(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : instants toxiques

(Bruno Duvic) Ce sont des habitués des grandes affaires judiciaires, cette ambiance en cour d'assises, violente et suffocante. Mais manifestement à l'audience d'hier, à Rennes, Pascale Robert-Diard, la chroniqueuse du Monde et Stéphane Durand-Souffland, du Figaro , ont atteint leurs limites.

"Audience la plus déchirante qu'il nous ait été donné de vivre, écrit ma consœur du Monde , sur son blog. Ce qui se jouait là, c'était l'explosion, en direct et en public d'une famille et de ses secrets. Rien ne peut dépasser l'intensité d'un tel moment." « Elle est chère payée, cette possible vérité judiciaire », poursuit Durand-Souffland.

Maurice Agnelet, 72 ans, a-t-il tué Agnès Leroux, sa maitresse de l'époque héritière du casino le palais de la méditerranée en 1977 ? Troisième procès. Hier, pour la seconde fois en quelques jours, un fils, Guillaume Agnelet, 45 ans, a accusé son père. Mais aussi, sa mère a fait le portrait de son fils en homme fragile, presque fou et violent. Et un frère s'est replié dans les dénégations.

Pascale Robert Diard montre la mère démunie, qui témoigne par vidéo, bousculée par le président qui s'adresse à elle d'une voix dure, l'entrée dans la salle pleine à craquer du fils, accusateur calme : à droite du prétoire, son père entre deux gardes. Derrière la cour, sur l'écran géant, le visage de sa mère. "Un moment pareil ne se raconte pas, avoue la chroniqueuse. Il pétrifie."

Ce moment aussi où l'avocat de la famille Leroux se précipite vers son confrère qui défend Maurice Agnelet. Et d'une voix blême, demande une suspension de séance. "Il exprime à cet instant ce que chacun ressent, le trop plein."

Aujourd'hui réquisitoire de l'avocat général, vous l'avez entendu dans le journal de 8h. Conclusion de Stéphane Durand-Souffland : « Guillaume Agnelet quitte les assises, il vient de briser publiquement un pacte tacite, le ciment empoisonné d'une famille minée de l'intérieur. Il est seul contre tous les Agnelet. Mais à cet instant là, c'est lui qu'on croit. »

Un ménage de printemps, et la poussière qu'il soulève

Avec la nomination de 14 secrétaires d'Etat, un nouveau secrétaire général à l'Elysée et le changement de patron au PS, François Hollande a balayé dans tous les coins hier. Et la poussière vient du PS : « La nomination de Désir provoque un tollé », titre Le Parisien-Aujourd'hui en France . Harlem Désir, exfiltré de la direction du Parti Socialiste où il ne s’est pas imposé, vers un secrétariat d'Etat aux affaires européennes.

De la violence en politique, gardez moi de mes amis et de leurs confidences en off dans la presse… "C'est une farce, dit un dirigeant socialiste dans Le Monde . D'un côté, Harlem accepte d'être humilié pour un plat de lentilles. De l'autre, Hollande et Valls récompensent l'échec en lui disant : ''tu as tellement démérité au PS que l'on te nomme au gouvernement de combat''"

"C'est la prime au mauvais", dénonce dans Le Parisien le député de l'Ardèche Pascal Terrasse. Et un autre député socialiste y voit « la dernière pelletée de terre sur le cercueil de la république exemplaire. »

Hollande, saison 2 à la Une de Libération .

Ce n'est plus pépère qui siège à l'Elysée, c'est Attila, nouveau surnom du président chez les socialistes à en croire Le Parisien après ce grand nettoyage de printemps. Un cadre du PS se permet d'ironiser : « le quinquennat commence ». Et le chef de l'Etat a placé des très proches autour de lui. Symbole de cela : Jean-Pierre Jouyet, nouveau secrétaire général de l'Elysée. « Relation quasi fusionnelle » entre les deux, dixit Le Figaro . L'ami Jouyet qui avait trahi en entrant au gouvernement sous Nicolas Sarkozy, « la seule fois où j'ai vu Hollande les larmes aux yeux » se souvient un cadre du PS dans Le Parisien . Enfin quelqu'un qui va comprendre les non dits, les silences et les demi mots du président : « Jouyet fait la différence entre un Oui et un Oui de Hollande », s'amuse un proche dans Libération.

