C'est un peu une revanche pour les employés d'une compagnie aérienne connue pour refuser systématiquement le dialogue social. Le mouvement en effet s'amplifie et des centaines de vols seront encore annulés aujourd'hui dans toute l'Europe.

Plus de 50 000 passagers devraient être concernés.

Ce n'était jamais arrivé depuis la création de la compagnie Irlandaise à bas coût en 1984 nous explique le Journal La Croix.

Les salariés en Allemagne, en Suède, en Belgique ou aux Pays-Bas demandent à bénéficier du droit du travail du pays dans lequel ils sont basés et non du code Irlandais. 

C'est une spécificité de Ryanair, adepte du dumping social : avoir mis en place un statut de travailleur indépendant Irlandais qu'elle adapte à tous ses pilotes européens, avec bien sûr à la clé un moins disant salarial.

L'ironie de l'histoire si l'on peut dire, c'est que la compagnie Low Cost doit aujourd'hui faire face à une nette augmentation de la fréquentation des passagers et comme toutes les autres compagnies, Ryanair a besoin de plus de pilotes et de chef de cabines. Le rapport de force s'est donc en quelque sorte inversé et Ryanair qui d'habitude ne négocie jamais s'est mis à écouter les revendications des syndicats.

Pour l'instant  pas de résultats mais l'Humanité parle par exemple d'un retour de flamme social.

La journal communiste rappelle que le patron de Ryanair, Michael O LEARY a empoché plus de 3 millions d'Euros de salaires en 2017.

Dans la presse également, le blues des maires de France 

Et ils sont de plus en plus nombreux notamment dans nos villages à rendre leurs écharpes tricolores.

Le Figaro a décortiqué le répertoire national des élus et le journal a fait ses comptes. Plus de 1000 maires ont démissionné depuis 2014, c'est deux fois plus que lors de la précédente mandature. Un phénomène inédit et très prégnant dans les zones rurales. Depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanel Macron, c'est de pire en pire puisque 386 maires ont décidé de quitter leur fonction en un peu plus d'un an.

Il s'agit bien de démissions et non de départ contraint lié par exemple au cumul des mandats. En cause, les restrictions budgétaires, la multiplication des normes administratives ou encore le transfert de compétences aux intercommunalités. 

Si l'on ajoute à cela, la fin des contrats aidés, la suppression de la taxe d'habitation et des salaires riquiqui, à peine 700 euros bruts pour une commune de 500 habitants, on comprend aisément que nos édiles n'aient pas trop le moral.

Sans compter que les maires sont souvent en première ligne face aux administrés.

Les fermetures de service public par exemple concentrent toutes les critiques alors que c'est une décision nationale.

"Les exigences des gens ont carrément augmenté" explique au Figaro, une ancienne élue de Saône et Loire.

"A la fin, j'avais l'impression dit-elle d'être une assistante sociale". Un désamour relevé d'ailleurs dans le baromètre annuel du Cevipof. La confiance des administrés pour leur maire a baissé de neuf points en un an alors qu'il a toujours été, et largement, l'élu préféré des Français. 

Cette année pourtant la dotation globale de fonctionnement de l'état en direction des communes est de nouveau en légère hausse note le Figaro mais c'est insuffisant pour le président des maires ruraux de France.

"Il faut que l'état change son approche globale estime Vanik Berberian, et arrêter de concentrer les moyens humains dans les grandes villes." Un ras le bol des maires de France qui touchent aussi les banlieues et les grands ensembles.

On se souvient de la démission en mars dernier de Stéphane Gatignon maire de Sevran en Seine-Saint-Denis, 50 000 habitants, lassé de l'inefficacité des politiques publiques 

Une affaire de gros sou mais pas que, Jean-Michel Jarre fait la Une du Parisien Week-end.

9 ans après avoir été déshérité par son père, le célèbre compositeur Maurice JARRE, Jean Michel Jarre continue de se battre avec sa demi-sœur pour être reconnu comme héritier.  

On pense à la bataille judiciaire qui déchire aujourd'hui la famille de Johnny Halliday.

Jean-Michel Jarre abandonné très tôt par son père explique donc dans le magasine du Parisien pourquoi il a décidé de relancer la procédure en portant l'affaire devant la cour européenne des droits de l'homme. L'arrêt "Jarre" de la cour de cassation stipule en effet que le droit Français autorise un père à déshériter totalement ses enfants même en vertu d'une loi étrangère. Jean Michel Jarre 69 ans qui pose aussi la question, intéressante, du droit moral pour les descendants de veiller à la survie de l'œuvre d'un artiste après sa mort.

A qui appartiendront  les œuvres historiques de Maurice Jarre au décès de son épouse aujourd'hui seule héritière ?

Quid des partitions célèbres du docteur Jivago et de Lawrence d'Arabie ou les œuvres historiques du théâtre d'Avignon dont Maurice Jarre fut l'un des fondateurs demande son fils ?

Maurice Jarre est mort en 2009 laissant derrière lui des centaines d'œuvres. Et des droits d'auteurs très conséquents. 

L'Olympique de Marseille sous toutes les coutures à l'occasion de la reprise de la ligue 1 de football 

Un peu moins d'un mois après la victoire de la France en coupe du Monde, c'est le retour aux compétitions domestiques comme disent les spécialistes et l'OM est partout ce matin dans vos journaux puisque le club joue ce soir contre Toulouse en ouverture du championnat.

Vous trouverez ainsi une interview du patron américain du club Phocéen Franck Mc Court dans d'Equipe

Un entretien assez lisse avec pas mal de langue de bois.

Sur l'arrivé d'une grand attaquant que tous les supporters attendent, Mc Court parle par exemple de stratégie à long terme".

Ce qu'on peut traduire par : " On a pas les moyens pour l'instant". Le club qui est empêtré dans un  transfert qui n'aboutit pas et qui commence à agacer sérieusement sur la Canebière. Celui de l'Italien Mario Balotelli.

Un psychodrame que vous pouvez lire sur le site Les Jours.fr

A suivre également un dossier du quotidien Les Echos  sur l'attractivité de la ligue 1. Des droits télé qui s'envolent, une nouvelle visibilité à l'international, l'arrivée d'investisseurs étrangers.

Jamais ce sport n'a attiré autant d'argent en France se réjouit le quotidien économique 

Enfin Libération a choisi un reportage de terrain en forme de calvaire. Un sujet au stade Vélodrome en plein virage sud d'un journaliste de la rédaction supporteur invétéré du Paris Saint Germain. Cela frise la perversité voire le sadisme et l'article s'intitule Vélodrame. Evidemment.

C'est Damian Dole qui s'y est collé un soir de demi-finale de ligue Europa.

"Etre dans la peau d’un supporteur du club rival dit-il, c’est comme se rendre à un meeting du FN quand on est trotskyste, ou arriver dans un barbecue texan alors qu’on est végétarien."

Tout au long du match, ce fan du PSG a dû ruser par exemple durant les chants à la gloire de Marseille. En faisant semblant de chanter, juste en bougeant les lèvres. Au final, la soirée incognito de Damian Dole en supporter de Marseille s'est plutôt bien passé.

L'OM a gagné 2-0. Et le journaliste de Libération lui a beaucoup souffert.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.