"Jamais il n'avait eu idée plus folle... plus osée... plus inavouable.... plutôt que de voter blanc, voter mou... franchir la ligne blanche... voter à droite, rien qu'un petit peu mais quand même... Ce fut une expérience incroyable... un vrai trip de l'underground civique... il avait l'impression d'avoir fumé du colza à l'état pur"... C'est un extrait des "souffrances du jeune trentenaire" de Mara Goyet... son personnage se met à voter Bayrou... Le propos est repris par Clémentine Autin, dans le magazine REGARD... parce que, dit-elle, si l'on en croit les sondages, le leader centriste fait un tabac chez les trentenaires... c'est une figure consensuelle à la mode Casimir... Eh bien non, s'insurge celle qui fut l'animatrice des collectifs anti-libéraux dans cette campagne... non, Bayrou n'est pas un monstre gentil et l'UDF n'est pas l'île aux enfants... François Bayrou... en fait ce matin, on ne parle que de lui, il faut bien l'admettre, dans les journaux... du MONDE à LIBERATION, de L'HUMANITE au PARISIEN... ses 20% dans les sondages lui offrent les gros titres... Et dans LE POINT, le leader centriste s'affiche aussi en couverture... LE POINT qui a décidé d'enquêter sur cette énigme... Et conclusion... "de la force tranquille, du rustique et des lettres : Mitterrand est revenu, il s'appelle François Bayrou"... Il y a ceux qui remontent encore plus loin... dans L'ALSACE, André Schlecht s'interroge... "le champion centriste parviendra-t-il à provoquer la réédition de l'atypique duel droite/centre qui opposa Georges Pompidou et Alain Poher en 1969 ?"... Alors que faire ?... c'est l'interrogation à l'UMP et au PS... LIBERATION constate que "le PS surjoue l'indifférence"... et que "à l'UMP, on fait le gros dos"... Mais, il faut être honnête... c'est "panique à gauche et à droite"... l'analyse est signée Jean-Marcel Bouguereau, dans LA REPUBLIQUE DES PYRENNEES... "Et c'est la panique à tel point qu'à gauche, on est en train d'imaginer une forme de répétition du scénario de 2002 où la gauche serait éliminée et où François Bayrou occuperait la place de Le Pen... dans cette hypothèse, le tout sauf Sarkozy fonctionnerait pleinement et c'est bien ça qui fait paniquer du côté du siège de campagne de Nicolas Sarkozy... Alors du coup, quelle stratégie pour enrayer la montée de l'UDF ?... A gauche, on a bien compris... c'est de dire que l'UMP et l'UDF, c'est bonnet blanc et blanc bonnet... en témoigne la Une de L'HUMANITE ce matin... "l'imposture Bayrou"... et le journal explique... "il prétend bousculer le système mais il est l'ami des patrons... il s'oppose à Sarkozy mais leurs programmes sont jumeaux... Il drague à gauche mais pour gouverner à droite"... Et pour l'éditorialiste de L'HUMANITE, Claude Cabanne... "François Bayrou est à Nicolas Sarkozy ce que Pepsi est à Coca"... Alors voilà pour la stratégie à gauche... Du côté de l'UMP, c'est plus complexe... D'abord, on recrute les centristes, Simone Veil, Jean-Louis Borloo ou encore Giscard qui devrait accorder ces jours-ci son soutien au ministre-candidat... Oui mais voilà, analyse Bruno Dive dans SUD-OUEST... "si le candidat de l'UMP engrange les soutiens, sa campagne patine... en face, celui de l'UDF collectionne les défections et son ascension se poursuit"... Et ça, eh bien, ça rappelle quelqu'un à l'éditorialiste... ça lui rappelle Jacques Chirac... "en 95, c'est quand tout le monde ou presque l'avait lâché qu'il avait commençé à grimper dans les sondages"... Du coup, pas sûr que ce soit la bonne stratégie... Mais l'UMP a une autre corde à son arc anti-UDF... c'est le baiser qui tue... C'est LE NOUVEL ECONOMISTE qui le rapporte... l'option du baiser mortel, c'est de rappeller sur toutes les antennes, à chaque interview... que François est un ami... En fait, tout ça, eh bien, François Bayrou l'avait prévu... dans LE FIGARO, Philippe Goulliaud explique que celui qui est persuadé d'aller jusqu'au 6 mai, a mis en garde hier ses partisans... "Accrochez vos ceintures, leur a-t-il dit, les manoeuvres de toute nature et les attaques de tous bords vont se multiplier"... Et s'il s'accroche à son centre, Bayrou... l'explication vient peut-être de là où on ne l'attend pas... de son nom... Bernard Revel, dans L'INDEPENDANT DU MIDI, explique que Bayrou en occitan, cela veut dire : celui qui a les yeux vairons... c'est à dire de deux couleurs différentes... et l'éditorialiste conclut : pour Bayrou, il n'y a pas de doute... l'un est rose et l'autre bleu"... Le rêve de Bayrou, c'est donc l'Elysée... Un rêve qui a été longtemps celui de Jacques Chirac... Le président de la République en est lui, à la séquence des adieux... Des adieux à la politique... c'est donc dimanche que le chef de l'Etat fera une déclaration télévisée qui sera solennelle et non partisane, expliquent vos journaux... Des journaux qui, ce matin, font semblant de croire au suspens... "il dira tout dimanche" titre L'UNION... "sur la présidentielle, Chirac s'est décidé" confirme LA PROVENCE... "Dimanche, ce sera la fin du suspense" selon LE TELEGRAMME... Alors oui... "Jacques Chirac sort de sa réserve... mais rien dans l'attitude du chef de l'Etat ne laisse supposer qu'il ait encore envie d'en découdre", note LA CROIX... Tout le monde est d'accord pour dire que ce sera un moment solennel... Didier Paubel dans LE DAUPHINE LIBERE, explique que c'est sur la manière, le ton, et qui sait sur le message, fut-il subliminal, que le chef de l'Etat est attendu... LE FIGARO confirme... à travers ses mots, on comprendra quel est le profil du candidat qu'il soutient... un choix que dans un deuxième temps, il pourrait officialiser plus clairement afin de ne pas être accusé de jouer contre son camp... Et dans LE MIDI LIBRE, Michel Richard s'amuse de ce mot qui lui reste à dire dans la campagne... son message sur un certain Nicolas Sarkozy... un mot trop distant pour convaincre vraiment ou bien trop chaleureux au point d'être gênant pour un candidat qui se veut de rupture... Tiens, là aussi, cela ressemble aussi au baiser qui tue... Et pendant ce temps-là... eh bien figurez-vous que Villepin s'ennuie... "Dominique de Villepin commence à trouver le temps long à Matignon"... c'est un titre dans LE FIGARO... et c'est aussi le sentiment que l'on a, à la lecture de l'interview qu'il a accordée au PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE... Alors contre l'ennui... eh bien, il y a le jeu... et dans LA TRIBUNE... un gros plan sur les internautes qui parient sur l'info... Le site s'appelle "NewsFutures.com"... et on peut donc y parier sur l'actualité... y compris électorale... en fait, selon LA TRIBUNE, c'est plus qu'un simple jeu... ce sont de véritables bourses à l'info... Les probabilités de Une des journaux de demain s'échangent comme des actions en Bourse... et toutes les infos se valent... de l'augmentation du Smic à la nationalité belge de Johnny Hallyday... de François Bayrou à l'Elysée aux 500 signatures de José Bové... Et selon les observateurs, ces marchés à terme de l'info seraient plus crédibles que les sondages... Pour ça, rendez-vous le 6 mai...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.