8H30 la revue de presse, bonjour hélène jouan

On commence par un match en cours

Pas PSG-Chelsea, ça c’est pour ce soir, mais un match qui se dispute en ce moment même à Séoul, entre le meilleur joueur mondial de jeu de go et Alphago, une machine. Portrait passionnant dans les Echos de Demis Hassabis, ancien prodige des échecs et concepteur tout juste quadragénaire d’Alphago, ce programme d’intelligence artificielle qui repose sur des algorithmes permettant aux ordinateurs d’apprendre eux-mêmes…on appelle ça le deep learning, une méthode d’apprentissage conçue sur la base de neurones artificiels imitant ceux du cerveau humain, apte donc à le concurrencer. On se souvient de la victoire de Deep Blue d’IBM contre le joueur d’échec Garry Kapsparov il y a près de 20 ans, et bien au plan symbolique aujourd’hui, le duel a la même portée : « le jeu de go est bien plus complexe que les échecs, 10 puissances 170 positions possibles, soit davantage que le nombre d’atomes dans l’univers ». Si la machine gagne cette semaine, Google, qui a racheté la société d’Hassabis pourra se prévaloir d’une nouvelle avancée de l’intelligence artificielle. Faudra t il en trembler ou s’en réjouir ? Le chercheur Stepehn hawking s’inquiète des dangers potentiels de cette intelligence artificielle pour la survie de l’humanité, Hassabis plaide lui pour la « responsabilité sociale » des scientifiques…

Le match a commencé à 5h du matin heure française…Alpha go a ouvert sur une action inhabituelle qui laisse pour l’instant les joueurs professionnels perplexes…

On poursuit Hélène avec un autre match en cours, en France cette fois, la mobilisation contre la loi Travail du gouvernement

« La pluie est attendue, et ça c’est déjà une bonne nouvelle » tente de se rassurer un conseiller de François Hollande dans Aujourd’hui en France/le Parisien. « Aujourd’hui il pleut » fait à son tour remarquer Benjamin Lucas, président des Jeunes socialistes dans le journal l’Opinion, cette attention à la météo en dit long sur l’incapacité des uns et des autres à prévoir l’ampleur de la mobilisation d’aujourd’hui. Pour toute la presse, la même question : CPE, bis repetita ou pas ? les jeunes avaient fait plier Jacques Chirac en 2006, mettront ils à genoux François Hollande? L’Humanité, très en pointe dans le combat, dégaine un sondage IFOP exclusif, où il apparait que 68% des jeunes sont contre la loi El Khomri. Patrick Appel Muller dans son édito veut croire que « c’est le signe que cette mobilisation d’aujourdh’ui sonne les 3 coups d’un mouvement bien plus durable et plus ample » écrit il…On relèvera tout de même que parmi les jeunes interrogés 47% « ont bien entendu parler du projet, mais sans vraiment savoir de quoi il s’agit »…Ce qui n’a jamais empêché c’est vrai de se mobiliser.

Dans le Figaro, un vieil ami du chef de l’état cite Roselyne Bachelot pour dire la crainte du gouvernement face aux jeunes dans la rue, « quand la pâte dentifrice est sortie, il est impossible de la remettre dans le tube » disait elle…Le Figaro qui continue de défendre à cors et à cris la réforme en cours, quitte à qualifier de « dernier des soviets » ses opposants, Aubry, la CGT et les mouvements lycéens et étudiants, quand Libération relève comme vous hier Patrick, le changement de pied de la communication gouvernementale, illustrée dans ce studio hier matin par Emmanuel Macron. Finalement, la loi n’a plus comme but premier de « mieux licencier pour mieux embaucher » comme le disait Manuel Valls il y a encore 2 semaines, mais de favoriser les CDI pour les jeunes, afin de réduire leur précarité. Un argument qui pour l’instant, n’a semble t il pas trouvé l’oreille des jeunes

Dans la presse ce matin Hélène, les premiers mots de Monseigneur Barbarin, mis en cause dans une affaire de non dénonciation de crimes pédophiles

