau, de produits chimiques, beaucoup d’énergie, couper beaucoup de forêts ; les autochtones et les écologistes avaient beau dire que c’était un désastre pour la nature, que cela émettait énormément de gaz à effet de serre, les exploitants n’en avaient cure. Mais Ignorer la réalité ne suffit pas à la faire disparaitre...le changement climatique se déploie sur la planète, les régions les plus proches du pôle nord sont les plus affectées. Ce printemps en Alberta, la température moyenne est de 30° au lieu de 15 habituellement. Des conditions idéales pour que se déclenchent les feux de forêt. Ceux-ci ont rugi. 100 000 personnes ont fui une ville détruite, qui croyait qu’on pouvait détruire la nature impunément. Fort Mac Murray, symbole de la folie, de la cupidité et de l’aveuglement » écrit Kempf pour boucler sa parabole. Dans AUjourd’hui en France/le Parisien ce matin, ce spécialiste de l’environnement insiste « ce désastre écologique et humain que nous vivons depuis une semaine, survient dans une région qui subit aujourd’hui les conséquences d’un phénomène planétaire qu’elle a contribué à aggraver »

La romancière et essayiste Nancy Huston, originaire de l’Alberta, s’était d’ailleurs rendue à Fort Mac Murray hélène

Pour y découvrir cette ville champignon, où les compagnies pétrolières exploitent ces réserves de sables bitumineux, Nancy Huston avait participé il y a un an, à un recueil sur la ruée de l’or noir. Entretien à retrouver également sur Reporterre. Elle y racontait la découverte de cette ville digne du Far West, surgie de nulle part, où ne vivent que des hommes, qui ne parlent pas la même langue, que ne réunit que la volonté de faire de l’argent, « à Fort Mac Murray écrivait elle, c’est comme si je voyais l’avènement d’une humanité inhumaine ». Novlangue, propagande, désastre écologique et finalement inhumanité dénoncés par Nancy Huston

Inhumanité…Dans le Figaro ce matin, Ludovic Hirtzmann raconte que certaines compagnies pétrolières sont en dessous de tout : environ 1000 travailleurs de la Canadian Natural Resources sont bloqués sur le site de l’entreprise, raconte t il, la direction refuse de les évacuer malgré la qualité de l’air qui de dégrade.

La pluie de pétrodollars qui s’était abattue sur l’Alberta, avait jusque là écarté toutes les questions…désormais, c’est la pluie tout court que les habitants attendent, pour les sauver d’un désastre pourtant annoncé

9 mai, aujourd’hui, journée de l’Europe, une journée anniversaire assez discrète dans la presse ce matin Hélène

Ouest France tout de même, qui met à sa Une « la crise confiance que vit aujourd’hui l’Union européenne », « saveur aigre que cette journée anniversaire pour les 520 millions d’européens, écrit Christelle Guibert, crise des migrants, montée des populismes, menaces de brexit…Et pourtant, elle retient du dernier eurobaromètre, que les européens croient encore en l’europe, en grande majorité par exemple, ils jugent que seule l’union européenne pourra apporter une solution globale à une immigration qui les inquiète. C’est cette volonté de voir le verre à moitié plein qui pousse la Croix, seul quotidien national à proposer un numéro spécial ce matin, à répondre à la question, l’Europe Stop ou encore ? et bien, Stop ET encore. « Stop, car il est temps d’entendre enfin les critiques, de reconnaitre que la construction européenne n’est pas à la hauteur ni de son projet ni de ses valeurs, écrit Florence Couret dans son édito, mais de l’Europe encore, car il faut la pousser à se réinventer, samedi, des polonais sont descendus dans la rue pour défendre cette europe qui a partie liée avec la démocratie, ce bien précieux que nous envient ces milliers de réfugiés qui se pressent à nos portes ». Stop et encore donc pour la Croix

La presse française a-t-elle trop dit, ou trop écrit que le nouveau maire de Londres, le travailliste Sadiq kahn était musulman ? question posée par un journaliste du Guardian ce week-end et relayée chez nous….

Et un Billet de réponse, juste, ce matin, de la correspondante à Londres de Libération, Sonia Delesalles-STOLPER. Oui on a écrit qu’il était musulman, mais d’abord parce que son concurrent Zac Goldsmitch a choisi lui-même très tôt d’utiliser cette carte, multipliant les allusions racistes. Ce qui a du coup, entrainé une focalisation des commentaires de la presse. Ensuite, parce que l’intéressé a lui-même revendiqué cette appartenance culturelle et religieuse pour souligner le beau symbole de son parcours. Résultat, le Financial Times tout comme le Guardian, titraient au lendemain de la victoire « le premier musulman maire d’une grande capitale européenne ». « Les londoniens n’ont pas élu Sadiq Khan parce qu’il était musulman, mais parce qu’il était travailliste, pro européen, qu’il prônait la modération et l’ouverture. Mais à une époque où « le rejet de l’autre domine de plus en plus l’actualité, le symbole de l’élection d’un fils d’immigré pakistanais musulman mérite d’être souligné » conclut Sonia delesalles. Tout comme la presse étrangère avait largement souligné les origines espagnoles d’Anne Hidalgo quand elle avait été élue maire de Paris, dit aussi que c’était la première femme. C’est pas grave de le dire si ?

On termine Hélène par une ou deux 3 formules que vous avez relevées ce matin dans la presse

Pique d’abord de Nicolas Sarkozy. A vous, futurs concurrents de la primaire des Républicains, on en a parlé, le président de votre parti très droit dans ses bottes sur l’affaire du vote électronique des français de l’étranger, vous dit en substance, « c’est comme ça et pas autrement » dans un entretien au Figaro. Mais on retiendra surtout la pique à François Hollande qui a laissé passer l’accord Europe/turquie « une humiliation pour les européens accuse t il, une folie dans le contexte sécuritaire et migratoire que nous connaissons. Mme Merkel accuse t il a négocié seule avec le président Erdogan. Où était François Hollande pendant ce temps, A une réunion de hé ho la gauche ?» s’interroge t il méchamment.

Et puis petit plaisir de la titraille de Libération, auquel nous ne résistons pas. Dans l’océan de commentaires sur l’hommage rendu hier par Emmanuel Macron à la pucelle d’orléans, Libé s’amuse d’un « Avec Jeanne d’arc, Macron attend des voix ». Bien vu…ça c’était avant que Thomas Legrand baptise à son tour, Macron, de « Puceau électoral d’Orléans »…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.