Colère... Définition du Larousse : "Etat violent et passager, résultant du sentiment d'avoir été agressé ou offensé"... Colère : nom féminin, venant du grec kholê, qui signifie "la bile"... La colère est au départ un échauffement de la bile... en latin : cholera... Colère... Le mot est, ce matin, à la Une d'une partie des journaux... Colère d'abord en Grèce... C'est à la Une du Parisien-Aujourd'hui en France... "Nos reporters dans Athènes en colère"... C'est à la Une de La Croix... "La colère des jeunes Grecs"... A la Une de Libération... "En Grèce, les révoltés"... "Portrait d'une génération en colère"... C'est Effy Tselikas qui, pour Libé, est allée à la rencontre de ceux qui manifestent et qui s'opposent à la police depuis maintenant quatre jours... Témoignage de Panagiotis, 16 ans, qui traîne son look gothique et ses frustrations dans un collège d'une banlieue ouvrière d'Athènes... Il ne sait pas pourquoi il étudie... Il ne croit plus en rien... "Même si j'obtiens mon diplôme, dit-il, je suis certain de ne pas trouver de travail... Mes deux grands frères, qui sont allés à la fac, sont tous les deux au chômage... La politique et le business, c'est vraiment tout pourri"... Témoignage de Katerina, 28 ans, qui a suivi en France des études de sociologie : maîtrise, DEA, doctorat... Elle est rentrée en Grèce il y a trois ans et, dit-elle, "ça a été la douche froide... Le premier travail que l'on m'a proposé était moins bien payé qu'un job d'étudiante à Paris"... D'où la colère donc... Pour Le Monde, c'est Elise Vincent qui raconte sa nuit avec les émeutiers d'Athènes : des étudiants, des jeunes actifs, des cadres, des smicards, des militants d'extrême-gauche et d'autres pas engagés... Toute une génération, en fait : celle des 15-35 ans, qui, pour certains, évoquent aujourd'hui leur envie de guerre civile... "Comme souvent, rappelle Dominique Quinio dans La Croix, comme souvent, c'est la mort d'un des leurs, un garçon de 15 ans, qui a provoqué la flambée... Le policier qui a tué le jeune Alexis a été inculpé pour homicide volontaire... Il ne semble donc pas que les autorités veuillent exonérer les forces de l'ordre de leurs responsabilités... Mais la police se trouve bel et bien en position d'accusée"... "Les émeutes ouvrent une crise politique en Grèce", titre, de son côté, Le Figaro... qui note que la survie du gouvernement conservateur est aujourd'hui menacée... Le Premier ministre grec est notamment accusé par la presse d'avoir abandonné le centre d'Athènes aux vandales... "Ce qui se passe en Grèce ne peut nous laisser indifférents", note pour sa part Patrice Chabanet, dans Le Journal de la Haute-Marne... "Ca ne peut nous laisser indifférents parce que la péninsule appartient à l'Europe, parce qu'elle est le berceau de la démocratie, parce que tout le monde a en mémoire le putch des colonels en 1967... Aujourd'hui comme à l'époque, la Grèce souffre de corruption... Et, poursuit l'éditorialiste, la corruption est le meilleur terreau pour une révolte populaire, comme d'ailleurs pour son opposée : la dictature militaire"... "Reste à savoir maintenant si ce qui se passe en Grèce est un signe anticipateur"... C'est la question que se pose Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées... qui note que "même à l'Elysée, on craint de plus en plus une série d'affrontements sociaux"... C'est en tout cas ce qu'affirmait la semaine dernière Le Canard Enchaîné... Le Canard qui, cette semaine, confirme : "Le week-end dernier, Nicolas Sarkozy aurait dit redouter en France des événements violents, un peu comme en Grèce"... La Grèce où une grève générale a été décrétée aujourd'hui... "En cause : la stagnation des salaires, les augmentations d'impôts, les privatisations, et surtout la réforme en cours des régimes de retraite et d'assurance-maladie", nous explique Pierre Barbancey, dans L'Humanité... L'Huma qui souligne "qu'Athènes est aujourd'hui le carrefour de toutes les colères"... Autre colère à la Une, ce matin : celle qui agite en France l'Education Nationale... Plusieurs journaux font leur Une sur la nouvelle journée de mobilisation contre les réformes de Xavier Darcos... "La colère des lycéens monte en puissance", titre ainsi L'Indépendant Catalan... Hier, de très nombreux lycées ont en effet été bloqués... Et "le mouvement s'étend", constate Le Courrier Picard... qui précise qu'à leur tour, ce sont les étudiants qui vont manifester aujourd'hui... Ce dont témoigne aussi la Une de Nice-Matin : "2600 élèves en grèves dans les IUT azuréens"... "Tous les campus des Alpes-Maritimes ont rejoint le mouvement de grogne nationale contre une possible baisse des moyens"... "Mesures Darcos : l'inspectrice houspillée dans ses locaux"... Ca, c'est à lire à la Une du Courrier de l'Ouest... "300 parents d'élèves et enseignants ont bruyamment soutenu hier soir les instituteurs convoqués par l'inspectrice d'académie"... De son côté, Le Midi Libre propose un reportage : "Une nuit au coeur des écoles occupées"... De nombreux groupes scolaires sont aujourd'hui occupés, notamment à Montpellier... "Nuit des