Officielle... C'est le mot du jour... Depuis hier, vous le savez... comment pourriez-vous ne pas le savoir ?... a débuté la campagne officielle de la Présidentielle... Alors comme on vote le 22 avril, cela nous laisse 10 jours... 10 jours à destination des indécis... Dans La Montagne, Dominique Valès déplore... "C'est beaucoup moins le contenu de ce qu'ils vont entendre qui déterminera les indécis, que la manière dont ce sera dit... C'est sur le caractère des candidats, l'image qu'ils donnent d'eux-mêmes que vont choisir ceux qui hésitent"... Cette image, eh bien c'est avant tout celle que dégagent les spots obligatoires qui sont diffusés à la radio et à la télévision... Dans L'Indépendant du Midi, Bernard Revel a bien du mal à imaginer que cela puisse convaincre qui que ce soit... "Marie-George Buffet s'affiche sur fond rouge... Ségolène Royal, sur fond de ciel bleu... François Bayrou fait appel au réalisateur à succès Pascal Thomas... José Bové est interviewé par Karl Zéro... Nicolas Sarkozy scande "Je veux" à la façon d'un rappeur... Dominique Voynet est filmée en plein air"... L'intention est claire pour l'éditorialiste : "Chacun fait simplement en sorte de coïncider avec l'image qu'il s'est façonnée ces dernières semaines"... Bernard Revel n'est pas le seul à tacler les spots radio-télé... Le Parisien-Aujourd'hui en France les juge "incroyablement ringards"... le journal, qui a regardé les clips pour vous, les commente tous... Ca donne... Gérard Schivardi... "le plus inaudible"... Arlette Laguiller... "la plus éternelle"... Olivier Besancenot... "le plus effacé"... José Bové... "le plus relax"... Marie-George Buffet... "la plus collective"... On progresse sur l'échiquier politique... Dominique Voynet est "la plus scolaire"... Ségolène Royal... "la plus présidentielle"... Suite des commentaires du Parisien sur ces clips de campagne... François Bayrou s'affiche comme "le plus mitterrandien"... Nicolas Sarkozy... "le plus solennel"... Frédéric Nihous est "le plus champêtre"... Philippe de Villiers... "le plus patriote"... Jean-Marie Le Pen... "le plus virulent"... Il ne vous reste plus qu'à les regarder pour faire vos propres commentaires... Alors, en fait, cette figure imposée de la campagne électorale est-elle utile ?... C'est la question que Le Parisien-Aujourd'hui en France, toujours, a posée à Jean-Louis Missika, sociologue des médias... "Alors oui, dit-il, elle est utile pour les petits candidats... C'est pour eux du temps d'antenne gratuit, à des heures où l'audience peut être significative... En 2002, Olivier Besancenot s'était beaucoup fait connaître grâce à ces spots"... Peut-être, sauf que... et là, c'est dans Le Figaro... Jean-Marie Cotteret, un ancien membre du CSA, qui analyse... "Si cette campagne est indispensable, le moment où elle débute fait qu'elle ne peut pas modifier sensiblement les intentions de vote"... Cela dit... cette élection possède une originalité, qui explique, pour Chantal Didier dans L'Est Républicain, le nombre élevé d'indécis... "Il n'y a ni Président, ni Premier ministre sortant parmi les candidats... La relève des générations propulse sur le devant de la scène des personnalités moins connues, dont il convient d'évaluer les qualités et les défauts... D'où des interrogations persistantes sur chacune d'entre elles"... C'est aussi l'analyse de Françoise Fressoz, dans Les Echos... "C'est le propre des changements d'époque, dit-elle, que de bouleverser l'ordre des choses... Aucune règle n'est intangible... Voilà pourquoi cette Présidentielle ménage autant le suspense... Elle ne répond à aucune norme... Une révolution est en marche... Reste à savoir si elle sera maîtrisée"... Oui, elle est vraiment bizarre, cette campagne... Bruno Dive souligne ainsi, dans Sud-Ouest... "Sarkozy fait la course en tête depuis plus de trois mois... au premier comme au second tour... Et pourtant, on a le sentiment que rien n'est joué... que tout se décidera dans les derniers jours"... L'éditorialiste pour qui il est temps que cette campagne se termine... "Nos candidats fatiguent un peu... Ils se contredisent, ils improvisent... Ils s'énervent ou ils s'insultent... Or arrive le moment où le choix des Français va se cristalliser... Et ce choix s'effectuera sur la personnalité la plus à même d'incarner la fonction présidentielle et le pays tout entier"... Et c'est sur cette capacité à incarner la fonction