Des mots arrachés si l’on peut dire au prélat par le Parisien. Monseigneur Barbarin, archevêque de Lyon avait d’abord fait savoir qu’il ne souhaitait pas s’exprimer face aux accusations des victimes présumées du père Preynat qui lui reprochent de ne pas avoir alerté la justice dès 2007 quand il a eu connaissance du passé pédophile du prêtre, et puis, à la volée, devant la basilique Notre Dame de Fourvière hier, le primat des Gaulles lâche quelques mots « en 2007 dit il, ce ne sont que des bruits » évacue t il. Monseigneur Barbarin qui se dit « profondément touché par les victimes à qui il pense tous les jours, mais qui réfute toute idée de démission… Le Parisien affirme qu’une plainte va être déposée dans les jours qui viennent par l’une des victimes présumée du père Preynat, directement cette fois contre monseigneur barbarin pour non dénonciation d’agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans

Toujours dans Aujourd’hui/le Parisien, révélations sur les entorses à la laicité qui progressent au sein même des forces de l’ordre..Telle jeune femme fonctionnaire de police qui sort des vestiaires avec un hidjab et qui qualifie son pantalon de service de « saleté de torchon de la république », tel autre qui relaie les thèses complotistes et antisémites sur les réseaux sociaux. Des incidents encore très marginaux détaillés dans une note confidentielle de la préfecture de Paris, 17 cas survenus entre 2012 et 2015 avec une accélération en 2014, mais qui montrent que les sirènes du fondamentalisme peuvent s’insinuent partout.

Le plombier polonais de retour dans l’actualité. Hier la commissaire à l’Emploi de Bruxelles a précisé les nouvelles règles qui pourraient s’appliquer aux travailleurs détachés, ces travailleurs souvent issus des pays de l’est de l’europe pour travailler à l’ouest…elle a posé un principe : A travail égal, salaire égal, ce qui n’était pas le cas jusque là, et favorisait donc le dumping social..Bataille rangée en perspective à Bruxelles nous prédit les Echos, qui pourrait raviver le fracture est/ouest déjà visible sur le dossier des réfugiés : une douzaine de pays, dont la Pologne évidemment, vont ferrailler contre un texte qu’ils interprètent comme servant uniquement les intérêts du flanc occidental de l’europe

Bruxelles qui met Valls dans les choux pour Notre Dame des Landes, à lire dans le Canard Enchainé…Manuel Valls a beau annoncer le début des travaux pour cet automne si la consultation promise par François Hollande devait être empêchée, Galéjade dit le Canard, il y a toujours un contentieux en cours avec la commission de Bruxelles, une procédure d’infraction qui empêchera tout travaux avant 2017

On termine hélène par des questions sur notre métier, et sur la fabrique de l’info

« Qui choisit l’info ? » se demande cette semaine l’hebdomadaire le Un. Interview flippante, je vous le dis, d’Eric Scherer, directeur de la prospective à Francetélévision et qui s’intéresse notamment aux sites d’information :« normalement, dit il, le choix relève de la rédaction…mais à la réflexion poursuit il, ce choix peut être biaisé par la technologie et notamment les algorithmes de Google hier, de Facebook aujourd’hui... pour être bien placés dans les moteurs de recherche, des rédactions ont privilégié les requêtes des internautes pour choisir leurs sujets » Résultat, des infos que les internautes ne vont pas chercher, n’ont aucune chance d’exister…un vrai danger démocratique pour Eric Scherer

Le directeur général délégué de l’Express, Christophe Barbier promet lui de garder tout son cerveau disponible pour décrypter, hiérarchiser l’actualité.. Nouvelle formule de l’Express ce matin en kiosque, avec la volonté affichée par Barbier d’en finir avec le french bashing, de s’engager pour le fédéralisme européen et la laicité offensive. Et cette drôle de petite phrase de Barbier dans le Figaro Eco : « je ne veux pas plus de lecteurs, mais mieux de lecteurs » dit il…faut dire que l’Express a perdu 22% de ventes au numéro l’an dernier, passant derrière le Point, au lectorat convoité… je vous souhaite quoi Patrick, plus d’auditeurs ou mieux d’auditeurs

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.