écoles : désobéissance civile, cyber-mobilisation"... Voilà donc "l'extension du domaine de la lutte", résume à sa Une L'Humanité... qui propose ce matin le portrait de Bastien Cazals, directeur d'une école de l'Hérault, directeur "désobéisseur", dont la lettre au chef de l'Etat a fait le tour d'Internet... une lettre datée du 25 novembre, dans laquelle il expliquait à Nicolas Sarkozy pourquoi il refusait d'appliquer les réformes de Xavier Darcos... En réponse, l'administration lui a infligé des retenues sur salaire : cinq jours de paie en moins, indique Laurent Mouloud, qui précise que "c'est une première, et que les lettres de désobéissance du même acabit se multiplient aujourd'hui un peu partout en France"... Et du coup, "le ministre est en train de changer de ton", nous explique Véronique Soulé dans Libération... qui fait état de plusieurs reculs... D'abord des excuses aux enseignants de maternelle, qu'il avait qualifiés de "simples surveillants de siestes" et de "changeurs de couches"... recul ensuite sur le service minimum d'accueil : les poursuites judiciaires seront abandonnées contre les petites communes qui ne peuvent pas les mettre en place... recul enfin sur la réforme des lycées : les enseignants de sciences économiques et sociales qui protestent contre la place réduite de leur discipline dans la future seconde pourraient bien l'emporter... Série de petits reculs... mais pas de quoi empêcher que ne s'étende la colère... Elle aussi sera sans doute en colère, si elle lit les journaux ce matin... Mauvaise journée pour Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme... En ce jour anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme (60 ans aujourd'hui), c'est en effet sa fête, à Rama Yade... Il y a d'abord les propos de Bernard Kouchner dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Je pense, dit-il, que j'ai eu tort de demander un secrétariat d'Etat aux Droits de l'homme... C'est une erreur car, même en France, il y a contradiction permanente entre les droits de l'homme et la politique étrangère d'un Etat"... "Faut-il donc supprimer le secrétariat d'Etat de Rama Yade ?", lui demande le journal... Réponse du ministre des Affaires étrangères : "Il est important que Rama Yade s'occupe avec passion des droits des enfants et de ceux des femmes, notamment en matière de violences sexuelles... Mais il ne faut pas de titre pour être efficace"... sous-entendu : oui, on peut parfaitement supprimer le secrétariat d'Etat de Rama Yade... Laquelle pourra lire, par ailleurs ce matin, ce que pense d'elle le chef de l'Etat... Il lui avait demandé d'être candidate aux Européennes... Elle a dit "non"... Et "Sarkozy est déçu", titre Le Parisien... "Il prend cela comme une trahison"... Papier signé Christophe Garach et Nathalie Schuck... "Rama Yade a pris la grosse tête en devenant ministre", entendait-on hier à l'Elysée... où l'on reproche à la benjamine du gouvernement de manquer de sens collectif, et même de sens politique... Du coup, alors qu'elle était favorite pour remplacer Jean-Pierre Jouyet aux Affaires européennes, aujourd'hui il n'en est plus question... Et "c'est le villepiniste Bruno Le Maire qui pourrait entrer au gouvernement", titre Le Figaro... Bruno Le Maire, ex-directeur de cabinet de Dominique de Villepin à Matignon... Ce serait également une jolie prise de guerre, pour le chef de l'Etat... Sachant que, désormais, ainsi que le titre VSD, "entre Sarkozy et Villepin, c'est la guerre !"... VSD qui propose la "chronique de la haine au sommet de l'Etat"... La haine... La guerre... On est en l'occurrence bien au-delà de la colère... Les autres titres de la presse, ce matin... Plusieurs journaux font leur Une sur l'enlèvement d'un nourrisson hier, à l'hôpital d'Orthez... C'est le cas notamment de Sud-Ouest, de L'Eclair et de La République des Pyrénées... Une femme est recherchée... Les gardes à vue musclées : il n'y a pas que les journalistes... On le savait déjà... Mais cette semaine, Le Canard Enchaîné livre plusieurs témoignages... témoignages accablants... A la Une du Bien Public... "18.800 sangliers à abattre"... Ca faisait longtemps... En Côte-d'Or, le plan de chasse 2008-2009 est augmenté de 47%... Nouvelle affaire de bague pour Rachida Dati... C'est à la Une de Point de Vue... "Le mystère de l'alliance"... Une alliance depuis quelques jours au doigt de la ministre... Point de Vue s'interroge... CD N° 5 Et puis, pour finir... Je vous conseille cette semaine d'acheter Charlie Hebdo, qui offre un petit cadeau de Noël avant l'heure... Il s'agit d'un CD... "Charlie Hebdo saute sur Noël et bouffe le Nouvel An"... Et ce que vous entendez là, c'est la voix de Bernard Maris... La chanson s'appelle "La Messe du CAC"... Et puis il y a aussi également une chanson interprétée par un autre chroniqueur de France Inter : Philippe Val... Ca s'appelle "Il y avait des arbres"... CD N° 2 Un CD destiné, nous dit Charlie, "à nous pourrir Noël ainsi que le Nouvel An"... Et moi, je trouve ça plutôt sympa pour commencer la journée...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.