présidentielle que porte la grande interrogation... Le propos est signé là Gilles Dauxerre, dans La Provence... "Lequel sera vraiment à la hauteur de la tâche ?... Alors que le fossé s'est creusé entre le peuple et ses dirigeants, c'est LA question essentielle"... Le fossé entre le peuple et ses dirigeants... Le Temps est allé le constater... Le quotidien suisse s'est rendu dans la Creuse... "En province profonde, le recul de l'Etat angoisse les Français"... Le journal explique à ses lecteurs que la Creuse, eh bien c'est très loin de Paris... et que dans cette zone rurale, eh bien c'est la désertion des services publics qui est le thème dominant de la campagne... Et Sylvain Besson, le journaliste suisse, affiche sa surprise... "On aurait pu croire que les candidats à la Présidentielle négligeraient la Creuse... la plus âgée des régions rurales, et l'une des moins peuplées de France... Eh bien au contraire, si tous les candidats n'y ont pas fait de meeting, tous y ont au moins envoyé leur bras-droit... Ici comme ailleurs, chaque voix comptera... Et ici comme ailleurs, les indécis s'expriment dans des conversations passionnées"... Le reporter du Temps a croisé par exemple des altermondialistes, qui voteront par sécurité pour Royal au premier tour... pour se prémunir du cauchemar absolu des électeurs de gauche : à savoir une finale Sarkozy-Le Pen... Il s'est aussi rendu à Lépinasse, un village perdu dans la forêt, au sud de Guéret... Il y a croisé Vivianne... Elle raconte que cet hiver, elle a ressorti les lampes à pétrole... Après une grosse chute de neige, il a fallu 5 jours pour rétablir l'électricité... "La vie ici, c'est fini, dit-elle... Il n'y a plus que des personnes âgées... La pompe à essence, l'arrêt de bus, les bals... tout ce qui animait l'existence il y a encore vingt ans a disparu... Et l'école fermera à la fin de l'année scolaire"... J-12 donc... "Il est temps de parler social !", s'exclame L'Humanité ce matin... Pour le journal, c'est l'absence de débat sur les préoccupations des Français qui provoque l'indécision de près d'un électeur sur deux... Et Maurice Ulrich se demande quelles sont les réponses aujourd'hui sur le logement, le SMIC, le salaire ou la précarité ?... L'éditorialiste de L'Huma revient sur les sondages de ces derniers jours... qui donnent donc au moins 18 millions d'électeurs indécis... Et parmi ces 18 millions qui n'ont pas encore fait leur choix, les jeunes, les femmes, les ouvriers sont en plus grand nombre... "Est-ce si surprenant ?", poursuit Ulrich... Ce sont eux, sans doute, qui attendent d'autres réponses que celles qui ont cours dans le champ médiatique... Alors les jeunes... Eh bien parlons-en... Dans Libération : "Pour qui voteront les 18-24 ans le 22 avril ?"... Rencontre avec des étudiants bordelais... avec des lycéens professionnels... bref, avec ceux que l'on appelle des "primo-votants"... ceux qui voteront pour la première fois... Florent, 18 ans, en CAP d'installation sanitaire, est sûr de son avenir, mais pas de son vote... Aline, lycéenne en Seine-et-Marne, le dit carrément : "Ca se mélange dans ma tête... Et du coup, en ce moment, ça me gonfle, la politique"... Dans Paris-Normandie, même enquête... avec cette fois un sondage, réalisé pour les quotidiens normands... un sondage qui montre qu'en Normandie, eh bien les jeunes votent Bayrou... Plus largement... En Normandie, Ségolène Royal arrive en tête au premier tour... Et au second, face à Nicolas Sarkozy, elle le bat d'un point... Les jeunes dans la société française... Si vous voulez en lire un peu plus... le cahier "Emploi" de Libération... titré : "Diplômés option petits boulots"... Un gros plan sur les étudiants qui travaillent pour payer leurs études... Galère financière, horaires à rallonge, temps d'étude écourté... Libé fait le tour de cette source d'inégalité face à l'université... Et puis à noter, dans un autre genre, cet autre cahier de Libération... Il s'intitule : "Femmes et pouvoir"... 12 pages pour répondre à l'interrogation : "Alors, ça change ?"... Les femmes en marche... Le journal décortique "la lente conquête des lieux de décision", et démonte quelques clichés tenaces... Des clichés tenaces du genre "Les femmes ont déjà le pouvoir"... "Les femmes sont physiquement trop faibles"... ou encore "Les femmes n'ont pas les bons neurones pour diriger"...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.