« Jouyet, de Hollande à Sarkozy et vice-versa », c'est « Le bras armé de tous les libéraux » pour L'Humanité .

Les petits secrets du gouvernement. Selon Valeurs Actuelles , avant et après sa nomination à Matignon, Manuel Valls a réuni une partie de ses ministres dans un lieu hautement symbolique, un restaurant de la rue de Bièvre, tout près du square Danielle Mitterrand et de l'appartement de l'ancien président.

Hollande saison 2 et parmi les dossiers sur le bureau du gouvernement, le regroupement des régions, la suppression annoncée des conseils généraux. A lire la presse régionale ce matin, on mesure les interrogations que cette réforme suscite :

A la Une de Centre presse , dans l'Aveyron : « Les midi-pyrénéens sont-ils prêts à partager leur région ? »

La Charente Libre : « Les élus font bloc pour garder leur département »

L'Echo Haute Vienne : « Touche pas à ma région »

Nord littoral : « Le Pas de Calais valsera-t-il en 2017 ? »

Sondage dans Ouest France . A quoi vous sentez vous appartenir en priorité ? Réponses :

  • la France 48%

  • l'Europe 13

  • la commune 11

  • la région 11 également

  • le département 7

Quoi d'autre dans la presse ?

De l'art de faire un bon gros titre accrocheur. A la Une de VSD : « Alain Delon, son coup de coeur pour Valérie ». Valérie Trierweiler. Et voici les deux bras-dessus bras dessous en couverture du magazine. En fait ils ont juste déjeuné ensemble. Rien de plus, assure Delon qui dit avoir été ému par l'histoire de l'ancienne première dame.

De l'art de faire un bon gros titre accrocheur, suite... A la Une de L'Equipe : « Monaco est prêt à miser sur Zidane ». Zizou futur entraineur de Monaco ? On se précipite en page intérieure et on lit ceci : « aucun contact n'a pour l'instant été établi entre la présidence du club et l'entourage du joueur. Mais le président de l'AS Monaco y songe et pourrait se décider à approcher l'ancien capitaine de l'équipe de France. »

Elle te plait ma soeur ? Ah elle te plait pas ma soeur ? Le corse a la réputation d'être un peu soupe au lait. Mettez une plaque 2A ou 2B a l'arrière de votre voiture et tout le monde vous fiche la paix. Résultat, la tête de Maure se taille un joli succès depuis que l'on peut choisir le numéro de département sur la plaque. 2A 2B leur vente est parmi les 10 meilleures chez Norauto, dixit Le Figaro .

De la monnaie virtuelle et numérique pour payer chez Monoprix. La chaine de magasins acceptera bientôt les bitcoins pour les paiements en ligne. En projet également, une application smartphone pour payer à la caisse dans cette monnaie virtuelle. C’est à lire dans Libération

Et puis le bol qui valait des millions. Il n'y a pas que les tableaux de grands maitres occidentaux ou de l'art contemporain qui atteignent des sommets. A Shanghai un tout petit bol en céramique, quelques centimètres de diamètre, vient d'être acheté pour 26 millions d'Euros. Motifs polychromes, il date de l'époque Ming XVème siècle. Ce que raconte aussi cette histoire, dans Le Figaro , c'est la bataille des nouveaux milliardaires chinois pour acquérir des œuvres d'art. L'homme qui s'est offert le bol est le fils d'une famille d'ouvrier, ancien chauffeur de taxi qui a fait fortune à la bourse de Shanghai dans les années 90. Souvent mal rasé, habillé en tee-shirt, c'est la deux centième fortune mondiale.

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.